Sarah Slocum, l'une des femmes du programme Explorer des Google Glass se fait agresser

Sarah Slocum, l’une des femmes du programme Explorer des Google Glass se fait agresser

Participer au programme « Explorer » de Google pour tester les Google Glass comporte bien des avantages, mais pas seulement. Une femme se fait agresser dans un bar de San Francisco suite à une altercation. La victime aurait filmé ses agresseurs.

Publié le 1 mars 2014 - 10:04 par François Giraud

À San Francisco, une jeune femme se fait agresser pour avoir porté des Google Glass. Cet épisode malheureux fait débat sur Facebook. Sarah Slocum, chroniqueuse high-tech a été agressée alors qu’elle portait des Google Glass dans un bar de San Francisco. La jeune femme aurait été en train d’expliquer à des amis comment fonctionnent les lunettes connectées du géant du Web lorsque deux clientes du bar l’auraient agressé verbalement puis physiquement, pensant qu’elles étaient filmées par la victime. Sarah Slocum indique que d’autres personnes lui auraient lancé des déchets et qu’un homme lui aurait arraché les lunettes avant de partir avec.

Google a mis en place une charte de l’utilisation des Google Glass

Sarah Slocum réussi à récupérer les Google Glass, mais dans la panique et la confusion, elle se fait dérober son sac à main et son smartphone. Cette jeune femme fait partie du programme Explorer de Google, qui met à disposition d’un certain nombre de testeurs les Google Glass pour la somme de 1 500 dollars. Sur Facebook, le sujet fait débat. Des internautes compatissent tandis que d’autres indiquent que de filmer avec les Google Glass a été vécu par les agresseurs comme une atteinte à la vie privée. Google a récemment mis au point une charte de bonne conduite pour les Explorers en indiquant ce qu’il fallait faire et ne pas faire avec les Google Glass. Dans les recommandations, Google explique qu’il faut demander la permission aux personnes qui vous entourent de pouvoir les filmer. La jeune femme ayant filmé ses agresseurs, c’est la police qui a récupéré les images pour les exploiter indique The Telegraph.

Advertisements

Ailleurs sur le web