Sur le seul mois de janvier, un peu plus d’un million de joueurs ont été bannis des serveurs, pour cause de tricherie.

La triche au coeur de PUBG

On le sait, PUBG est un véritable carton depuis son lancement sur PC au début de l’année 2017. A l’heure actuelle, le jeu dépasse allègrement les 30 millions de joueurs dans le monde, et se classe régulièrement en tête des meilleurs ventes et/ou des jeux les plus diffusés sur Twitch. Lancé à la mi-décembre sur Xbox One, le jeu, malgré son statu de Preview Access, compte déjà plus de 4 millions de ventes.

Un succès colossal donc, qui permet à PUBG de profiter d’une gigantesque communauté de joueurs… dont quelques valeureux tricheurs. En effet, plutôt que de prendre le temps d’affûter leur stratégie et parfaire leur style de jeu pour glaner le tant convoité Chicken Dinner, certains jouent la carte de la triche pour parvenir à leurs fins. Une triche qui n’est pas réellement du goût des créateurs du jeu, qui ont banni plus d’un million de joueurs… rien qu’en janvier.

En effet, afin de conserver la base de jeu la plus « propre » possible, PUBG a décidé de confier son jeu aux mains expertes de BattlEye. C’est ce dernier qui se charge d’identifier les éventuels tricheurs, et de sévir le cas échéant. De cette manière, un tricheur de PUBG est banni toutes les 2,5 secondes. Depuis le lancement du jeu, en mars 2017, plus de 2,5 millions de tricheurs ont été bannis des serveurs du jeu.

Bien sûr, ce phénomène de triche s’explique par l’énorme succès de PUBG, avec une très large base de joueurs installés en Chine, où la triche est une véritable institution. Certains n’hésitent pas à profiter de logiciels permettant de faciliter certains éléments dans le jeu (comme la visée), ou modifient des fichiers pour se faciliter la tâche une fois en jeu. Autant d’éléments auxquels BattlEye fait la chasse chaque jour, et malgré tous ses efforts, le groupe indique que cette triche est de plus en plus présente dans PUBG.
(Via)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here