Test Mafia 2 sur Playstation 3, une offre qui ne se refuse pas ?

Test Mafia 2 sur Playstation 3, une offre qui ne se refuse pas ?

Après huit années d’attente, les fans du premier Mafia peuvent enfin découvrir sa suite, disponible depuis quelques jours sur consoles next gen et sur PC. Verdict complet.

Publié le 6 septembre 2010 - 12:10 par La rédaction

Le premier Mafia, paru originellement sur PC puis porté sur Playstation 2 et Xbox, avait su convaincre son monde, de par une orientation de gameplay relativement novatrice pour l’époque (en 2002) et surtout une ambiance mafieuse passionnante, et très bien retranscrite. Et il aura donc fallu attendre huit longues années pour enfin découvrir la suite du titre de Take Two, développée une fois de plus par 2K Czech. Mafia 2 nous place dans la peau de Vito Scaletta, un jeune italien fraîchement débarqué aux Etats-Unis, à Empire Bay pour être précis, qui va rapidement se faire embarquer dans des affaires obscures par son ami Joe, et se forger petit à petit un nom au sein de la mafia sicilienne locale. Relativement fourni en cinématique, le jeu dispose d’une mise en scène plutôt agréable à suivre, d’autant plus que ces mêmes cinématiques ont bénéficié d’un soin tout particulier, tant au niveau de la réalisation graphique que des doublages.
 
 
 
Une plongée au coeur de la mafia sicilienne
Soyons clairs, Mafia 2 n’est pas vraiment ce que l’on pourrait appeler un GTA like, Empire Bay n’étant pas aussi riche que Liberty City en terme de missions annexes et autres réjouissances à découvrir en marge de l’aventure principale. En effet, Mafia 2 se veut nettement plus dirigiste et linéaire qu’un GTA. Les phases d’exploration libre entre deux missions sont bel et bien possibles, mais hormis récupérer quelques Playboy, rechercher les différentes affiches Wanted disséminées dans la ville et s’acheter de nouveaux vêtements (un costume de circonstance par exemple) et des armes dans les boutiques du coin, il n’y aura pas grand chose de plus à se mettre sous la dent. Certes, on pourra toujours s’amuser à voler les voitures que l’on croise (en brisant la vitre ou en crochetant la serrure pour les véhicules stationnés, ou bien en éjectant le malheureux conducteur tranquillement arrêté à un feu rouge) et faire monter la jauge de recherche de la police en arpentant les rues de la ville pied au plancher, mais cela s’avère assez vite lassant, d’autant plus que les véhicules du jeu n’ont pas grand chose de féroce, l’action se déroulant dans les années 1940/1950.
 
 
 
Une progression linéaire
Divisé en 15 chapitres, Mafia 2 s’avère donc relativement linéaire, mais les développeurs ont toutefois réussi à créer un scénario assez captivant pour forcer le joueur à enchaîner les missions, et découvrir le fin mot de l’histoire. Plutôt orienté action, le jeu dispose d’un système de couverture (comme dans le récent Kane & Lynch 2 par exemple) qu’il faudra fréquemment utiliser pour ne pas tomber prématurément sous les assauts ennemis. A noter toutefois que cette action est renforcée par le côté destructible de la plupart des éléments du décor, ce qui rajoute une touche de dynamisme bienvenue aux différents gunfights.
 
 
 
Toutefois, malgré un scénario travaillé et quelques passages très agréables à jouer, on regrette rapidement quelques petits détails comme l’impossibilité de tirer tout en conduisant, l’absence de motos, l’impossibilité de prendre un taxi pour abréger un trajet ou encore un certaine raideur dans les animations… De plus, si les cinématiques offrent une qualité tout à fait respectable, le jeu en lui même est un peu moins flatteur pour la rétine, avec un aliasing parfois tenace, et une fluidité pas toujours au top. En revanche, la bande-son est un pur régal pour qui apprécie la musique d’antan et se promener en voiture d’époque tout en écoutant That’s Amore de Dean Martin est un pur plaisir. A noter que le jeu permet de profiter d’un limiteur de vitesse automatique, utile pour ne pas dépasser la vitesse limite juste devant une voiture de police.
 
 
 
Pas d’exploration, ni de multijoueur…
Très travaillé d’un point de vue scénaristique, avec notamment de nombreux passages montrant la rivalité entre la mafia sicilienne et la mafia irlandaise, le jeu imposera par moments de déposer les armes pour se battre à mains nues, de quoi participer à quelques bagarres plutôt bien rendues, avec un gameplay simple mais néanmoins accrocheur. Toutefois, le gros défaut de ce Mafia 2 réside dans l’absence totale d' »à-côtés » car le jeu ne dispose d’aucune quête annexe, ni même d’un mode multijoueur, qui aurait pu relancer une durée de vie un peu juste. Comptez une petite dizaine d’heures pour boucler le mode Histoire, et quelques heures de plus pour les plus courageux qui tenteront de récupérer tous les magazines Playboy ainsi que les affiches Wanted. 
 
 
Verdict
Mafia 2 ne joue pas sur le même terrain qu’un GTA IV et ceux espérant trouver en lui un ersatz de GTA basé dans les années 50 seront forcément déçus. Toutefois, le jeu de 2K Czech dispose d’un mode histoire travaillé, avec un scénario qui réserve son lot de surprises et des personnages relativement attachants dans l’ensemble. Reste toutefois qu’une fois le mode histoire terminé, Mafia 2 n’a plus grand chose à offrir, pas même un mode multijoueur. L’aspect technique un peu dépassé en rebutera également certains, mais le jeu propose néanmoins une virée dans le milieu mafieux des plus intéressantes, sublimée par une bande-son impeccable. Rien de bien inoubliable donc, juste quelques bonnes heures de fusillades et autres courses poursuites dans les années 1940/1950, de quoi satisfaire les amateurs du genre pas trop exigeants.
 
Dossier réalisé à partir d’une version éditeur Playstation 3
Advertisements

Ailleurs sur le web