Donkey Kong Country Returns, le jeu de plateforme simiesque pour Wii : notre test

Donkey Kong Country Returns, le jeu de plateforme simiesque pour Wii : notre test

Véritable mythe de la Super Nintendo, Donkey Kong Country revient aujourd’hui sur Wii pour un opus estampillé « Returns », une véritable ode à la plateforme simiesque qu’il serait plus que dommage de manquer. Verdict.

Publié le 6 décembre 2010 - 8:00 par La rédaction

C’est sous l’égide de l’excellent studio Rare (désormais aux mains de Microsoft) que Donkey Kong Country avait vu le jour sur Super Nintendo, il y a de cela quelques années maintenant. Jeu de plateforme en 2D, le titre disposait d’une esthétique singulière, d’un soin du détail, d’une difficulté et d’une aura générale qui le placent encore aujourd’hui parmi les meilleurs représentants du genre. Après avoir remis Mario au goût de la 2D sur Wii avec l’excellent New Super Mario Bros Wii, Nintendo a confié à Retro Studios (déjà auteurs de la saga Metroid Prime) la délicate mission de développer ce Donkey Kong Country Return, exclusif à la Wii. Après de nombreuses heures passées en compagnie de Donkey, Diddy et consorts, voilà ce qu’il faut retenir de ce nouvel opus.
 
 
 
Une sacrée bande de Kong
Difficile pour Retro Studios de passer après Rare pourrait-on légitimement penser de prime abord. Pourtant, dès les premières minutes de jeu, Donkey Kong Country Returns parvient à captiver le joueur, de par sa jouabilité accessible d’une part (au duo Wiimote/Nunchuk ou bien à la Wiimote seule), mais aussi par son approche esthétique, avec des graphismes soignés, des effets bien sentis et un sentiment de fun qui se dégage immédiatement une fois la Wiimote en mains. A l’instar du modèle original, le jeu nous place dans la peau de Donkey, et si les vies semblent s’accumuler un peu trop rapidement dans les premiers niveaux, certains passages feront perdre leur patience à certains, tandis que d’autres y passeront une bonne dizaine (voire plus) de Continue. Chaque niveau est littéralement bourré à craquer de bonus à récupérer, d’endroits secrets et autres stages bonus à visiter, sans compter sur quelques nouvelles actions comme la possibilité pour Donkey de souffler pour révéler des passages et autres bonus. Diddy est toujours de la fête, et outre la possibilité d’être incarné par un second joueur, il épaulera le joueur solitaire en aidant Donkey à planer dans les airs l’espace de quelques secondes et lui offrir quelques points de vie supplémentaires…ce qui ne sera pas du luxe.
 
On retrouve donc un jeu de plateformes traditionnel en 2D (à l’ancienne), et le but est de rejoindre le tonneau de fin de niveau, tout en essayant d’amasser au passage un maximum de bananes et autres bonus dans le niveau, sans oublier d’occire  les quelques ennemis (souvent sournois) qui s’y trouvent. Certains niveaux sont particulièrement retors, mais le joueur assidu, patient et précis verra toujours ses efforts récompensés. Certaines trouvailles sont absolument géniales, tant au niveau du level design que du rendu graphique, et les différents stages sont assez variés (dans leur approche comme leur conception) pour éviter toute forme de monotonie un peu trop précoce. On retrouve à la fin de chaque chapitre un combat de boss toujours bien mis en scène, avec là encore des points faibles à découvrir au fil des échecs à répétition. En tout, ce sont 8 mondes distincts qui attendent les joueurs, avec une durée de vie globale d’environ 8 heures pour voir le fin mot de l’histoire, mais bien davantage pour qui souhaite récupérer chaque pièce de puzzle, chaque lettre K.O.N.G….
 
La plateforme simiesque au top sur Wii
Techniquement, le jeu est une pure réussite visuelle et les niveaux sont tous pensés avec une rare intelligence. On retrouve la majorité des thèmes sonores de la saga, et les nostalgiques se retrouveront sans doute plongés une bonne quinzaine d’années en arrière. La jouabilité à la Wiimote peut éventuellement être sujette à discussion, celle-ci demandant de secouer le périphérique pour effectuer certaines actions (rouler, taper le sol, souffler…), ce qui manque parfois de précision et surtout de praticité. Pour le reste, mis à part une inertie un peu discutable elle aussi, Donkey Kong Country Returns est maitrisé de bout en bout et l’on prend un plaisir monstre à incarner Donkey dans cette aventure atypique qui combine réalisation de haut vol, level design impeccable, une tonne de bonus à récupérer et un capital sympathie intact. Du tout bon donc.
 
 
 
Les Plus :
– Réalisation impeccable
– Des tonnes de bonus à récupérer
– Des niveaux bien pensés
– Une durée de vie honorable
– Les clins d’oeil à l’opus original
Les Moins :
– Le côté millimétré de certains passages
– L’inertie de Donkey
– La jouabilité à la Wiimote qui ne conviendra pas à tout le monde (mais la jouabilité Wiimote/Nunchuk est également de la fête)
 
 
 
Verdict
Si l’on pouvait craindre un opus littéralement écrasé par l’aura de l’épisode original sur Super Nintendo, Donkey Kong Country Returns s’en sort finalement de manière admirable, avec une réalisation qui fait plaisir à voir, et un gameplay bien calibré qui fait plaisir à jouer. Certaines trouvailles sont aussi originales que réussies, et la possibilité de jouer à deux est un plus, même si le jeu s’apprécie tout autant en solo. Un excellent titre donc, qui mérite amplement sa place au pied des sapins de Noël, que l’on ait connu l’opus original ou non.
Advertisements

Ailleurs sur le web