Test Project CARS : l'avis de la rédaction

Test Project CARS : l’avis de la rédaction

Notre verdict concernant le tout nouveau Project CARS. Gran Turismo et Forza Motorsport au placard ? En partie…

Publié le 11 mai 2015 - 8:34 par Stéphane Ficca

Project CARS, LA simulation ?

Disponible depuis maintenant quelques jours en boutiques, Project CARS, en gestation depuis quelques années chez Slightly Mad Studios, a notamment été financé par une large communauté de joueurs, avides de pouvoir enfin découvrir une simulation automobile digne de ce nom, qui répondrait à toutes leurs attentes. A coups de bêta, les développeurs ont ainsi peaufiné leur titre au fil des mois, en fonction des retours de la communauté. Très ambitieux, au point de vouloir enfermer Forza Motorsport et Gran Turismo dans un même caveau funéraire, ce Project CARS se livre enfin au public.

Project Cars Jaquette

Publicité

Véritable ode à l’automobile, Project CARS prend toutefois une direction différente de celle d’un Gran Turismo ou d’un Forza Motorsport, qui mettent autant l’accent sur la conduite que sur la collection de véhicules, grâce à un catalogue gigantesque. En effet, là où Gran Turismo affiche plus de 1000 voitures, Project CARS se contente d’une petite soixantaine… Certes, cela peut paraitre (très) chiche de prime abord, mais non seulement les développeurs ont apporté un soin incroyable à chacune, mais chaque véhicule se veut agréable à piloter, contrairement à un GT où on fait l’impasse sur 90% du catalogue, faute d’intérêt.

Aussi, Project CARS propose d’entrée de jeu de piloter la voiture de son choix. Pas de permis, pas d’école de jeune pilote, dès les premières secondes, on peut opter pour la voiture et le circuit de son choix, et se lancer dans une course ou une séance d’essais libres. Un mode Carrière est également de la fête, avec trois styles différents à savoir : de Zéros à Héros, Champion en Titre et Triple Couronne. Là encore, si le premier demandera de débuter en karting et de gravir les échelons, les autres permettront de courir directement dans des classes supérieures. L’ensemble est relativement convaincant, bien qu’un peu brouillon tout de même.

PCARS2

Sur la piste en revanche, ce Project CARS est un régal pour les yeux, comme pour les oreilles. Chaque véhicule est modélisé à la perfection (extérieur comme intérieur) et les sonorités moteurs sont les plus authentiques à ce jour, il suffit de passer en vue extérieure en Formule B pour s’en convaincre. Les différents tracés (une quarantaine) ont également bénéficié du savoir-faire de Slightly Mad Studios, et des circuits comme Silverstone, Hockenheim, Nürburgring, Brands Hatch, Donington, Le Mans ou encore Spa sont parfaitement modélisés, avec les dénivelés, les parties bosselées… La météo dynamique est de la fête, tout comme le cycle jour/nuit, avec la possibilité de paramétrer le tout comme on le désire. On retrouve ce côté « crade » de la course automobile, qui manque clairement à GT et (surtout) Forza. Une « vraie » simulation donc, avec ce que cela inclut d’exigence…

PCARS

En effet, côté gameplay, ce Project CARS s’adresse avant tout à ceux qui aiment peaufiner leurs réglages, mais également ceux qui sauront freiner et accélérer avec douceur, sous peine de filer tout droit ou de partir en tête à queue à chaque sortie de virage. L’apprentissage est douloureux, mais parvenir à boucler un tour complet de Spa après plusieurs échecs procure alors un plaisir incalculable. Certes, en passant dans le menu Options, on pourra décider d’activer diverses aides à la conduite pour se faciliter la tâche, mais le but sera évidemment de dompter les différents bolides en mode « off ». Toujours côté réglages, ce Project CARS permet au joueur de personnaliser complètement son expérience de jeu, de la configuration manette aux options vidéos (comme sur PC) en passant par les éléments affichés à l’écran. Tout (ou presque) est paramétrable, et l’on pourra ainsi jouer avec une tonne d’infos à l’écran, ou au contraire opter pour un HUD totalement vierge.

La conduite diffère bien sûr en fonction des véhicules sélectionnés, et si certains procurent un plaisir palpable et immédiat (Formula Gulf, Touring, LMP2, Formule B/C…) d’autres, comme la Formule A ou même la classe Street s’avèrent très (trop ?) difficiles à manier. Les courses en peloton sont grisantes à souhait, et l’IA (à partir de 80%) offre un vrai challenge, bien que cette dernière ait une fâcheuse tendance à vous harponner à la première occasion. A noter que les courses peuvent inclure plus d’une trentaine de concurrents simultanément sur la piste !


Une course en Formule B à Silverstone, avec la météo dynamique et la transition jour/nuit en mode accéléré

Outre son mode Carrière et son mode Solo, Project CARS permet également de s’adonner à quelques courses en ligne, avec ses amis bien sûr, mais aussi avec l’IA. Techniquement, l’ensemble tourne sans le moindre accroc et c’est un pur bonheur de que retrouver ses amis sur la piste pour une course rapide ou une session complète, incluant essais, qualifs et course. Le jeu permet également de participer à divers challenges pour se confronter au monde entier, et inscrire son nom en haut du classement.

Notre verdict

Bourré d’options, Project CARS est ambitieux, c’est une certitude. Le garage n’est pas énorme, mais chaque véhicule permet de retrouver une atmosphère, un bruit, un pilotage et des sensations uniques. Personnalisable jusqu’au moindre détail, le jeu permet au joueur de se façonner la course de ses rêves, et l’ensemble tourne en HD à 60 images/seconde, de quoi renforcer l’immersion. Toutefois, on déplore encore quelques soucis techniques, des réactions étonnantes de la part de l’IA et d’autres bugs, mais ces derniers devraient être corrigés à grand coup de mises à jour. Reste que ce Project CARS s’adresse aux passionnés du genre, qui devront batailler quelques heures non seulement avec la prise en main délicate, mais aussi avec les réglages pour enfin trouver la configuration manette qui leur correspond. Evidemment, simulation oblige, le jeu se déguste avec encore plus de plaisir si l’on dispose d’un volant et d’un pédalier. Pas le jeu parfait non, mais une vraie bonne simulation automobile, grisante et exigeante.

Réalisé à partir d’une version disque PS4


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *