Test Kingdom Hearts Birth by Sleep, quand Final Fantasy rencontre Disney sur PSP

Test Kingdom Hearts Birth by Sleep, quand Final Fantasy rencontre Disney sur PSP

Après deux opus sur Playstation 2 et un passage sur GameBoy Advance et Nintendo DS, la saga Kingdom Hearts arrive sur PSP pour un opus qui s’impose tout simplement comme le meilleur de la saga. Un mix on ne peut plus réussi entre Final Fantasy et Disney.

Publié le 16 septembre 2010 - 16:15 par La rédaction

Après un premier opus pas aussi réussi qu’escompté lors de sa première apparition sur Playstation 2, la saga Kingdom Hearts et son melting pot Final Fantasy/Disney avait néanmoins su séduire suffisamment de joueurs pour que Square-Enix décide d’en développer une suite, toujours sur Playstation 2, suite qui corrigeait efficacement quelques défauts du premier opus, sans toutefois vraiment faire frémir de plaisir les RPGistes pure souche. Plutôt axée action/aventure, la saga Kingdom Hearts dispose toutefois d’un charme indéniable (pour qui apprécie un tant soit peu Final Fantasy et Disney évidemment) et plutôt que de se concentrer sur un opus Playstation 3 dont rêvent tous les fans, Square-Enix a préféré opter pour la console portable de Sony, la PSP, après avoir au préalable décliné la saga sur GameBoy Advance et Nintendo DS. Cet opus, sous-titré Birth by Sleep, nous propose donc de revenir aux origines mêmes de la série Kingdom Hearts et nous demande de choisir parmi trois personnages en tout début de jeu (Ventus, Aqua ou Terra), et suivre à travers trois perspectives différentes cette aventure qui permet à nouveau de visiter les mondes de Cendrillon, d’Hercule, de Peter Pan ou encore de la Belle au Bois Dormant, avec toujours de nombreux ennemis et autres boss qui nous attendent bien évidemment à chaque recoin.
 
 
 
Trois héros, trois aventures distinctes, trois fois plus de plaisir ?
On l’a dit, ce Kingdom Hearts Birth by Sleep permet de suivre les pérégrinations de trois personnages, mais il faudra en choisir un en début de jeu, et c’est celui-ci que l’on suivra tout au long de la partie. Il faudra donc impérativement refaire le jeu avec les deux autres personnages pour découvrir tous les aspects du scénario, un scénario qui peut paraître assez décousu de prime abord d’ailleurs. Mis à part un démarrage un peu longuet, les bases du scénario sont rapidement posées, et l’on rentre assez rapidement dans le vif du sujet. Les phases de transition entre les différents mondes sont assurées par une map sur laquelle on pourra passer d’un monde à l’autre en un instant. Pratique. A noter que si les mondes ne diffèrent pas en fonction du personnage incarné, les ennemis eux ne seront pas forcément identiques, à l’instar de certaines phases de gameplay, totalement différentes d’un héros à un autre. Action RPG oblige, le jeu s’avère aussi nerveux que ses prédécesseurs sur Playstation 2, et les premières minutes de l’aventure permettent de découvrir un didacticiel aussi indispensable qu’intéressant sur la gestion des équipements, des attaques, des magies, des liens que l’on peut tisser avec les autres personnages… Autant d’informations qu’il ne faudra pas zapper sous peine de louper toute la partie stratégique du jeu.
 
 
 
Un gameplay d’une grande richesse
En effet, bien que davantage orienté action qu’un RPG traditionnel, Kingdom Hearts n’en oublie pas les bases du genre, et les différents ennemis occis au combat (en temps réel) laisseront échapper quelques orbes d’expérience qui feront évoluer notre héros, des niveaux qui seront synonymes de capacités supplémentaires à maîtriser. De même, les différentes capacités disposent elles-mêmes d’une jauge d’expérience, et les employer fréquemment au combat augmentera non seulement leur puissance, mais donnera accès là encore à de nouvelles capacités. Le jeu propose un système de personnalisation extrêmement poussé, et chaque joueur pourra opter pour 8 Command Charges à définir selon son bon vouloir. Si le système de combat permet au joueur d’appuyer frénétiquement sur la touche X pour enchaîner les coups de KeyBlade (l’arme commune aux héros de Kingdom Hearts), on se rend rapidement compte qu’il faudra également user intelligemment des sorts, des attaques spéciales ou même de l’esquive (via la touche Carré) pour venir à bout de certains ennemis. A ce titre, certaines attaques spéciales permettent non seulement d’anéantir toute forme d’ennemi, mais déclenchent un véritable feu d’artifices d’effets spéciaux à l’écran, un régal pour la rétine.
 
 
De la PS2 dans ma PSP ?
En effet, d’un point de vue graphique, Kingdom Hearts Birth by Sleep tire toute la quintessence de la console portable de Sony pour proposer un affichage d’une netteté irréprochable, épaulée par des effets spéciaux nombreux et très réussis. C’est simple, on croirait tenir une Playstation 2 portable entre ses mains. La prouesse graphique est donc indéniable, mais cela se traduit également par quelques temps de chargement un peu longuets (et juste interminables pour ceux qui refuseront l’installation partielle de 600 Mo sur le Memory Stick) et de très faibles ralentissements de l’action lors des phases les plus chargées, mais rien de bien alarmant néanmoins. Côté progression, certains héros de Disney viendront par moments prêter main-forte à Ventus, Terra ou Aqua, ce qui amènera là encore de nouvelles subtilités de gameplay, avec notamment quelques phases de QTE particulièrement bien senties.
 
 
 
Niveau durée de vie, il faudra compter un peu plus de dix heures pour boucler l’aventure avec un personnage, et il conviendra de multiplier ce chiffre par trois, tant nous ne saurions que trop vous conseiller de vivre l’aventure en incarnant tour à tour les trois héros du jeu. Enfin, le jeu propose également un petit mode multijoueur permettant à 6 joueurs de s’adonner à des mini-jeux originaux, mais aussi de coopérer avec deux compères pour venir à bout d’un boss particulièrement imposant. A noter que le mode multi est local uniquement, pas de mode en ligne donc.
 
Verdict
Sous ses faux airs de melting pot simpliste entre les univers de Final Fantasy et Disney, Kingdom Hearts Birth by Sleep dispose d’un gameplay d’une richesse assez effarante, avec notamment un système d’évolution des compétences très poussé et qui laisse une agréable liberté d’action au joueur, qui définira lui même les sorts à faire évoluer ou fusionner. Techniquement, le jeu fait clairement parti de ce qui se fait de mieux sur PSP, et la série bénéficie en outre d’un charme colossal, avec des personnages charismatiques et des univers Disney toujours aussi attachants et très bien intégrés au jeu. Ceux qui ont apprécié les opus précédents seront aux anges, les autres pourraient bien se laisser tenter par cet opus qui s’adapte parfaitement à la console portable de Sony. Une pure réussite donc, qui fait autant plaisir à jouer qu’à admirer.
Dossier réalisé à partir d’une version éditeur.
Textes à l’écran en français, voix en anglais.
Advertisements

Ailleurs sur le web