Test WRC, le jeu de rallye officiel de retour sur consoles HD

Test WRC, le jeu de rallye officiel de retour sur consoles HD

Après la F1, c’est au tour de la prestigieuse licence WRC de revenir sur nos consoles de salon HD. Confié aux mains du studio italien Black Bean, ce WRC est-il à la hauteur de nos espérances ? Réponse.

Publié le 25 octobre 2010 - 16:20 par La rédaction

Si la Formule 1 a effectué son grand retour sur consoles il y a de cela quelques semaines, c’est maintenant au tour de la licence WRC, longtemps détenue par Sony avec une myriade d’opus sur Playstation 2, de faire son grand come-back. Exit Evolution Studios (logique!), c’est donc le studio italien Black Bean (à l’origine de SBK 2010 déjà) qui s’est chargé du développement de ce WRC nouvelle génération, avec tout ce que cela inclut de licences officielles.
 
 
 
Le plein de licences !
WRC permet donc de retrouver l’intégralité de la saison écoulée du championnat du monde de Rallye, mais à l’instar de F1 2010, il dispose lui aussi d’un mode Carrière relativement étoffée. En effet, en début de parcours, il faudra se contenter d’un véhicule relativement modeste, mais qui permettra néanmoins de courir en J-WRC, et il faudra faire ses armes petit à petit pour espérer pouvoir enfin courir dans la cour des grands, aux côtés de Sébastien Loeb et autres Kimi Raikkonen. Les épreuves peuvent aller de la course simple à un rallye complet se déroulant sur plusieurs étapes, avec toujours le chrono en ligne de mire. Pas moins de treize rallyes sont de la partie (Suède, Mexique, Finlande, France, Espagne…), chacun proposant une atmosphère, une géographie et une météo uniques, pour un total de 78 courses à disputer. Côté voitures, on dénombre une bonne vingtaine de modèles, et 60 pilotes officiels. Pas mal !
 
 
 
Le mode Carrière est plutôt bien agencé et ne s’embarrasse pas d’options superficielles pour aller à l’essentiel. Il s’agira donc de remporter des courses, ce qui permettra à la fois de gagner des crédits pour modifier sa voiture ou en acheter une autre, mais aussi d’évoluer au coeur même de la communauté WRC, et s’ouvrir les portes des épreuves de plus en plus prestigieuses. La progression est agréablement longue et parsemée de défis en tout genre, et le jeu se charge d’expliquer rapidement les nouveautés qui interviendront en cours de route (gestion des sponsors, modifications esthétiques…), et tout cela, sans fioritures. Les développeurs n’ont ainsi pas voulu que le joueur s’éternise dans les menus, pour favoriser la course, et c’est bien là le coeur même d’une simulation auto.
 
 
 
De grosses lacunes techniques
Au delà de son mode Carrière, WRC permet également de se familiariser aux techniques de pilotage via un didacticiel dénommé Ecole de Pilotage, sans oublier bien sûr la possibilité de courir sur le tracé de son choix à bord de n’importe quel véhicule en Contre la Montre ou en Course Unique, mais aussi jouer jusqu’à 4 joueurs à tour de rôle. Le mode multi est pour sa part assez simpliste, puisqu’il s’agira de battre les chronos des adversaires dans des modes classiques (Course Simple, Rallye Simple..). Sur la piste, avouons-le d’entrée, le premier constat est assez décevant. Le rendu graphique est très basique, les textures pauvres et certaines spéciales se révèlent bien en deçà de ce que l’on est en droit d’atteindre d’un jeu de courses sur consoles HD à l’heure actuelle. Une première impression très décevante donc, surtout lorsqu’on le compare à des titres tels que F1 2010, DIRT 2 ou même GT5 à venir dans quelques semaines. Mais WRC parvient toutefois à se sauver grâce à son gameplay, relativement classique, mais très agréable à prendre en mains.
 
 
 
En effet, WRC offre un gameplay accessible, avec diverses assistances au pilotage à activer ou désactiver selon son niveau. Les différences de revêtement (asphalte, sable, neige, boue…) se ressentent immédiatement, et il faudra constamment savoir adapter son style de conduite à la situation. Les longs dérapages ne sont malheureusement pas très bien rendus, mais le pilotage est on ne peut plus complet, avec également une gestion des dégâts poussée, notamment sur les longs rallyes, à l’occasion desquels il faudra savoir réparer sa voiture intelligemment puisque le temps alloué aux réparations sera limité. Faut-il alors privilégier les freins au moteur ? La boîtes de vitesses aux suspensions ? Un gameplay simple et complet, qui rappellera à certains les excellents jeux de rallye sortis sur les générations de consoles précédentes. Bref, ceux qui auront la bonne idée de passer outre un premier choc visuel pas vraiment flatteur découvriront un gameplay simple mais néanmoins très agréable à jouer. A condition de ne pas être exigeant visuellement encore une fois…
 
 
 
Verdict
Malgré son physique ingrat, WRC offre un gameplay et une progression assez poussés pour amener le joueur à enchaîner les courses avec un certain plaisir. Le mode Carrière est complet et le jeu déborde de licences officielles, dommage toutefois ne pas avoir su (pu ?) peaufiner l’aspect graphique du jeu, tout comme l’environnement sonore, très limite parfois. WRC s’avère donc plutôt sympathique dans le fond avec un gameplay des plus agréables, mais souffre néanmoins d’un autre défaut majeur en plus de sa technique rebutante : arriver en boutiques juste après un F1 2010 brillant et juste avant un Gran Turismo 5 que l’on devine dantesque. A essayer toutefois.
 
Dossier réalisé à partir d’une version éditeur Playstation 3
Advertisements

Ailleurs sur le web