De nouvelles informations sur le FujiFilm Finepix X100

De nouvelles informations sur le FujiFilm Finepix X100

L’appareil-événement à venir chez FujiFilm, le FinePix X100, voit ses contours se dessiner un peu plus précisément grâce à un communiqué de FujiFilm UK qui clarifie quelques détails supplémentaires.

Publié le 13 décembre 2010 - 17:14 par La rédaction

Fuji X100 : prometteur, mais encore flou
Lors de sa présentation en septembre dernier, lors de la Photokina, le Finepix X100, qui allie tradition et innovation, voire révolution pour certains points, ne se dévoilait que partiellemmeent et certaines zones d’ombres techniques subsistaient comme nous avons pu nous en apercevoir lors de notre prise en main de la maquette-prototype du FinePix X100.


Le X100 et ses faux airs d’appareil télémétrique

Mise au point
FujiFilm confirme que, par l’intermédiaire de ce petit taquet sur le côté de l’appareil, l’utilisateur aura accès à trois modes de mise au point. En mise au point manuelle, on fait la mise au point traditinnellement avec la bague de MAP de l’objectif 35mm F/2. Un indicateur de mise au point (de distance) peut vous assister graphiquement sur la netteté du point… mais si vous optez pour la mise au point manuelle, c’est bien parce que l’autofocus ne vous semble pas le meilleur système dans ce cas précis, non ?….


Le viseur mixte (optique doublé d’éléments électroniques) du X100, grande innovation qui n’est pas sans rappeler la réalité augmentée. En savoir plus sur le « FujiFilm FinePix X100 : entre tradition et innovation« .

Il a l’apparence d’un appareil télémétrique, mais…
Attention, malgré ses faux airs d’appareil télémétrique, Fuji précise bien qu’il n’existe pas de MAP télémétrique que l’on pourrait opérer dans le viseur en se faisant chevaucher parfaitement les deux images issues de la parrallaxe du système comme on pourrait le faire sur un Leica M9. Il s’agit d’une mise au point classique ici. L’avantage du système de visée mixte est que l’on pourra opter pour la visée lectronique à la volée comme sur un bridge et éventuellement activer une loupe pour mieux maîtriser le point sur la zone souhaitée.


Mélange de haute technologie et d’ergonomie traditionnelle : le X100 repond à une attente forte des photographes dits « experts ».

Le bouton RAW
Quelle ingénieuse trouvaille ! En effet, plutôt que de photographier toujours en RAW ou systématiquement en RAW + JPEG, peut-être la solution du X100 est-elle la bonne : si vous êtes en JPEG, il suffit d’actionner ce bouton pour que la prochaine photo soit prise en RAW + JPEG. En effet, quand on shoote en RAW, on voit bien que 80% des JPEG étaient finalement bien exposés et bien traitées. On connaît, avec l’habitude, les photos qui mériteraient d’être prise en format brut non développé.
Ce bouton possède une autre utilité, à l’inverse : parfois, le JPEG des appareils est mieux développé que ce que ‘on peut faire nous dans Camera Raw, Lightroom, DxO, Bibble, Aperture, Capture One, etc… tout en gagnant du temps. Ce bouton RAW permettra alors de demander au FinePix X100 de développer le RAW. Ce n’est pas précisé mais des rendus seront certainement disponibles.


Mise au point manuelle avec la bague de MAP de l’optique devant celle du choix de l’ouverture : sensations retrouvées !

Accès direct aux valeurs ISO
Malgré son ADN de compact expert d’excellence, le X100 souffrait de l’absence de bouton de réglage direct de la sensibilité, bouton que l’on a tendance à actionner aussi souvent que l’on change l’ouverture de nos jours. FujiFilm UK précise donc que l’on pourra assigner cette fonction au bouton programmable Fn. Ce sera même le réglage de la sensibilité ISO qui lui sera programmé par défaut en réglage d’usine.

Et l’interchangeablité des otiques, et la technologie EXR ?…
Devant ces questions, qui ont pris la forme de critique parfois, FujiFilm répond. En fait, à la question « pourquoi ne pas avoir doté le X100 d’optiques interchangeables », FujiFilm avait anticipé la question en tournant sa réponse en qualité supplémentaire pour le X100. Le montage d’un objectif non interchangeable permettrait d’optimiser encore un peu plus l’angle par lequel l’image, les rayons lumineux qui la compose, frappe le capteur pour une qualité d’image encore optimisée. Cela aurait aussi permis de gagner en compacité. La possibilité d’y adjoindre un zoom à la place d’une focale fixe aurait, indique Fuji UK, nui au concept du X100.
De même, nous vantant les qualités de sa technologie de capteurs EXR (cf FinePix F300EXR par exemple), nous nous demandions, lors de l’annonce du X100, pourquoi ne pas avoir opté pour cette technologie pour l’imageur APS-C du X100… la réponse nous satisfait à moitié, Fujifilm nous indiquant que la technologie EXR a été étudiée pour palier les lacunes générées par la petite taille des capteurs de compacts et ainsi qu’un capteur CMOS de taille APS-C ravirait tous les utilisateurs sans avoir à recourir à la technologie EXR…. Il reste que si la technologie EXR permet réellement d’augmenter, au choix, la sensibilité ou la dynamique de l’image, sur un petit capteur, elle aurait pu le faire sur un grand. Mais on sait bien qu’industriellement, mettre au point et lancer la production d’un tel capteur pour quelques miliers d’unités de X100 vendues est incohérent.


Le capteur CMOS de taille APS-C du FinePix X100

Tarification du X100
FujiFilm UK ne revient pas sur la question indiquant préciser le prix exact du X100 dans un futur proche (avec quelques informations sur la gamme d’accessoires assortis). Lors de notre visite sur le stand Fuji à la Photokian 2010 cependant, FujiFilm France avait été un peu plus locace sur la question ce qui est appréciable. Le X100 sera vendu en dessous de 1000 euros, mais…. guère moins que 1000 euros. Bref, gageons que le FinePix X100 sera commercialisé aux allentours de 890 à 990 euros TTC.

Advertisements

Ailleurs sur le web