Test Monster Hunter Tri, chassez du monstre sur Wii !

Test Monster Hunter Tri, chassez du monstre sur Wii !

Après deux opus parus sur Playstation 2 et diverses itérations PSP qui ont connu un succès gigantesque au Japon, la saga Monster Hunter s’exporte sur Wii, tout en conservant un mode online absolument impeccable. La chasse aux monstres peut commencer !

Publié le 20 avril 2010 - 17:00 par La rédaction

Monster Hunter maintenant sur Wii !
La saga Monster Hunter, véritable monument vidéo ludique au Japon, reste encore relativement méconnue du grand public en France. Développée par Capcom (à qui l’on doit entre autres Resident Evil, Street Fighter, Megaman ou Lost Planet), la franchise propose au joueur d’incarner un chasseur (à personnaliser selon ses goûts en début de partie) et d’accomplir les quêtes proposées par son clan, des quêtes dont la complexité et l’ampleur grandiront bien évidemment au fil des parties. Bien sûr, si Monster Hunter propose une expérience solo solide, c’est en multijoueurs que le titre révèle tout son potentiel et Monster Hunter 2 sur Playstation 2 ou encore les opus PSP misaient énormément sur ce créneau de convivialité. Le online n’est pas vraiment le crédo de la Wii comme chacun sait, mais malgré tout, Capcom est parvenu à retranscrire toute l’expérience Monster Hunter sans faire de concessions, ce qui ravira les aficionados de la série.
 
 
 
Chasse et pêche au pays des dinosaures
Traquer des créatures gigantesques et dangereuses, inspirées par les dinosaures et monstres imaginaires les plus voraces, voilà l’essence même de Monster Hunter. Le principe de cet opus Wii reste donc inchangé, et l’on prend le contrôle d’un humble chasseur (ou chasseuse) en début de jeu, et c’est en oeuvrant pour les habitants du village que l’on se verra peu à peu confier de nouvelles quêtes, plus passionnantes et dangereuses que les phases de cueillette de champignons et autres minerais à prélever proposées en début de jeu. Pour les néophytes, le jeu se charge d’inculquer les bases du gameplay via un tutoriel obligatoire et bien conçu, même s’il paraîtra tout simplement interminable à certains (comptez une heure et demie tout de même). On retrouve avec plus ou moins de plaisir ce gameplay très rigide, qui ne permet toujours pas de cibler un ennemi, ni même d’annuler un combo mal engagé… Autant dire que les premières joutes sont emplies de coups d’épée dans le vide et autres erreurs de manipulation. Un principe très old school comme on dit, mais cela fait néanmoins partie du « charme » de Monster Hunter.
 
 
Un MMORPG light ?
De très nombreux objets sont à récupérer en cours de jeu (herbe, champignon, minerais…) et les dinosaures occis peuvent également être décarcassés pour y récupérer tantôt un os, tantôt un bout de viande, une écaille… Bref, des dizaines et des dizaines d’objets à récupérer qui serviront à se soigner, à faire du troc ou encore à améliorer son arme et son armure chez l’armurier du coin. En effet, comme tout bon jeu d’aventure/action qui se respecte, Monster Hunter Tri permet au joueur de faire évoluer son personnage, et faire l’acquisition de nouvelles armes et armures, ainsi que de les faire évoluer par la suite pour accentuer la défense, l’attaque ou encore la résistance à tel ou tel élément. Il faudra donc prendre soin de choisir ses armes avec précaution et stratégie, en établissant diverses configurations notamment, car se retrouver face à un ennemi véloce avec une énorme épée surpuissante, mais terriblement lente à manier jouera clairement en notre défaveur. Un côté stratégique assumé donc, que l’on retrouve tout au long du jeu. Le côté solo de ce Monster Hunter Tri est évidemment loin de refléter toute l’étendue du soft, mais il constitue néanmoins un passage obligé puisque le personnage que l’on incarnera en multijoueurs sera évidemment le même que celui de la section solo.
 
 
 
Une expérience à vivre online
Il sera donc indispensable de passer quelques heures dans ce mode pour disposer d’un minimum d’outils, d’armures et d’armes pour aller chasser du monstre entre amis via le mode réseau. Ce dernier se révèle assez proche d’un Phantasy Star, avec la possibilité de retrouver ses coéquipiers dans une petite ville, et discuter avec eux (via WiiSpeak ou textuellement) avant d’opter pour l’une des quêtes proposées, réparties en trois catégories : collecte, capture et traque. Si la première demande de rapporter au village des éléments bien précis (et parfois bien rudes à dénicher…), les autres s’avèrent nettement plus prenantes, avec notamment des phases de capture bien senties, qui demanderont aux chasseurs d’allier force et ruse pour parvenir à affaiblir suffisamment un monstre avant de tenter de l’enfermer dans un piège. Sympa. A noter que contrairement à un RPG traditionnel, il n’y a pas d’évolution de niveaux ici, et il faudra donc savoir utiliser sciemment les items récupérés en combats et autres mélanges d’objets pour se façonner un look de tueur, au propre comme au figuré. A noter également la présence d’un mode Arène, jouable seul ou à deux, qui permet de se lancer à la chasse d’un monstre dans un environnement clos, et débusquer là encore quelques items utilisables ensuite dans le mode solo classique. On appréciera également la possibilité de transférer son chasseur directement dans sa Wiimote pour l’emmener chez un ami.
 
 
Un trip résolument old school
D’un point de vue plus technique, malgré quelques environnements particulièrement réussis, il est clair que Monster Hunter Tri brille davantage par son fond de jeu que par sa forme. Les couleurs se révèlent souvent bien ternes, quelques bugs (de collision notamment) sont à déplorer, et le phénomène d’aliasing est bien présent, même s’il ne s’avère pas plus gênant que cela au final. Les aires de jeu sont relativement vastes et variées dans l’ensemble, on regrettera néanmoins la présence systématique d’un écran de chargement (assez court heureusement) lorsque l’on passe d’une zone à une autre. Globalement, le titre reste très convaincant pour le support, et la modélisation des créatures et des chasseurs est très réussie dans l’ensemble, tout comme l’ambiance sonore, que certains jugeront toutefois un peu trop « japonisante » avec ses sonorités old school, sans compter certaines mimiques également. Toutefois, le jeu reste assez proche de ce que l’on a déjà pu voir sur Playstation 2, et un vrai opus next-gen aurait sans doute permis d’apprécier encore plus la dimension épique de l’expérience Monster Hunter. On l’a vu, le gameplay ne dispose d’aucune aide (lock, régénération de santé automatique ou autres) et laisse donc le joueur face à lui même, quitte à donner de très nombreux coups d’épée/hache/lance dans le vide, et ceux qui pestaient face à l’imprécision des précédents opus continueront donc de pester, encore et encore…
 
 
 
Une expérience intense et palpitante…mais à réserver aux fans toutefois
Pour son arrivée sur Wii, Monster Hunter frappe un grand coup avec cet opus Tri, et même s’il s’adresse à nouveau uniquement à une niche bien particulière de joueurs, son univers riche, ses innombrables possibilités de personnalisation et d’évolution, le challenge particulièrement relevé de l’ensemble et les quêtes online jouables jusqu’à quatre en simultané sont autant d’arguments qui jouent en sa faveur. Les fans seront donc ravis de retrouver enfin leur univers favori sur console de salon, mais les autres (une grande majorité en tout cas…) n’y verront là rien de plus qu’un jeu d’aventures/action dénué d’intérêt, au gameplay lourd et imprécis couplé à une progression lente et fastidieuse, si bien que ces derniers ne prendront même pas la peine de terminer le tutoriel. Le soft commence à prendre une réelle ampleur au bout de quelques heures de jeu, et l’on ne saurait que trop recommander aux plus curieux de l’essayer au préalable, tant son concept et son gameplay peuvent rebuter. Ceux qui se laisseront séduire uniquement par sa jaquette aguicheuse et la possibilité de chasser du gibier préhistorique (qui n’en a jamais rêvé ?) seront eux extrêmement déçus, les voilà prévenus.
Advertisements

Ailleurs sur le web