Piratage : un hacker dit posséder les données de 30 000 employés du FBI et du DHS et prévoit de les publier

Piratage : un hacker dit posséder les données de 30 000 employés du FBI et du DHS et prévoit de les publier

Un hacker a fait trembler les autorités gouvernementales américaines ce dimanche soir et ce lundi en publiant des listes d’employés du DHS, du département de la justice et du FBI sur son compte Twitter. L’affaire est prise très au sérieux par les autorités.

Publié le 9 février 2016 - 15:07 par François Giraud

Aux USA, un hacker publie les données confidentielles d’employés du FBI et du DHS

Aux Etats-Unis, l’affaire est prise très au sérieux par les autorités gouvernementales. Un hacker a indiqué posséder les données confidentielles de 20 000 employés du FBI ainsi que de 9 000 salariés du DHS et menace de les publier.

Durant la finale du Super Bowl qui s’est déroulée ce dimanche 7 février, le site spécialisé en nouvelles technologies Motherboard a indiqué qu’un hacker était arrivé à télécharger 200 Go de données provenant des serveurs du ministère de la justice (DOJ), ainsi qu’une liste de 9 000 employés du DHS, le département de la sécurité intérieure et de 20 000 employés du FBI. Selon un porte-parole du DHS, l’affaire est prise très au sérieux et les enquêtes ont été lancées. L’accès à un dossier crypté qui contient le listing a été partagé sur Twitter avec la mention #FreePalestine ainsi qu’un message associé.

FBI-600

Publicité

Ces listes comportent les identités des salariés, donc les noms, les prénoms, mais aussi les adresses email ainsi que les coordonnées téléphoniques. Pour montrer sa détermination, le hacker a publié une liste de 9 000 employés du DHS ce lundi matin et les autorités gouvernementales américaines ont pu constater que certains noms correspondaient bien à ceux de personnels du département de la sécurité intérieure. Le hacker ne s’est pas arrêté en si bon chemin et son compte Twitter a publié ce lundi soir les noms de nombreux employés du FBI.

Le fichier publié sur la toile est précédé d’un message qui s’apparentant à la Palestine, mais le compte Twitter en question ferait également référence aux Anonymous. Parmi les comptes dérobés, 1 000 appartiendraient aux services de renseignements. Le hacker a indiqué sur le site Motherboard avoir réussi à dérober ces informations en piratant le compte mail d’un employé du DOJ. Il s’est ensuite connecté sur la plateforme du ministère de la justice. Parmi les données qu’il détiendrait et selon ses affirmations, il disposerait d’adresses email militaires ainsi que de numéro de cartes de crédit.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *