Test Skate 3, la simulation ultime signée Electronic Arts ?

Test Skate 3, la simulation ultime signée Electronic Arts ?

Electronic Arts nous propose un troisième opus de sa série Skate, qui mise sur un certain réalisme que seuls les plus aguerris peuvent se targuer de maîtriser. Quid des nouveautés de ce troisième opus.

Publié le 29 mai 2010 - 8:15 par La rédaction

Dans le domaine des simulations de skate sur consoles, c’est un certain Tony Hawk qui a régné sans partage durant de (trop ?) nombreuses années, avec des opus de plus en plus anecdotiques avec le temps. Electronic Arts, conscient du déclin progressif du célèbre faucon, lança en 2007 un certain Skate, pas franchement attendu au tournant. Pourtant, avec un gameplay tirant sur le réalisme absolu, se pratiquant presque exclusivement à l’aide des deux sticks analogiques du pad, et une réalisation somme toute des plus agréables, la série a réussi à se faire un nom, et les amateurs de la discipline ne tardèrent pas à quitter Tony Hawk pour adopter avec joie la nouvelle franchise d’EA. Un peu moins de 3 ans après le lancement du premier opus, voilà que la saga Skate revient déjà pour la troisième fois sur nos consoles next-gen, avec un opus misant davantage sur la communauté.
 
 
 
San Vanelona / Port Caverton : du pareil au même ?
Premier changement de taille dans ce Skate 3, la ville de San Vanelona, paradis des skateurs présent dans Skate 1 et 2, laisse place à une nouvelle cité : Port Carverton. Mais à y regarder de plus près, on remarque rapidement que le changement n’est pas si flagrant, et l’on retrouve à peu de choses près le même level design que dans les opus précédents, avec un quartier d’affaires similaire, un quartier résidentiel, des allées pentues bien comme il faut… Bref, le changement n’est pas aussi radical qu’escompté, mais cela n’empêche pas pour autant de grimper sur son skate, et commencer à enchaîner quelques tricks.
Là encore, pas de bouleversement notoire, la jouabilité reste identique à celle introduite par le premier opus, à savoir concentrée sur les deux sticks du pad. Le stick de gauche sert à diriger son skater, tandis que le stick droit permet de sauter et d’effectuer différents tricks. On pourra attraper sa board avec la main gauche ou la main droite (voire les deux) avec les différentes gâchettes, et comme dans Skate 2, il est possible de prendre sa planche à la main et se déplacer à pieds pour atteindre un spot inaccessible autrement, monter des escaliers… Ces phases à pieds ont d’ailleurs été légèrement revus et s’avèrent nettement plus agréables ici. De nouveaux tricks sont de la fête, avec notamment les darkslides, qui permettent d’effectuer un grind avec la planche à l’envers, le must pour les amateurs de style. Mis à part cela, et la possibilité de stopper un trick en cours en pressant la gâchette de droite, le gameplay n’offre rien de véritablement révolutionnaire comparé aux deux épisodes précédents. Le jeu propose une nouvelle fois un casting de choix, avec de nombreuses figures emblématiques de la discipline que l’on recontrera au fur et à mesure dans le jeu.
 
 
 
Une vraie communauté online
Un mode personnalisation très complet permettra également aux plus passionnés de façonner un skate park en plaçant différents éléments à leur guise, et la carte regorge de défis à compléter pour faire progresser le mode Carrière. Les succès aux différents défis (photo, vidéo, course, boucherie….) permettront d’engranger des points qui déverrouilleront d’autres défis et divers bonus, comme la possibilité d’engager des coéquipiers. A noter qu’il est possible de s’enregistrer auprès des serveurs EA pour participer aux différents défis en ligne, contre de véritables joueurs du monde entier, plutôt que contre des skateurs dirigés par l’IA. Le système de coéquipiers profite également de cette jouabilité en ligne, et il est ainsi possible (et même recommandé) de se créer un véritable petit groupe de skateurs « humains ». Le jeu offre toujours la possibilité de réaliser ses photos et vidéos, et partager les plus classes avec la communauté. Bref, rien de bien neuf là encore, si ce n’est une interactivité online un peu plus poussée.
 
 
 
Une technique qui n’évolue pas…
D’un point de vue plus technique, même si les tricks sont toujours aussi détaillés et agréables à l’oeil, force est d’admettre que Port Caverton ne brille pas vraiment de mille feux. L’ensemble est plutôt terne, et surtout relativement dépouillé… Graphiquement, mis à part quelques textures hasardeuses et des collisions pas toujours au top, l’ensemble reste relativement correct, et les amateurs des premiers opus ne verront pas vraiment de différence à ce niveau. On notera néanmoins un frame rate assez limite, qui a tendance à chuter lors des phases les plus chargées. Dommage. L’ensemble aurait gagné à être un peu plus fluide, mais c’est surtout la progression dans le jeu qui manque cruellement de rythme, étant donné que l’on se contente de participer aux différents défis proposés, sans vraiment de surprises pour relancer un peu la cadence…
 
 
 
Verdict
Si le premier opus avait ce quelque chose de littéralement révolutionnaire, c’est un peu l’inverse en ce qui concerne ce Skate 3, qui se contente de reprendre les éléments des deux opus précédents, en ajoutant simplement un côté communautaire online un peu plus poussé. Pas de révolution esthétique, graphique ou de gameplay, juste de quoi retrouver ce gameplay toujours aussi réaliste et accrocheur. Les modifications sont mineures et rien ne saurait vraiment justifier l’acquisition de cet opus si l’on possède un épisode précédent. Skate 3 assure le minimum syndical, et l’on espère assister à une véritable avalanche de nouveautés pour le prochain opus, sous peine de subir le même sort que la série Tony Hawk. A noter que les joueurs non adeptes du jeu en ligne trouveront encore moins d’intérêt à ce Skate 3, la principale nouveauté résidant dans les possibilités online.
 
Dossier réalisé à partir d’une version commerciale Playstation 3
Advertisements

Ailleurs sur le web