Test Red Dead Redemption, le western en HD selon Rockstar Games

Test Red Dead Redemption, le western en HD selon Rockstar Games

Déjà à l’origine de la saga GTA, les équipes de Rockstar Games nous proposent un nouveau titre d’action, à la sauce western cette fois, d’une intensité et d’un gigantisme tout bonnement exceptionnels. L’un des jeux de l’année, incontestablement.

Publié le 8 juin 2010 - 10:00 par La rédaction

Mondialement (re)connu pour sa saga phare GTA, Rockstar Games a également dans sa besace une autre licence, nettement moins reluisante et rentable, mais plutôt originale : Red Dead. Le premier opus a vu le jour sur Xbox et Playstation 2 et ce dernier avait connu un succès critique et commercial somme toute relativement modeste. Mais le studio a choisi de revisiter à nouveau le western à sa sauce (et en HD) avec le développement de ce Red Dead Redemption sur Playstation 3 et Xbox 360, extrêmement prometteur sur le papier, et qui constitue au final l’un des meilleurs jeux de cette année 2010. Explications.
 
 
Exit Niko Bellic, place à John Marston
Si GTA IV nous plaçait dans la peau de Niko Bellic, ce Red Dead Redemption nous permet d’incarner un hors-la-loi mystérieux et plutôt rude de prime abord, John Marston. Laissé pour mort par ses anciens compagnons, John Marston va partir en quête de rédemption, et ce sera bien sûr au joueur de décider de la procédure voulue, en faisant parler la poudre dès que cela est possible ou bien en épargnant un maximum de vies, de manière à s’attirer la sympathie et la reconnaissance des habitants de la région. En effet, ce Red Dead Redemption reprend divers éléments de la saga GTA, à commencer par une aire de jeu absolument gigantesque et magnifique, qui peut être parcourue à pied, à cheval ou via les différents moyens de locomotion proposés dans le jeu. Rockstar Games a évidemment élaboré un scénario complet, mais le joueur est libre de vagabonder, à la recherche de bandits à capturer (morts ou vifs bien sûr), de gangs à exterminer et tout un tas d’autres objectifs secondaires qui insufflent au jeu une profondeur hallucinante. Le jeu prend le temps de poser ses bases scénaristiques et l’ensemble parait souvent mieux amené et plus cohérent que dans un GTA.
 
Bien sûr, l’ambiance western est retranscrite de manière admirable ici, que ce soit au niveau technique, au niveau des situations rencontrées, des personnages… L’ensemble prend littéralement vie sous nos yeux, et les premières ballades à cheval sur fond de coucher de soleil ont quelque chose d’épique. L’aire de jeu est immense nous l’avons dit, et si l’on pouvait craindre une certaine monotonie dans les missions et une sensation de vide dans les décors, il n’en est rien puisque Rockstar a rempli sa map d’objectifs secondaires, d’attaques-surprises, d’innocents à secourir (ou pas), d’animaux à abattre, de gangs à décimer, de plantes à ramasser, de collines, de falaises… Un sentiment de vie presque palpable qui plonge le joueur à 200% dans cette ambiance western magistralement restituée ici, et nettement sous-représentée dans le monde du jeu vidéo.
 
 
Un gameplay corrigé
Rockstar Games a également eu la bonne idée de retravailler le gameplay (issu de GTA IV) avec un dynamisme revu à la hausse, une assistance à la visée plus précise et des gunfights nettement plus nerveux dans l’ensemble, sans oublier bien sûr la possibilité de chevaucher différents chevaux, aux capacités propres, et dont les plus rapides se débloqueront au fil de l’aventure. A cela s’ajoute également une commande Sang Froid, qui permet de figer le temps l’espace de quelques secondes, de manière à venir à bout des ennemis avec une classe et une efficacité dignes de Clint Eastwood. Différentes armes sont mises à disposition et outre l’incontournable Colt 6 coups, on peut avoir recours à un fusil ou encore un couteau pour les plus téméraires. Certains habitants auront parfois l’audace de provoquer Marston en duel, et il faudra alors savoir dégainer vite et viser juste pour faire tomber son présomptueux adversaire devant une foule aussi admiratrice que craintive. En effet, un système de Réputation est de la partie, et ce dernier variera en fonction des bonnes et mauvaises actions commises dans le jeu, ce qui influera sur le comportement des habitants à l’égard de Marston. Tout cela bien sûr sans compter l’ambiance sonore générale qui se dégage du jeu, avec des doublages (en anglais) impeccables, des bruitages parfaits et une bande-son digne des meilleurs westerns spaghetti de la belle époque, qui ne font que sublimer encore un peu plus les longues chevauchées (solitaires ou accompagnées) proposées par le jeu.
 
 
 
Un jeu riche, vaste, profond et diablement immersif…
Graphiquement, même si l’ensemble est à tomber à la renverse tant on perçoit en permanence le souci de détail apporté à chaque élément du jeu, on note néanmoins un frame rate parfois un peu instable, mais rien qui ne saurait faire vaciller la perfection de l’ensemble. Les différents décors (désert, village, saloon…) sont tous très réussis et le jeu dégage une impression de liberté que l’on n’aurait à peine osé imaginer. Bien que la trame principale puisse se terminer en une vingtaine d’heures, le jeu propose de très nombreux à-côtés qu’il serait dommage de ne pas creuser. Outre les missions annexes et autres chasses aux hors-la-loi, il est aussi possible de s’adonner au jeu du couteau ou du fer à cheval, voire à boire quelques whiskys au saloon du coin avant d’aller se faire un petit poker dans une arrière-salle glauque à souhait. Les possibilités sont tellement nombreuses qu’il serait tout simplement impossible de les énumérer ici.
 
Côté multi, le jeu propose également quelques réjouissances à qui aura eu la bonne idée de relier sa console au réseau, et l’on pourra ainsi rejoindre d’autres cow-boys du monde entier et participer à des tueries relativement classiques (capture du drapeau, match à mort en équipe…) mais aussi s’adonner à quelques excellentes missions en coopération, dont le nombre s’étoffera dans le futur avec la mise en ligne de divers packs. De nombreux bonus sont à débloquer, en solo comme en multi, et Red Dead Redemption fait partie de ces jeux qui ne sortent que très rarement du lecteur de sa console.
 
 
Verdict
D’une beauté renversante, malgré un frame rate parfois limité, Red Dead Redemption est une réussite incontestable et parvient à retranscrire tout le gigantisme et la liberté du genre western avec brio. Certes, les similitudes avec la saga GTA sont nombreuses, mais le tour de force réalisé par Rockstar Games est admirable, puisque les développeurs sont parvenus à offrir un jeu d’une richesse et d’une profondeur incroyables, sans oublier une bande-son majestueuse qui finit de parfaire l’immersion ressentie dès les premières minutes de jeu. Red Dead Redemption fait indéniablement partie de ces jeux à posséder, et qu’il serait juste regrettable de manquer.
Dossier réalisé à partir d’une version presse Playstation 3
Red Dead Redemption est également disponible sur Xbox 360 
Advertisements

Ailleurs sur le web