Test Silent Hill Shattered Memories, un opus à glacer le sang ?

Test Silent Hill Shattered Memories, un opus à glacer le sang ?

La célèbre saga horrifique Silent Hill revient à nouveau sur le devant de la scène vidéoludique, non pas avec un épisode HD, mais via cette adaptation Wii d’excellente facture, qui nous replonge dans la célèbre et non moins inquiétante bourgade américaine. L’opus du renouveau ?

Publié le 1 mars 2010 - 16:30 par La rédaction

Silent Hill sur Wii, première !
Démarrée en 1999 sur PSone, la saga Silent Hill proposait sa propre vision de l’horreur, une vision toute autre que celle instaurée par Capcom et sa licence Resident Evil. Une véritable torture psychologique et visuelle, ainsi qu’un cadre glauque et malsain au possible ont, dès le second opus sur Playstation 2, hissé la saga de Konami au rang d’incontournable du genre survival horror. Après quelques épisodes plus ou moins inspirés, et notamment un opus HD Homecoming décevant, Silent Hill nous revient donc aujourd’hui sur Wii, avec un opus développé par Climax, studio à l’origine de l’excellent opus précédent sur PSP, sous-titré Origins, et qui présage donc du meilleur quant à cette première incursion de la licence sur la console de Nintendo. Reprenant les ficelles du tout premier opus, ce Silent Hill Shattered Memories propose néanmoins une approche totalement différente dans sa narration, comme dans le gameplay.
 
 
 
Une toute nouvelle approche psychologique
En effet, le jeu nous place dans la peau d’Harry Mason qui, conduisant tranquillement sur la route de Silent Hill, va perdre le contrôle de son véhicule pour finir sa route dans un arbre. A son réveil, Harry constate la disparition de sa fille, Cheryl, et c’est torche électrique en main que ce dernier va s’engouffrer dans les méandres brumeux et glacés de Silent Hill pour retrouver sa fille. Côté narration, le jeu oscille constamment entre phases de recherche sous formes de flashbacks, et séances de psychanalyse actuelle, avec un psychiatre qui tente tant bien que mal de percer les secrets de Harry, et découvrir la vérité concernant les évènements passés. Ainsi, ce schéma permet d’introduire une mécanique de gameplay originale, puisqu’en fonction des réponses que l’on donnera au psychiatre, l’identité visuelle de Silent Hill changera, tout comme le physique ou les réactions de certains personnages rencontrés. Le jeu dresse donc un (rapide) bilan psychologique du joueur, pour lui fournir une progression personnalisée. Certes, cela ne chamboule pas de manière drastique la progression générale de l’ensemble, mais cette astuce se révèle bien pensée, bien exploitée et plutôt excellente dans l’ensemble.
 
 
Aucun phase d’action…
Silent Hill Shattered Memories marque également un cap dans l’histoire de Silent Hill puisque pour la première fois, le soft est absolument dénué de toute forme d’action. Aucun gunfight ici, ni même de combats à l’arme blanche, Shattered Memories fait la part belle à l’exploration et au stress permanent qui découle de certaines rencontres macabres et autres découvertes lugubres. Néanmoins, pour dynamiser un peu l’ensemble, il faudra parfois savoir prendre ses jambes à son cou pour échapper à des hordes d’ennemis difformes évoluant dans des environnements altérés et glacés. Il faudra ainsi courir vers son objectif, en visualisant rapidement les éléments bleutés, synonymes d’interaction. Des phases stressantes certes, mais qui souffrent néanmoins d’une certaine rigidité au niveau du gameplay et d’un aspect assez brouillon au final, puisque l’on en vient rapidement à foncer vers tous les éléments interactifs, sans réellement comprendre où on se dirige, sans compter que ces phases deviennent évidemment de plus en plus difficiles et longues au fur et à mesure de l’aventure.
 
 
 
…mais de l’exploration pure et dure
Silent Hill Shattered Memories mise donc essentiellement sur son aspect exploration, et celui-ci s’avère particulièrement réussi. La Wiimote permet évidemment de manipuler la lampe torche et éclairer ainsi tous les recoins sombres de la ville. Il est possible d’ouvrir les portes très lentement et éclairer la pièce progressivement. Frissons garantis. Si les anciens opus utilisaient une radio pour prévenir du danger environnant, cet opus se modernise et c’est donc le téléphone portable de Harry qui va faire office de GPS, de détecteur d’activités paranormales, mais aussi d’appareil photo, pour visualiser et immortaliser les différentes âmes en peine rencontrées ici et là (comme dans Project Zero). A noter que tout (quasiment) s’effectue en temps réel via le téléphone, et cela renforce encore cette ambiance oppressante distillée tout au long du jeu. Climax a néanmoins parfaitement optimisé son jeu pour la Wii puisque si les contrôles répondent parfaitement, la Wiimote est très intelligemment exploitée, avec par exemple les communications téléphoniques qui passent par le haut-parleur, obligeant le joueur à placer la Wiimote contre son oreille, ou encore les différentes énigmes mettant là encore à contribution la Wiimote. Excellent.
 
 
 
Techniquement, sans être d’une beauté affriolante, le titre s’en tire honorablement, avec des environnements glacés qui génèrent une ambiance palpable et des effets sonores bien sentis. Certaines textures laissent un peu à désirer, mais globalement la réalisation permet sans le moindre problème de se plonger dans l’aventure. Les amateurs d’énigmes tordues seront déçus puisque le soft se contente de quelques phases d’exploration assez simples, et une progression assez linéaire dans l’ensemble. Le résultat global brille toutefois par sa fraîcheur (forcément) et ce sentiment d’originalité et de renouveau que l’on souhaitait depuis longtemps retrouver dans cette série.
 
 
 
Un opus résolument frais et réussi
Original, joliment réalisé et doté d’une aura toute particulière, ce Silent Hill Shattered Memories constitue une très agréable surprise sur Wii. La prise en main est aisée, les énigmes sont simples (simplistes diront certains), mais mettent abondamment à profit les capacités de la Wiimote, et la trame scénaristique est passionnante, des premières minutes jusqu’à son dénouement inattendu. Certains pesteront face à l’absence totale d’action et à la relative linéarité de l’ensemble, mais Silent Hill renoue enfin avec les ingrédients qui ont fait son succès, à savoir la torture psychologique et des phases de jeu stressantes au possible. En bref, nous ne saurions que trop vous conseiller de retourner faire un tour du côté de la célèbre bourgade de Silent Hill, inhospitalière et glaciale comme on l’aime.
 
Dossier réalisé à partir d’une version commerciale.
Silent Hill Shattered Memories est également disponible sur PSP et Playstation 2.
Advertisements

Ailleurs sur le web