Test Moto GP 09/10, le must pour les amoureux de deux roues ?

Test Moto GP 09/10, le must pour les amoureux de deux roues ?

Après un opus 2008 relativement décevant, la licence Moto GP revient sur le devant de la scène vidéoludique, et pour fêter cela, Capcom propose un Moto GP 09/10 deux en un, basé sur la saison passée, mais qui pourra être mis à jour gratuitement cet été pour bénéficier des nouveautés du championnat 2010. Mais que vaut-il réellement ?

Publié le 25 mars 2010 - 16:30 par La rédaction

Deux saisons sinon rien !
Bien que la licence a quelque peu perdu de sa superbe au fil des ans, et souffert d’un imbroglio terrible avec les opus parus sur Xbox et ceux parus sur Playstation 2 sous l’égide de Namco, la saga Moto GP est de retour sur nos consoles HD, sous la houlette de Capcom, à l’image de l’édition précédente. Ce Moto GP 09/10 dispose d’entrée de jeu d’une particularité notable. En effet, l’essentiel du contenu stocké sur la galette (pilotes, écuries, circuits, règlements…) concerne la saison écoulée, mais Capcom proposera dès le mois de juillet du contenu téléchargeable (gratuit) qui permettra de mettre à jour les effectifs (pilotes, écuries), mais aussi les nouveaux règlements et autres modifications apportées par le championnat moto 2010 qui débutera le 11 avril. Sympa !
 
 
 
Un mode Carrière prenant…
Si les amateurs de Formule 1 vont devoir patienter jusqu’à septembre pour mettre la main sur la déclinaison virtuelle de leur discipline sportive favorite, les fans de deux-roues peuvent dès à présent s’adonner aux joies du pilotage des 125cc, 250cc et évidemment la catégorie reine : 500cc. Ce Moto GP 09/10 reprend donc l’essentiel de la saison passée on l’a dit, et propose divers modes de jeu : Arcade, Championnat, Carrière, Contre-la-montre, sans oublier bien sûr un mode multijoueurs en ligne pouvant accueillir jusqu’à 20 pilotes. Si les modes Arcade, Championnat et Contre-la-montre restent connus de tous, le mode Carrière incarne littéralement le coeur même du jeu, puisqu’il offre non seulement du pilotage pur, mais aussi un aspect gestion intéressant et très accessible. Ainsi, le joueur devra débuter sa carrière seul, sur une moto simplette, dénuée de sponsors et d’améliorations lui permettant de se frotter aux meilleurs. Au fil des courses (et des bonnes performances), il sera possible de recruter des attachés de presse, ceux-ci se chargeant de dégoter des sponsors qui rapporteront de l’argent, mais on peut également engager des ingénieurs, qui se chargeront pour leur part d’améliorer la moto. A noter que de nombreux agents et ingénieurs sont proposés, chacun disposant de ses propres qualités et défauts (et d’un salaire plus ou moins important aussi), et c’est donc au joueur de faire le bon choix, sachant qu’un ingénieur spécialisé dans les pneumatiques mettra plus de temps à élaborer une amélioration moteur qu’un ingénieur dont c’est la spécialité.
 
 
 
Au fil des courses, on accumule donc de l’expérience (en fonction de notre attitude et des résultats en course) et l’on s’entoure peu à peu d’une vraie équipe qu’il faut prendre le soin de manager un minimum pour parvenir au summum de la gloire. La moto arbore petit à petit les logos des sponsors, et devient de plus en plus compétitive, si bien que l’on aura vite fait de devenir un pilote convoité par les marques les plus prestigieuses comme Aprilia ou Yamaha. Un mode Carrière très prenant donc, d’autant plus qu’il faudra faire ses armes sur une modeste 125cc avant de pouvoir prétendre au championnat 250cc, et enfin avoir accès au Graal, la Moto GP. Impossible de démarrer directement en Moto GP donc, un mal pour un bien finalement, car cela permet de juger de la différence de puissance et de pilotage entre les différentes cylindrées.
 
 
 
…mais une technique trop faible, et un manque de charisme flagrant
D’un point de vue plus technique, le soft ne fait clairement pas partie de ce que l’on voit de mieux actuellement, avec une gestion des chocs trop approximative, un rendu global pas vraiment photo réaliste et des textures assez simples. Néanmoins, ce manque de richesse visuelle profite à la fluidité de l’ensemble, qui est pour sa part absolument irréprochable, avec une impression de vitesse bien au rendez-vous, accentuée par un effet de caméra plutôt sympathique une fois les 250 km/h dépassés. L’interface générale est également très simple d’accès (trop même), et les temps de chargement sont plus que raisonnables. En revanche, on aura vite fait de passer par les options pour mettre à bas cette terrible musique qui accompagne chaque course, et l’on maudira quelque peu cette voix off assez risible présente dans les menus comme en course. La sonorité des moteurs n’est pas non plus un gage de qualité, avec un rendu soit trop aigu, soit trop grave, mais rarement dans les bons tons. On regrettera également une certaine absence de charisme général et de petites choses comme le manque de podium, de vrai public, d’ambiance en début et fin de course… Bref, ce n’est pas techniquement que Moto GP 09/10 s’attirera les faveurs des amateurs du genre, mais plus par son mode Carrière bien fichu, sa ribambelle de licences officielles, et un gameplay quelque peu revu.
 
 
 
Un gameplay revu, mais toujours davantage typé arcade que simulation
En effet, bien qu’il reste très accessible, ce Moto GP 09/10 permet aux meilleurs pilotes de tirer leur épingle du lot, non seulement en jouant habilement de la distinction entre frein avant et frein arrière, mais aussi via l’apparition d’une nouvelle possibilité, à savoir la fonction Attaquer. En effet, en pressant la touche X (sur Playstation 3) le pilote adoptera une position aérodynamique qui augmentera les performances du bolide en accélération comme en vitesse de pointe, au dépend de la maniabilité toutefois, puisqu’il sera alors presque impossible de tourner. Une gestion du corps inédite donc, assez déroutante de prime abord, mais qu’il est indispensable de maîtriser et surtout d’utiliser pour espérer décrocher une victoire. Un côté prise de risques intelligemment retranscrit ici, et qui fera vraiment la différence entre les joueurs agressifs et ceux plus prudents. Dommage toutefois que cela soit terni en course par quelques tares telles que des collisions absolument risibles (avec des concurrents qui viennent parfois vous percuter à l’arrière en pleine ligne droit des stands au lieu de vous dépasser…) ou encore une aspiration bien présente, mais assez mal gérée.
 
 
 
Peut (bien) mieux faire…
Même s’il serait grand temps que la moto ait à son tour droit à une déclinaison vidéoludique digne d’intérêt, ce Moto GP 09/10 saura éventuellement contenter les plus fanatiques, ceux qui fermeront les yeux sur les nombreuses tares techniques et autres aberrations en tout genre du soft et se concentreront sur le pilotage somme toute assez agréable et accessible. L’ensemble est pauvre graphiquement, les décors sont très figés et manquent de réalisme, les pilotes sont d’une rigidité effarante, l’IA n’est pas au top, la bande-son est un désastre, le tout manque cruellement d’identité et de charisme, et le gameplay (bien que joliment remanié pour cet opus) a toujours le derrière entre deux selles, ce qui ne sera pas du goût des puristes recherchant une simulation pure et dure. Moto GP 09/10 joue donc sur ses licences officielles (avec la mise à jour 2010 gratuite, disponible cet été en téléchargement) et son excellent mode Carrière pour attirer les foules, mais rien qui ne saurait en faire un opus indispensable une fois de plus. A essayer toutefois.
 
Test réalisé à partir d’une version éditeur Playstation 3
Advertisements

Ailleurs sur le web