Test Resident Evil 5 Gold Edition, l'édition director's cut ?

Test Resident Evil 5 Gold Edition, l’édition director’s cut ?

Capcom offre une seconde chance aux joueurs n’ayant pas eu l’occasion de s’essayer au très bon Resident Evil 5, déjà disponible sur Playstation 3 et Xbox 360, avec cette réédition estampillée Gold Edition, contenant moult bonus à découvrir en solo comme en duo.

Publié le 20 mars 2010 - 14:09 par La rédaction

Du plaisir à partager !
Studio mythique, oeuvrant depuis maintenant plus de 20 ans sur nos consoles de jeu favorites, Capcom s’est forgé une solide réputation au sein de la communauté des joueurs du monde entier, en bâtissant des licences phares telles que Street Fighter, Megaman, Resident Evil, Bionic Commando ou plus récemment Dead Rising ou encore Lost Planet. Mais la firme est également célèbre pour sa capacité à recycler ces mêmes licences (avec plus ou moins d’ambition et de succès) et avant de retrouver Super Street Fighter 4, la firme nous propose de replonger à nouveau dans Resident Evil 5, avec une version agrémentée de personnages, de costumes bonus, du mode Versus et des deux épisodes supplémentaires, déjà téléchargeables sur Xbox Live et Playstation Network. Réédition oblige, le titre est proposé au tarif plutôt aguicheur (notamment pour celui qui n’a pas acheté Resident Evil 5 lors de sa sortie) de 40 euros. Dissection en bonne et due forme de la dernière déclinaison en date de la célèbre licence horrifique de Capcom.
 
Rappel des faits
Resident Evil 5 nous (re)place dans la peau de Chris Redfield, envoyé en mission en Afrique pour éradiquer un mystérieux virus qui affecte la population locale, transformant cette dernière en véritable faune assoiffée de chair fraîche. Mais pour la première fois dans la série, le joueur pourra décider d’affronter la menace Umbrella avec un compagnon de jeu, qui prendra alors le rôle de Sheva. Un Resident Evil jouable en coopération, une option qui a fait couler beaucoup d’encre à la sortie du soft, cela retirant inévitablement cette dose de stress caractéristique que proposaient les opus précédents, qui laissaient le joueur seul face à l’horreur. Mais Resident Evil 5 suit les traces de Resident Evil 4, avec une approche encore plus orientée action, et des phases d’angoisse qui ont laissé place à des fusillades régulières, mettant complètement (ou presque) le côté horrifique de côté. Le jeu peut néanmoins parfaitement se jouer en solo, le CPU se chargeant alors de diriger Sheva.
 
 
 
Un Resident Evil à part donc que ce Resident Evil 5, si bien qu’il reste encore boudé par une partie des fans de la saga, lui reprochant cette orientation action au dépit de l’angoisse. De même, malgré son passage sur la génération actuelle, le jeu conserve les faiblesses techniques d’antan avec des bugs de collision fréquents, une maniabilité relativement lourdingue ou encore l’impossibilité de marcher tout en pointant son arme vers un ennemi, un comble ! Malgré tout, l’expérience proposée est assez intense, pour peu que l’on mette ces quelques écarts techniques de côté, et la possibilité de joueur à deux (en local comme en réseau) apporte un vrai plus, avec une progression très clairement basée sur le jeu en coopération.
 
 
 
Du contenu bonus à la pelle
Cette édition Gold permet donc de retrouver le jeu dans son intégralité, mais inclut également les nombreux bonus jusqu’alors uniquement téléchargeables (moyennant finances) sur les plateformes de téléchargement de Microsoft et Sony. En effet, on retrouve d’entrée de jeu la possibilité de jouer au mode Versus, qui permet à plusieurs joueurs de s’affronter dans des arènes inspirées des environnements que l’on traverse dans le jeu, en incarnant divers personnages au choix. Un nouveau mode de jeu en ligne, Réunion de Mercenaires, est également de la fête, avec aussi des personnages bonus, des figurines et des costumes. Mais cette réédition dorée contient également les deux chapitres inédits, disponibles eux aussi en téléchargement depuis quelques semaines : Perdu dans les Cauchemars et Une Fuite Desespérée
 
 
 
Deux chapitres inédits
Le premier nous replonge dans une réplique du célèbre manoir Spencer du premier opus, et nous permet d’en apprendre davantage concernant les relations entretenues entre Jill Valentine et Chris Redfield, celles-ci étant évoquées dans Resident Evil 5. Un chapitre plutôt intéressant scénaristiquement parlant, avec de nombreux clins d’oeil et la possibilité d’opter pour une caméra fixe (à l’ancienne), mais peut-être un peu trop mollasson, malgré un côté stressant indéniable et une nouvelle créature à affronter, particulièrement coriace et tenace. Le second chapitre, Une Fuite Desespérée, est relativement décevant dans l’ensemble, puisqu’il propose une approche presque 100% action, en nous proposant d’incarner Josh ou Jill qui vont devoir rejoindre un hélicoptère en traversant un environnement surpeuplé de créatures. Le tout donnera évidemment lieu à des séquences de tueries assez spectaculaires et efficaces, mais on s’éloigne encore un peu plus de l’essence même de Resident Evil. Cela aura néanmoins le mérite d’allonger un peu la durée de vie de l’ensemble, avec environ 1 heure de jeu pour chaque chapitre additionnel, et une dizaine de heures pour le jeu complet, sans oublier le mode Versus.
 
 
 
Achat obligatoire ou pas ?
Resident Evil 5 est l’exemple même du jeu qui divise les foules. Malgré ses qualités, les fans de la première heure ne lui pardonneront pas son orientation action et son mode coopération, tandis que les autres y verront là justement une excellente opportunité de s’adonner à un très bon jeu d’action à deux, ce qui reste relativement rare à l’heure actuelle. Toutefois, dans l’absolu, Resident Evil 5 est une bonne expérience à vivre, le mieux étant de la partager avec un acolyte, le gameplay étant essentiellement basé sur cet aspect coopération de bout en bout. Ceux qui n’ont pas encore craqué pour la version classique pourraient bien se rabattre sur cette Gold Edition regroupant tous les bonus du jeu et plus abordable d’un point de vue tarifaire, qui offre une bonne douzaine d’heures d’action efficace, et qui reste encore aujourd’hui très agréable à regarder, comme à jouer.
 
Dossier réalisé à partir d’une version éditeur Playstation 3
Advertisements

Ailleurs sur le web