Protection de la vie privée : BlackBerry cessera toute activité au Pakistan fin décembre

Protection de la vie privée : BlackBerry cessera toute activité au Pakistan fin décembre

Afin de protéger les données privées de ses usagers et ne pas ouvrir de portes dérobées aux autorités pakistanaises, le groupe canadien BlackBerry cessera toute activité avec le pays à compter du 30 décembre prochain.

Publié le 1 décembre 2015 - 10:30 par François Giraud

BlackBerry quittera le Pakistan à compter du 30 décembre prochain

Le groupe canadien BlackBerry vient d’annoncer ce lundi qu’il allait se retirer du Pakistan à compter du 30 décembre prochain et qu’il allait cesser toutes ses activités dans le pays. Cette décision vient d’être prise car le gouvernement en place souhaite avoir accès aux données privées et cryptées de ses clients, qui sont hébergées sur les serveurs de BlackBerry au Pakistan. Mais le constructeur ne l’entend pas de cette oreille et refuse que des portes dérobées soient mises en place, ouvrant l’accès aux autorités pakistanaises.

Les autorités du pays ont indiqué que le groupe canadien devait se conformer à sa demande d’accès aux données avant le 31 décembre prochain. BlackBerry a annoncé regretter devoir quitter le pays qui représente un potentiel intéressant pour la marque mais ne sera plus présent au Pakistan suite aux demandes des autorités. Rester dans le pays signifierait qu’il renonce à la protection des données et le respect de la vie privée de ses utilisateurs. Comme l’indique TechCrunch, le groupe canadien va purement et simplement quitter le pays.

blackberry-logo

Publicité

BlackBerry ne fait aucune concession avec la sécurité de ses données

BlackBerry commence donc à retirer ses activités à compter d’aujourd’hui puisque la Pakistan Telecommunications Authority (PTA) laissait au groupe jusqu’à hier, lundi 30 novembre 2015, pour se mettre en conformité et ouvrir l’accès à ses données. Le groupe continuera ses activités jusqu’au 30 décembre inclus grâce à la prolongation de trente jours de l’ordonnance rédigée en juillet dernier par l’autorité des télécommunications du Pakistan. Le directeur d’exploitation du groupe canadien a indiqué sur le blog officiel de BlackBerry que la vérité est que le gouvernement souhaitait pouvoir surveiller le trafic de BlackBerry Enterprise Service (BES) dans son pays, dont les messages sur BlackBerry Messenger et les emails sur BES.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *