Test Kinect, le motion gaming Full HD selon Microsoft

Test Kinect, le motion gaming Full HD selon Microsoft

Après Sony et son PS Move, c’est au tour de Microsoft de se lancer dans l’arène du motion gaming, avec la disponibilité en boutiques du tant attendu Kinect. Précision, conditions de jeu, line-up de lancement, prix… Toutes nos impressions en détails et en images.

Publié le 12 novembre 2010 - 10:10 par La rédaction

Face au succès planétaire de la Wii de Nintendo, Sony et Microsoft se sont tous deux lancés dans la course au motion gaming, avec la volonté de rendre leurs consoles Playstation 3 et Xbox 360 accessibles à tous, via un accessoire dédié au motion gaming. C’est Sony qui a dégainé en premier avec son PS Move (voir notre test complet), un accessoire doté d’une boule lumineuse en son sommet, et qui permet d’être repéré dans l’espace via le Playstation Eye, une webcam à placer sur ou sous son écran de télévision. Un lancement plutôt réussi puisque le PS Move a unanimement été félicité pour sa précision, mais les ventes ont également dépassé les espérances de Sony, avec encore aujourd’hui quelques ruptures de stocks en boutiques. Mais Microsoft prépare depuis de nombreux mois le lancement de son Kinect (ex Projet Natal), une caméra dotée de divers capteurs de mouvements, qui promet aux joueurs de s’affranchir de toute forme de manette de jeu, pour devenir l’élément central du gameplay. En effet, Kinect promet de restituer avec précision tous les mouvements du joueur, pour les retranscrire à l’écran et plonger le joueur au coeur même du jeu. Après diverses présentations et autres démonstrations en tout genre, Kinect est enfin disponible en France, et depuis quelques jours au sein de la rédaction de Zone-Numérique.
 
Branchement / Configuration
Si le PS Move affiche de son côté une ressemblance évidente avec le duo Wiimote/Nunchuk de Nintendo, Microsoft a fait de son côté le choix de supprimer toute forme de « controller », et c’est donc le joueur qui devient une manette à part entière. Si le concept est bien différent de ce que proposent Sony et Nintendo, il n’en est pas inédit pour autant puisque Sony avait déjà proposé le même concept avec l’EyeToy sur Playstation 2…et Microsoft lui même proposait déjà une caméra pour Xbox 360 et quelques jeux compatibles, mais le succès commercial de cet Xbox Live Vision a été plus que modeste. Toutefois, avec Kinect, Microsoft promet une nouvelle ère dans le jeu vidéo, avec des capteurs capables de reproduire fidèlement les mouvements du joueur. De plus, Kinect permet également à deux joueurs d’être pleinement identifiés en simultané, pour le jeu en duo.
 
Côté technique, Kinect embarque une lampe infrarouge (à gauche) associée à une caméra infrarouge CMOS 320 x 240 à droite qui se charge de capturer l’aire de jeu, le tout, combiné à une autre caméra (au centre) de 640 x 480, qui capture l’ensemble de la scène. On retrouve à chaque extrémité de Kinect des grilles d’aération, et la caméra embarque également quatre microphones qui lui permettront de se situer dans l’espace. Le tout est monté sur un pied motorisé qui se charge de régler automatiquement l’inclinaison du périphérique en cas de besoin. Sans rentrer dans des détails techniques poussés, Kinect dispose également de son propre processeur dédié au traitement d’image, et est équipé d’un petit ventilateur. Pas d’inquiétude toutefois, Kinect reste parfaitement silencieux, et ne surchauffe pas, même après une utilisation prolongée.
Avant même d’avoir relié le périphérique à sa Xbox 360, le premier contact avec Kinect est plutôt prometteur et son imposant packaging abrite une caméra non moins volumineuse, avec une largeur équivalente à la hauteur d’une Xbox 360. Doté d’une finition noir laquée pour s’associer parfaitement à la nouvelle Xbox 360 S, Kinect fleure bon l’accessoire travaillé, et la finition est au rendez-vous. Une fois la bête extirpée de son packaging, il s’agit alors de configurer son système de jeu et de relier sa caméra à sa console. Compatible avec tous les modèles de Xbox 360 disponibles depuis son lancement, Kinect se relie néanmoins plus facilement à une Xbox 360 S qu’aux modèles antérieurs. En effet, une connexion dédiée à Kinect, située à l’arrière de la Xbox 360 S (voir notre test complet de la Xbox 360 S), permettra au périphérique d’être à la fois alimenté en électricité et reconnu par la console. Les possesseurs d’anciennes Xbox 360 devront eux recourir au câble fourni en bundle avec Kinect, et il faudra alors relier la caméra directement à une prise secteur, ainsi qu’à sa console via USB. Un peu plus encombrant donc en terme de câbles, mais la jouabilité et la compatibilité restent identiques, que l’on possède une Xbox 360 S ou un modèle antérieur. Une fois les mises à jour effectuées, la console propose un petit didacticiel simple concernant les fonctionnalités de Kinect, ainsi qu’une courte calibration.
 
Zoom sur les deux capteurs de Kinect, ainsi que le projecteur infrarouge (à gauche). A noter que le pied dispose d’un moteur, qui permet d’ajuster automatiquement l’inclinaison de la caméra, et opter pour une configuration de jeu optimale.
 
Reconnaissance
A ce titre, il faut savoir que Kinect requiert quelques conditions pour être apprécié à sa juste valeur. Ainsi, Microsoft recommande de placer la caméra à une hauteur comprise entre 60 cm et 180cm pour bénéficier d’une reconnaissance optimale. On aura d’ailleurs plutôt intérêt à le placer sur le meuble TV que sur son écran HD, le pied de Kinect étant relativement large, et pas adapté à la finesse des écrans actuels. De plus, il faut prévoir un recul de 1,80m pour jouer en solo dans les meilleures conditions, et pas moins de 3m si l’on veut s’adonner aux plaisirs du motion gaming en duo ! Ajoutons à cela le fait qu’il ne doit y avoir aucun obstacle entre le joueur et Kinect (exit la table basse du salon donc), et que les jeux demandent fréquemment de se déplacer dans l’espace, que ce soit en avant ou en arrière, mais aussi de gauche à droite. Bref, il faut impérativement remplir la majorité de ces conditions pour prétendre jouer avec Kinect de manière décente, et il faudra non seulement disposer d’un salon relativement grand, mais aussi de la possibilité de déplacer certains meubles (table basse, canapé…), sans oublier bien sûr un éclairage correct. Pas mal de contraintes et de conditions à bien prendre en compte avant l’achat, sous peine de se retrouver avec un périphérique inutilisable.
 
 
La détection de mouvements offerte par Kinect est précise et permet de reproduire de manière presque immédiate les mouvements des bras, des jambes, de la tête… La caméra détecte également les sauts, le fait de s’accroupir ou même de s’allonger sur le sol.
Après avoir décalé la table basse du salon, Kinect nous propose une première calibration rapide et nous inculque les bases de l’interface. Tout se fait « à la main », et le périphérique se charge de reproduire nos gestes à l’écran. On peut alors bénéficier d’un dashboard spécial Kinect, plutôt agréable à parcourir, même si l’on est quand même assez loin encore de la fluidité d’un Minority Report. Fourni en bundle avec la caméra, Kinect Adventures est le premier titre à essayer pour jauger les capacités de la bête. Le jeu propose diverses mini-épreuves à réaliser seul ou en duo, et il s’agira alors de dévaler des cours d’eau dans une embarcation de fortune en utilisant son corps pour aller à droite ou à gauche, mais il faudra également détruire des blocs en tapant dans un ballon, sans oublier une course sur rails, lors de laquelle il faudra éviter les obstacles en se décalant, en sautant ou même en se baissant. Les premières impressions sont bonnes, Kinect repère avec précision les mouvements du joueur, et voir son avatar à l’écran réaliser à l’identique nos gesticulations (même les plus loufoques) procure quelques jolis fou rires. La technologie embarquée est au point, malgré une toute petite latence, mais rien de bien pénalisant toutefois. Le jeu se charge également de capturer quelques clichés du joueur en plein action, de quoi constituer un album souvenir de photos plus ridicules les unes que les autres, à partager avec ses amis si on le souhaite. Sympa.
 
 
Pour une utilisation optimale, Kinect impose quelques précautions d’utilisation relativement drastiques : placer la caméra à une hauteur comprise entre 60cm et 180cm, disposer d’une distance de recul d’au minimum 1,80cm (3m pour le jeu à deux), jouer dans une pièce bien éclairée… inutile de dire que certains vont devoir bouger table basse et canapé pour en profiter…pas très pratique donc.
 
Impressions Line Up
Fournie avec Kinect Adventures, la caméra de Microsoft dispose d’un line up relativement fourni, avec une quinzaine de titres axés casual gaming, pour permettre au plus grand nombre de découvrir Kinect à travers des jeux simples et très accessibles. Plutôt sympathique dans l’ensemble, Kinect Adventures constitue un excellent moyen de se familiariser avec Kinect, les contrôles étant très précis, et les mini-jeux pensés pour démontrer les différentes possibilités offertes par la caméra. Kinectimals, mis en avant par Microsoft lors des précédentes présentations, permet au joueur d’interagir directement avec un petit animal, et il s’agira alors de le caresser, de la gratouiller, de lui lancer divers jouets et d’accomplir certains défis en sa compagnie. Le principe rappelle fortement un certain Nintendogs, mais là encore, le Kinect brille par sa précision, et la réalisation d’ensemble est également des plus flatteuses. Un jeu qui s’adresse néanmoins aux plus jeunes, et qui cible principalement les petites filles. Dans le reste du line-up, on trouve également Joy Ride, un jeu de course automobile qui permet de piloter son bolide en manipulant un volant invisible. Plutôt déroutant au départ, ce Joy Ride s’avère sympathique, mais il reste extrêmement limité en terme de modes de jeu…

 
La danse et le fitness sont également à l’honneur, avec le très bon Dance Central qui permet de réaliser quelques jolies chorégraphies sur quelques tubes du moment (d’autres titres sont à télécharger via Xbox Live), sans oublier Your Shape Fitness, qui promet de remodeler son corps avec une série d’exercices physiques. Enfin, si la Wii a son WiiSports et le PS Move son Sports Champions, Kinect tient également son représentant sportif avec Kinect Sports, qui regroupe quelques activités (bowling, ping-pong, volley ball…). Pas original pour un sou dans son concept, Kinect Sports s’avère néanmoins plutôt sympathique à jouer, et c’est surtout en multijoueur qu’il saura se faire apprécier, notamment lors d’une soirée entre amis. Rien de bien transcendant donc dans ce line-up Kinect, Microsoft offrant là quelques titres mettant en exergue les différentes possibilités offertes par la caméra. De notre côté, on retiendra notamment Dance Central, Kinectimals et Kinect Sports, qui offrent tous trois de bonnes sensations de jeu, et un contenu relativement honorable.
 

Kinect Sports permet de s’adonner à divers disciplines, telles que l’athlétisme, le bowling, le ping-pong ou encore le football. Un jeu qui fait partie des titres les plus réussis du line-up Kinect…mais aussi des plus épuisants !
 

Liste des jeux Kinect disponibles le 10 novembre en France :
– Kinect Adventures ! (inclus avec Kinect)
– Kinectimals
– Your Shape : Fitness Evolved
– Dance Central
– Dance Evolution
– Dance Paradise
– Kinect Sports
– MotionSports
– Kinect Joy Ride
– Sonic Free Riders
– Fighters Uncaged
– Crossboard 7
 

 

Tous les jeux du line-up mettent néanmoins la convivialité de Kinect en avant, puisque s’il est possible de jouer à deux en même temps, il est extrêmement appréciable pour un second joueur de pouvoir entrer en cours de partie, sans devoir recourir à une quelconque calibration. Kinect reconnait presque instantanément le joueur entrant, et ce dernier peut rejoindre ou quitter la partie (dans Kinect Adventures par exemple), simplement en entrant ou en sortant du champ de vision de la caméra. Excellent. De plus, il est possible de procéder à une calibration avancée de Kinect, qui se chargera alors de reconnaître automatiquement les joueurs, et de les associer directement à leur profil. Bref, un line-up très casual dans l’ensemble, mais qui permet de découvrir les possibilités de Kinect via quelques bonnes rigolades entre amis.
 
Joy Ride, un jeu de course accessible et simple à prendre en main, mais dont l’intérêt s’essouffle très rapidement toutefois…
Les Plus :
– Design
– Technologie au point
– Reproduction fidèle, et presque immédiate, de tous les mouvements
– Simplicité d’utilisation et d’installation
– Convivialité impeccable
– Kinect Adventures, un jeu parfait pour s’initier à Kinect
– La reconnaissance du joueur (après calibration)
 
Les Moins :
– Le prix
– Le recul demandé (entre 1,80m et 3m)
– Les contraintes matérielles imposées (pas d’obstacle entre le joueur et la caméra, luminosité…)
– Quelques loupés parfois
– La reconnaissance vocale…pas disponible avant 2011
– Pas forcément accessible aux plus jeunes joueurs
– Salon de ministre obligatoire ?
– Pour joueurs occasionnels uniquement ?
 
 Kinect est fourni avec le très bon Kinect Adventures, assez chiche en contenu, mais qui permet néanmoins de s’adonner à quelques activités rigolotes et découvrir les possibilités offertes par sa caméra fraîchement acquise.
 
Verdict
Dans l’ensemble, Microsoft a tenu ses engagements avec Kinect, et propose un périphérique qui, à défaut d’être vraiment révolutionnaire, permet toutefois à tous de s’adonner au jeu vidéo, sans la nécessité de manier un quelconque périphérique de contrôle. Gamers, néophytes, adultes, enfants…tout le monde peut s’adonner aux joies d’une partie de bowling virtuelle, de courir un cent mètre haies, de vivre une descente en rapides ou caresser un bébé tigre. Globalement, nous n’avons pas été bluffés et l’on regrettera au passage un certain sentiment de déjà vu par moments (Eye Toy, Wii Sports, Nintendogs…), et surtout un côté encombrant qui ne conviendra en aucun cas à ceux qui disposent d’un salon un peu restreint. Néanmoins, Kinect parvient aisément à séduire son audience, même si certains seront forcément déçus par les contraintes matérielles qu’il impose, et une interface un peu lourdingue, bien loin de la fluidité impeccable et du côté futuriste attendus. A l’instar du PS Move, il conviendra d’observer l’évolution de Kinect dans les mois à venir, et savoir si Microsoft saura fournir des jeux typés gamers, ou bien si Kinect restera confiné au rang de casual gaming uniquement. A confirmer donc.
 
 
Kinect est proposé en version nue à 149 euros, mais également en bundle avec la Xbox 360 S 4 Go, au prix de 299 euros.
 
Côté tarifs, Kinect est disponible accompagné de Kinect Adventures, au prix de 149 euros. Microsoft propose également de retrouver Kinect en bundle avec la nouvelle Xbox 360 S 4 Go au prix de 299 euros, ou bien en pack édition limitée avec la Xbox 360 S 250 Go au prix de 349 euros (voir les différents packs Kinect). Microsoft rappelle au passage que Kinect est compatible avec les 45 millions de consoles Xbox 360 vendues à travers le monde.
Advertisements

Ailleurs sur le web