Sony Pictures fait justice-soi-même et lance une attaque DDos

Sony Pictures fait justice-soi-même et lance une attaque DDos

Suite au piratage de ses ordinateurs, Sony Picture a décidé de faire justice soi-même et de lancer une attaque DDos sur les sites diffusant ses fichiers piratés.

Publié le 12 décembre 2014 - 9:01 par François Giraud

Sony Pictures a fait l’objet d’un piratage fin novembre et contre-attaque

Sony Pictures a fait l’objet fin novembre 2014 d’une attaque informatique paralysant tous les ordinateurs et le système d’administration. Des informations confidentielles ont été dérobées. Suite à cette attaque, le studio de cinéma a décidé de prendre sa revanche en lançant une attaque DDos sur les sites distribuant les fichiers piratés. C’est tout le système informatique du studio de cinéma américain qui a été paralysé le lundi 24 novembre indiquait The Verge. A leur grande surprise, au moment d’ouvrir leur session, les employés du groupe se sont retrouvés face à une image représentant un squelette et portant la mention « Hacked By #GOP ».

Piratage Sony Pictures 24 novembre

Publicité

Sony lance une attaque DDos sur les sites ayant distribué des informations sensibles

Une situation plutôt inhabituelle de la part d’un groupe, Sony lancerait, selon Re/code une attaque DDos sur les services hébergeant et distribuant des données piratées fin novembre sur son système informatique. Une manière pour le géant japonais de dissuader les pirates et ceux qui téléchargent des documents sensibles. L’attaque perpétuée par Sony Pictures consiste à inonder le réseau de fichiers très longs à télécharger, donc inutilisables par les pirates.

100 téraoctets de données sensibles dérobées lors de cette attaque

Le piratage dont Sony Pictures a fait l’objet au mois de novembre comprenait des fichiers MP3, des mots de passe de bases de données, des adresses email, des informations sur des budgets et d’autres documents confidentiels. Les pirates menaçaient Sony Pictures de publier les documents dérobés sur la Toile et avaient joint divers liens vers lesquels des informations dérobées étaient visibles. Suite à ce piratage, des salariés ont reçu des menaces et des films non sortis en salle se sont retrouvés sur des plateformes illégales de téléchargement. Les experts en sécurité qui se sont occupés de cette attaque ont évalué le préjudice causé à 80 millions d’euros.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *