Piratage de masse : Gemalto rassure et annonce un impact financier limité

Piratage de masse : Gemalto rassure et annonce un impact financier limité

Gemalto, dont les cartes SIM auraient été piratées par la NSA et le GCHQ tient à rassurer ses clients sur la sécurité de ses cartes et sur l’impact financier qui ne serait pas significatif.

Publié le 23 février 2015 - 15:58 par François Giraud

Gemalto veut rassurer ses clients et organisera une conférence de presse ce mercredi

Selon un article publié le jeudi 19 février par le site The Intercept, les services de renseignements américains et britanniques auraient dérobé les clés de cryptage des cartes SIM du leader mondial, le groupe franco-néerlandais Gemalto afin d’intercepter et d’espionner aussi bien les conversations que les données de tous les téléphones utilisant ces cartes SIM. Cette surveillance à grande échelle aurait été effectuée par des agents de la NSA et du GHCQ. Suite à ce scandale, le leader mondial de la sécurité numérique a tenu à rassurer ses clients et indique que ses cartes sont toujours sures. Le groupe fera une conférence de presse ce mercredi 25 février afin de revenir sur cette affaire.

Un piratage de masse à l’insu des sociétés de télécommunications

Avec le vol de ces clés de cryptage de cartes SIM, la NSA et le GCHQ ont pu surveiller les communications mobiles sans disposer de l’approbation des sociétés de télécommunications et des gouvernements étrangers a indiqué le site The Intercept. Cette méthode permet également de ne pas avoir à demander un mandat ou une autorisation pour effectuer une écoute téléphonique à l’insu des utilisateurs et surtout de ne laisser aucune trace sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile.

Gemalto surveillé par la NSA et le GCHQ

Publicité

Gemalto a été l’une des cibles des services de renseignements américains et britanniques mais ce sont surtout ses clients dont les opérateurs Verizon, Srpint, AT&T-Mobile ainsi qu’environ 450 fournisseurs de réseaux sans fil situés dans le monde entier qui ont été visés. La société opère dans 85 pays. Gemalto, ce sont deux milliards de cartes SIM produites par an.

Le préjudice financier prévisible de cette affaire ne devrait pas être « significatif »

Selon The Intercept, qui a révélé cette affaire qui a fait beaucoup de bruit, Gemalto n’était pas au courant que les services secrets américains et britanniques menaient une opération à leur encontre. Le groupe avait d’ailleurs indiqué sa stupéfaction dans les médias et précisé que cette affaire serait prise avec le plus grand sérieux pour comprendre comment les clés de cryptage ont pu être dérobées.

Le groupe a rendu ses premières impressions et indiqué que les cartes SIM sont sûres et que le préjudice financier causé avec cette affaire ne devrait pas être « significatif ». Nous en saurons certainement davantage lors de la conférence de presse qui se déroulera ce mercredi 25 février 2015.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *