Streaming: les pirates utilisent de plus en plus de smartphones pour télécharger illégalement

Streaming: les pirates utilisent de plus en plus de smartphones pour télécharger illégalement

Selon une étude de l’Hadopi publiée ce vendredi 29 novembre 2013, le téléchargement illicite se développe sur de nouveaux supports, à savoir sur smartphones. De plus en plus de jeunes utiliseraient leur mobile pour télécharger illégalement de la musique et des films via des applications sous iOS et Android.

Publié le 1 décembre 2013 - 10:26 par La rédaction

L’Hadopi vient de publier une étude ce vendredi 29 novembre 2013 montrant que les personnes qui s’adonnent au piratage et aux téléchargements illégaux sont de plus ne plus nombreuses. Après avoir essayé de télécharger de la musique, des films ou des logiciels sur Internet via un ordinateur, c’est vers les smartphones que se dirigent ces pirates. Les plus jeunes utiliseraient ce support pour télécharger illégalement des contenus via des applications présentes sous iOS et Android. Le rapport de l’Hadopi montre que le piratage se développe de plus en plus et que les pirates utilisent divers moyens pour arriver à leurs fins. le « peer to peer », des logiciels spécialisés, des sites de streaming, des applications mobiles.

16 sites de streaming vont être bloqués suite à une décision de justice du TGI de Paris

Dernièrement, les syndicats de professionnels de l’audiovisuel sont arrivés à faire condamner 16 sites de streaming par le tribunal de grande instance de Paris. Les FAI vont devoir bloquer les accès aux sites concernés dont DPStream, qui compte plus de deux millions de visiteurs uniques par mois. Une goutte d’eau dans le monde du téléchargement illégal. Un site ferme, un autre ouvre ses portes. L’Hadopi indique faire ce qu’elle peut pour rivaliser face aux téléchargements illégaux, mais faute des moyens, ne peut pas aller plus loin. Le gouvernement a encore réduite le budget de l’Hadopi cette année. Selon la Haute Autorité, le meilleur moyen de remédier au piratage serait de proposer une offre légale de qualité. L’Hadopi vient de mener une étude qualitative et quantitative sur les stratégies d’accès développées par les internautes pour télécharger illégalement de la musique, des films et des séries TV sur Internet.

Trois étapes d’accès illicite sont relevées par l’Hadopi pour l’accès aux œuvres dématérialisées

La haute Autorité relève trois étapes principales utilisées par les pirates. Une étape de renseignement, où les pirates explorent les dernières nouveautés, font un premier tri pour préciser leur choix. 25 à 35% des consommateurs illicites se rendraient au moins une fois par semaine sur des sites légaux pour trouver des titres à télécharger. la seconde étape serait l’accès aux œuvres, où 74% des pirates se rendraient sur des sites illégaux pour télécharger des contenus sélectionnés précédemment. Un accès qui se ferait par le biais de réseaux sociaux dans 27% des cas, par des liens trouvés sur des forums dans 36% des cas, par l’utilisation d’un débrideur pour 22% d’entre eux ou par l’utilisation d’un proxy dans 21% des cas. S’ensuite la dernière étape, qui est celle de la consommation dématérialisée concentrée en majorité sur des oeuvres datant de moins de 6 mois. 71% des pirates déclarent consommer des séries TV datant de moins de six mois. Le premier critère de choix pour le téléchargement illicite est la gratuité dans la majorité des cas.

Advertisements

Ailleurs sur le web





  • Chris

    « mais faute des moyens, ne peut pas aller plus loin »
    hahaha…. 12 millions de budgets sur les années précédentes et « seulement » 6 millions d’euros en 2014. Nous n’avons pas tous la définition de « ne pas avoir les moyens ».

    • Niap

      Ouais. Et ce n’est pas Hollande qui affirmera le contraire.

    • Niap

      Ouais. Et ce n’est pas Hollande qui affirmera le contraire.

  • Blayaux

    On a essayé de bloquer voir surpprimer The pirate Bay on a vu ce que ca a donné. Le site a été cloné et ré ouvert des 10aines de fois

    • Niap

      Et c’est cool.

    • Niap

      Et c’est cool.