SFR est prêt pour une mutualisation des réseaux en France

SFR est prêt pour une mutualisation des réseaux en France

Le nouveau patron de la Société Française du Radiotéléphone, Jean-Yves Charlier ne croit pas aux partenariats transnationaux de groupes de réseaux Télécom mais plutôt à une mutualisation des réseaux en France. Avoir uniquement deux réseaux en France est une possibilité qu’il trouve intéressante. SFR et Bouygues d’un côté et Orange et Free de l’autre.

Publié le 23 septembre 2013 - 10:38 par La rédaction

La mutualisation des réseaux Télécom est une option qui plait à Jean-Yves Charlie, patron de SFR. Deux grands réseaux seraient possibles en France selon lui, SFR et Bouygues face à Orange et Free. Le P-DG de SFR a été interrogé par le JDD et a indiqué que son réseau était ouvert à des projets de mutualisation en France. Cependant il ne croit pas à des partenariats transnationaux. Un regroupement avec Bouygues Télécom serait par contre une option intéressante pour SFR, pour le développement de la 4G entre autres. Orange est déjà engagé avec Free et ils ont réussi à s’imposer comme grand opérateur en deux années seulement. Jean-Yves Charlier y croit dur comme fer et pense que de se lier à Bouygues ne peut être qu’un projet d’avenir.

SFR et Bouygues: Développer la 4G sur le territoire national

S’unir pour mieux régner est une stratégie payante selon le P-DG de SFR. Ainsi, ils pourront faire face plus efficacement à Orange et Free. Rappelons que SFR va sortir du groupe Vivendi prochainement. De plus le mariage SFR-Bouygues permettrait aux deux compagnies d’économiser des centaines de millions d’euros d’ici à 2020 et de faire progresser leurs actions significativement. Les services proposés pourraient eux aussi être améliorés notamment au niveau des offres pour la 4G afin de proposer une couverture de grande ampleur pour les consommateurs. La fusion avec le câblo-opérateur Numéricable qui fut évoqué à une époque n’est plus à l’ordre du jour. Les premiers forfaits 4G seront proposés à partir de demain mardi 24 septembre et démarreront à 34,99 euros et SFR veut devenir un acteur majeur de la 4G en France. Jean-Yves Charlier a indiqué que « le très haut débit mobile, la 4G,  coûtera donc 5 euros de plus en entrée de gamme ». Ce réseau qui permettra d’avoir un débit au moins équivalent à celui d’une ligne fixe internet est un enjeu pour les opérateurs qui espèrent que ces offres à valeur ajoutée compenseront la baisse de tarif générale que le marché a connu depuis l’arrivée de Free Mobile, précise-t-il.

 

Advertisements

Ailleurs sur le web