Panasonic DMC-CM1 : prise en main et mini test

Panasonic DMC-CM1 : prise en main et mini test

L’appareil photo qui a copulé avec un Smartphone et Android

Publié le 1 novembre 2014 - 12:58 par Jérémy

Aujourd’hui, j’ai pu prendre en main le Panasonic DMC-CM1, un nom à coucher dehors, mais que l’on peut retenir facilement en l’associant à la section scolaire. Derrière cette référence se cache un produit de niche qui vise les experts photographes en mal d’un vrai APN dans un smartphone Android.

Panasonic DMC-CM1 jpeg (31)

Publicité

Panasonic DMC-CM1 jpeg (31)

De gros atouts sur le papier

Ce CM1 est un appareil photo qui fait téléphone. Un Photophone. Il dispose de caractéristiques techniques assez phénoménales, photographiquement parlant :

  • Un capteur 1 pouce de 20 megapixels (le même que celui placé dans les FZ1000, RX100, G7x,etc)
  • Une optique conçue par Leica de 28mm à ouverture f/2.8 de type pancake.
  • Deux processeurs : le Venus Engine et un Snapdragon quadcore à 2.3GHz pour assurer le traitement et l’enregistrement des images

Panasonic DMC-CM1 jpeg (60)Panasonic DMC-CM1 jpeg (60)

Ainsi armé, le CM1 a théoriquement de quoi mettre une sévère fessée à la concurrence, aux APN compacts (même experts) ou aux autres photophones (Nokia Lumia 1020 compris). Mais entre le papier et la réalité, il y a parfois plus d’écart qu’entre les hommes et les femmes. Et une belle fiche technique ne suffit pas toujours à faire la différence. Est-ce le cas ici ? C’est que nous allons voir.

Note importante : Panasonic nous a prêté des modèles prototypes en nous laissant la liberté de publier les clichés pris avec. C’est tellement rare que sur le moment, j’avais envie de leur faire un calin. Une preuve de courage, d’assurance, de folie, ou les trois en même temps. On ne peut que les remercier!

Quoiqu’il en soit, les images que vous allez voir ont été réalisées avec un prototype, et ne reflètent donc pas la qualité des produits finaux.

Bon, ce n’est pas tout ça, mais les caractères défilent, il est donc temps de passer à cette fameuse prise en mains (ou ce pré-test de modèle de pré-série).

« L’APN communicant le plus fin du monde »

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (74)

C’est comme ça que Panasonic a présenté le CM1. Sauf que le plus fin des appareils photo communicants est également l’un des plus épais photophones du marché.

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (79)

Le poids est dans la tranche haute du classement, mais bien équilibré, de façon à ce qu’en main, l’appareil ne penche pas vers l’avant, partie où se situe le bloc photo. D’ailleurs  ce propos, l’appendice bague  + optique recouvre une bonne partie de la face arrière, et il faudra s’habituer à ne pas mettre les doigts dessus, puisque la lentille n’est pas protégée. Heureusement, Panasonic commercialisera une protection, car on ne le répète jamais assez mais : il faut sortir couvert !

Beau comme un meuble allemand fini par un italien

Panasonic DMC-CM1 jpeg (29)

 

Panasonic DMC-CM1 jpeg (62)La mémoire embarquée est de 16Go. Mais le CM1 accepte les micro SD jusqu’à 128 Go

Panasonic DMC-CM1 jpeg (73)

 

Panasonic DMC-CM1 jpeg (136)« Vous me mettrez deux livrs de Lumix et un kilo de pommes s’il vous plait, merci ! »

On continue avec le design. L’arrière du téléphone est superbe, mais les formes tranchantes ne sont pas des plus agréables à avoir en mains. Le revêtement en plastique texturé (propre aux appareils photo) est bien collé et agréable au toucher. Pour un objet que l’on tient plusieurs par jour, c’est important.

Panasonic DMC-CM1 jpeg (27)

La face avant est entièrement noire. Une bonne idée puisque cela met l’écran en valeur. Au passage, la largeur du mobile permet de taper un message d’une seule main (de taille moyenne), le pouce balayant aisément la totalité du clavier, et même plus si affinité.

Panasonic DMC-CM1 jpeg (104)

L’écran est signé Viera, nom qui caractérise les écrans de Panasonic (comme Bravia pour Sony). Il est joli, et les rendus des couleurs sont agréables, mais on est loin du côté pétant d’un AMOLED Samsung, ou d’un Clear Black de feu Nokia.

Maintenant passons à la partie photo, parce que, mine de rien, c’est ça qui vous intéresse bande de coquins !

Panasonic DMC-CM1 jpeg (87)

L’appareil photo se lance via un bouton dédié qu’il faut faire glisser. Un appui long sur le déclencheur ne le lance pas. Notez que pour arrêter la fonction photo, on peut au choix faire glisser le même bouton, ou appuyer sur le bouton de mise en veille (qui mettra alors ne veille l’appareil photo). Dans ce cas, sortir de veille relancera le mode photo automatiquement. Un détail certes, mais pour du snapshot, c’est important !

Panasonic DMC-CM1 jpeg (37)Panasonic DMC-CM1 jpeg (37)

Une fois la fonction photo lancée, un petit appendice s’allonge, c’est l’objectif qui se déploie. C’est minuscule, on ne vous accusera pas de compenser quoi que ce soit.

Screenshot_2014-10-31-15-00-15

Dès lors on se retrouve avec un appareil photo expert sous la main. Les fonctions PASM sont présentes, tout est entièrement débrayable.

Screenshot_2014-10-31-15-01-14 Screenshot_2014-10-31-15-01-22

On retrouve également les modes scènes et les filtres.

Screenshot_2014-10-31-15-02-46 Screenshot_2014-10-31-15-02-53

Notez la qualité de l’effet Monochrome.

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (189) Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (220)

Evidemment, on peut shooter en Raw, en Jpeg, et en Raw + Jpeg, y compris lorsqu’on utilise les modes scènes ou les filtres.

Screenshot_2014-10-31-15-20-50La mise au point se fait de façon tactile avec au choix, déclenchement instantané ou non

Screenshot_2014-10-31-15-00-15
Le mode ISO intelligent est présent, comme le mode IA, et on peut définir une limite ISO en mode ISO auto

L’interface est particulière. J’ai eu du mal à m’y retrouver. C’est aussi bien rangé que la chambre d’un ado de 14 ans. Les modes et les styles d’images ont le même nom (mode) et on galère un peu pour accéder aux réglages manuels. MAIS… On finit par s’y faire, sans y passer trop de temps, et surtout, la bague arrière crantée est paramétrable, et permet donc de modifier rapidement certains réglages, comme l’ouverture, la vitesse, l’expo, les modes scènes, les effets, etc.

Panasonic DMC-CM1 jpeg (58)La molette arrière crantée est entièrement paramétrable. En fonction du mode choisi, elle permet de modifier la mise au point, la vitesse, l’ouverture, l’effet, le mode scène, la sensibilité, etc. A part le café, tout peut lui être attribué

Autre point génial : la mise au point manuelle ! Une fois le mode MP sélectionné dans les réglages, une case « MF » apparaît sur l’écran. Il faut alors la toucher pour passer à la MAP à la mano. Dès lors, le focus peaking s’active, et l’appareil zoom sur la zone de mise au point ! Dit comme ça, ça paraît fastidieux, mais une fois que l’on a fait l’exercice deux ou trois fois, ça devient limite aussi instinctif que de se faire un café. Et evidemment, je n’ai pas de screenshot pour le montrer. Tant pis, vous devrez me croire sur parole !

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (205)Des conditions difficiles… Surtout pour notre test !

Panasonic n’a pas été petit joueur, et nous a permis d’essayer le CM1 dans des conditions de lumière «  tout bonnement dégueulasses ». On a joué de l’ISO violemment, et l’appareil s’en est plutôt bien sorti. Mais le lissage des détails des JPEG obtenus est encore trop important.

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (162)Une photo à 3200 ISO avec un téléphone portable. Vous n’auriez pas misé un rouble sur une telle qualité pour un mobile il y a cinq ans, avouez-le !

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (156)

La photo de sport en basse lumière, nous avons des CM1 équipé d’un 28 mm f/2.8, les photographes pro eux, faisaient ça aux Canon 1DX, Nikon D4S et autres optiques 200mm F2.0 stabilisées ! Ce n’est pas pour chercher des excuses, mais si l’important ce ne sont pas les cartes, il faut savoir se coucher !

Les effets sont pour certains, très sympa, comme le mode noir et blanc contrasté, ou le mode dramatique. Mais la palme revient au mode « étoile » qui délivres des images de ce genre là :

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (111)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (130)La focale est fixe, mais le CM1 dispose d’un système de zoom intelligent qui effectue un recadrage directement dans l’image

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (36)Le flash d’appoint n’est pas au xénon, mais avec un tel capteur, on s’en fiche totalement. Ceux qui ne le croient pas n’ont qu’à utiliser une torche de poche !

Je n’ai pas essayé la partie téléphone, il faudra voir ce qu’elle donne. Mais Panasonic n’a pas la réputation de faire de mauvais produits. Rappelez-vous du GD90, ce téléphone portable était une tuerie à l’époque !

PANASONIC-GD90

On peut filmer en 4K à 15 images par seconde. Ce mode compense l’absence de mode rafale, puisqu’une application développée par Panasonic permettra d’extraire les images de son choix de ces séquences en 4K. Cela donnera des clichés d’environ 8,5 megapixels ! Pas bête, surtout pour du snapshot !

Autonomie et accessoires

L’autonomie est assurée par une batterie de 2600 mAh. C’est un poil juste ! Mais Panasonic commercialisera prochainement un grip contenant une batterie supplémentaire et un pas de vis pour trépied. Oui, comme Nokia l’a fait pour le 1020.

Mais la grosse surprise a été l’annonce de compléments optiques. Quatre seront disponibles : un fisheye, un téléobjectif, un grand angle et un macro ! Ils devraient coûter environ 100€ pièce et seront disponibles courant 2015.

Panasonic DMC-CM1 jpeg (119)

Panasonic DMC-CM1 jpeg (131)

Panasonic DMC-CM1 jpeg (130)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (85)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (86)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (87)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (89)

Les Jpeg délivrés ne sont pas aussi bons que ce à quoi on peut s’attendre (gros lissage en haute sensibilité). Mais les versions de séries devraient être meilleures et surtout, les fichiers RAW plus détaillés.

Quelques photos prises avec le Panasonic Lumix DMC-CM1 (point artistiques, certes, mais vosu aurez bien mieux lorsque nous publierons le test d’un modèl de série) :

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (41)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (35)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (30)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (22)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (20)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (121)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (42)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (54)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (212)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (117)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (108)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (103)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (94)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (92)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (73)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (63)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (58)

Panasonic DMC-CM1 samples Jpeg (57)

 

Premier avis à chaud :

« PAS MAL DU TOUT ! ». Objectivement parlant, ce photophone est très intéressant. La promesse d’un véritable appareil photo expert est bien là. Et les premiers essais sont assez convaincants. Toutefois, plusieurs points me turlupinent.

  • D’abord le volume global avec le grip. Car sans, il faudra assurer la recharge. La batterie est performante, mais la photo et surtout la vidéo sont des fonctions gourmandes en énergie.
  • L’avenir du modèle : quid des mises à jour ?  Notamment vers Android LOLIPOP qui, en plus de sortir très prochainement, est encore plus axé photo que l’a été Kitkat.
  • Il y a également la distribution : c’est typiquement le genre d’appareil qui mérite d’être exposé et vu. Une alternative crédible à d’autres smartphones balancés à 650€ dont les capacités photos sont ridicules à côté. Et à titre perso, je vois très bien un joli coffret dans lequel on trouverait l’appareil, son grip, et les 4 compléments optiques.
  • D’autres coloris : le look d’un smartphone est important, et la couleur est un élément qui peut faire pencher la balance. Dès lors, une ou deux autres couleurs seraient un plus.
  • La niche : le problème des produits de niches, c’est le risque d’échec, et d’abandon du produit. Pour un mobile à 900€, cela entrainerait une décote importante.
  • La réactivité : encore en dessous de ce que j’attendais. Certes les concurrents font moins bien en qualité, mais ils sont très rapides.
  • Le lissage excessif des fichiers Jpeg nous n’avons pas essayé les Raws pour le moment)
  • L’absence de stabilisation : un gros manque pour un photophone, un appareil que l’on utilise dans des positions parfois très étranges, pouvant entraîner des tremblements. A bout de bras par exemple (à quoi pensiez-vous franchement ?)

Voilà pour cette prise en mains (ou ce pré-test, appelez-le comme vous voulez). Depuis la mort de Nokia et le passage d’Ari Partinen (l’ingénieur chargé du système Pureview) de Nokia chez Apple, le marché du photophone se contente d’un Lumia 1020 vieillissant. Panasonic s’offre donc une place de choix, avec un produit très haut de gamme proposé à 899€. C’est toujours moins qu’un iPhone Plus, mais c’est 1,5 fois plus qu’un Xperia Z3. Le DMC-CM1 n’est donc pas pour toutes les bourses. « Es la vida loca ! »


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *