Piratage : les montres connectées peuvent dévoiler ce que vous écrivez sur votre clavier

Piratage : les montres connectées peuvent dévoiler ce que vous écrivez sur votre clavier

Des chercheurs américains sont arrivés à démontrer ce qui est tapé sur un clavier d’ordinateur par l’utilisateur d’une montre connectée, à l’aide des capteurs de mouvement de la smartwatch.

Publié le 13 septembre 2015 - 8:23 par François Giraud

Des montres connectées qui espionnent ce que vous tapez sur votre clavier

Une équipe de chercheurs américains vient de réussir à créer une application qui analyse les mouvements du poignet de personnes portant des montres connectées, ce qui a permis de savoir quels textes étaient tapés sur le clavier de l’ordinateur des utilisateurs de cette smartwatch. La montre connectée portée au poignet permet d’espionner ce qui a été tapé sur le clavier de la machine, à l’insu des utilisateurs.

Dans une étude publiée cette semaine, des chercheurs américains de l’université de l’Illinois expliquent avoir développé une application capable d’analyser quelle touche est frappée par le porteur d’une smartwatch en fonction des mouvements de son poignet. Ils indiquent qu’en analysant les informations émises par le gyroscope et l’accéléromètre de la montre connectée, il est possible de retranscrire quels mots ont été écrits par les utilisateurs de la montre connectée. Il est nécessaire d’analyser les mouvements du poignet et de combiner les données émises avec des mots anglais valides pour proposer un texte approprié.

Samsung_GearFit4

Publicité

L’équipe de chercheurs américains indique qu’ils ont utilisé pour cette étude baptisée « MoLe », (Motion Leaks through Smartwatch Sensors), une montre connectée de marque Samsung pour réaliser les tests mais que  l’Apple Watch pourrait tout à fait être utilisée, ou encore les bracelets connectés FitBit. Ils précisent également que les risques se situent au niveau de personnes malveillantes qui pourraient savoir ce qu’un utilisateur écrit comme email ou données confidentielles, à partir de la montre connectée portée à son poignet. D’après le professeur d’ingénierie électrique et informatique Romit Roy Choudhury, ce wearable au contact du corps humain va offrir d’inestimables informations sur la santé et l’environnement, mais il ouvre aussi la voie à des violations plus graves de la vie privée.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *