Test Assassin's Creed Unity PS4 : un air de Révolution

Test Assassin’s Creed Unity PS4 : un air de Révolution

C’est au coeur de Paris, à l’époque de la Révolution, que prend place ce nouvel Assassin’s Creed Unity.

Publié le 2 décembre 2014 - 11:24 par Stéphane Ficca

Osez la Révolution !

Après un opus Black Flag plutôt réussi, Assassin’s Creed délaisse les ballades en mer pour plonger le joueur au coeur d’un pan capital de l’Histoire de France, à savoir la Révolution Française. Le jeu nous permet en effet d’incarner Arno, un jeune héros en quête de vengeance, qui va rejoindre la guilde des assassins pour rétablir la vérité sur la mort de son père notamment. L’occasion pour le joueur d’arpenter les rues de la capitale de 1789 à 1794, et rencontrer des personnages pour le moins emblématiques, escalader les plus beaux monuments de Paris et vivre la Révolution d’une manière pour le moins originale.

Assassin PS4

Publicité

Outre ce cadre pour le moins passionnant, Assassin’s Creed Unity est également le premier opus à avoir été pensé et développé pour les consoles nouvelle génération. L’occasion d’apprécier des graphismes d’une beauté assez spectaculaire, avec une reproduction fidèle des plus beaux monuments parisiens. Nouvelle génération oblige, il est désormais possible de pénétrer certains bâtiments, sans le moindre chargement, pour admirer là encore une modélisation à tomber à la renverse, que ce soit à Notre Dame comme à Versailles.

Paris est magique !

Une fois la manette en mains, les habitués de la saga retrouveront immédiatement leurs marques, avec toutefois un gameplay légèrement plus précis qu’auparavant. Arno Dorian dispose, comme ses prédécesseurs, d’une agilité exceptionnelle, et peut ainsi se hisser sur les plus hauts monuments de la capitale en quelques secondes. Les points d’observations sont évidemment de la fête, et permettront de synchroniser la map afin de faire apparaitre les différents points d’intérêts et autres missions annexes. A ce niveau, le jeu est d’une richesse assez effarante, puisque l’on peut littéralement passer des heures à effectuer diverses tâches secondaires, sans faire avancer d’un iota le scénario principal. On peut par exemple acheter et rénover les cafés-théatres de la ville, aider certains personnages clés, rétablir un peu d’ordre dans les rues en assassinant les voyous, mais aussi retrouver les nombreuses cocardes cachés, enquêter sur divers meurtres ou encore résoudre les mystères de Nostradamus.

Assassin Unity 2

Côté gameplay, les développeurs sont parvenus à rendre la progression moins rigide qu’auparavant, ce qui permet au joueur de faciliter l’infiltration et les assassinats furtifs. Le système de couverture est lui aussi nettement mieux géré, même si on regrettera comme souvent une IA ennemie parfois assez étonnante. Le joueur dispose évidemment d’une large palette d’outils pour personnaliser son assassin, en achetant de nouvelles armes, mais aussi en modifiant totalement son apparence. On apprécie les nouvelles lames fantômes et lames furie, qui permettent d’éliminer un ennemi à distance ou de retourner un garde contre son clan.

BuGnity ?

Entaché par de nombreux bugs à sa sortie (Ubisoft a récemment publié une lettre officielle d’excuses), cet Assassin’s Creed Unity a bénéficié de nombreux patchs qui ont considérablement amélioré l’expérience de jeu. Toutefois, l’oeil averti décernera encore et toujours de nombreux bugs graphiques, mais aussi quelques bugs étonnants et un frame rate parfois limité, la faute sans doute à un Ubisoft trop gourmand, puisque certains passages affichent une foule très importante… trop importante peut-être. On regrettera toutefois des chargements bien trop fréquents, qui viennent parfois hacher un rythme haletant. L’ensemble reste malgré tout assez prenant pour plonger le joueur dans cette ambiance unique, même s’il faudra se montrer conciliant avec ces quelques errances techniques.

Assassin Unity 3

Outre son mode Solo ultra-complet, Assassin’s Creed Unity permet également de profiter d’un nouveau mode Coopératif permettant à quatre assassins d’évoluer simultanément sur des missions dédiées. Chaque mission bénéficie d’une petite introduction plutôt bien réalisée, et il est possible de réanimer un partenaire tombé au combat. Ce mode permet de combiner ses efforts pour accomplir les objectifs demandés, et c’est un pur régal que d’évoluer avec ses amis sur les toits de Paris à la recherche de sa cible. Une fois encore, on regrettera simplement quelques bugs techniques qui viennent parfois entacher la progression. Côté durée de vie, cet Assassin’s Creed Unity vous plongera durant de très longues heures au coeur de la Révolution Française, comptez bien quelques dizaines d’heures si vous êtes du genre à récupérer tous les bonus cachés.

Assassin Unity

La liberté ou la mort :
+ L’aire de jeu, immense et magnifique
+ Le contexte historique plus passionnant que jamais
+ La tonne de quêtes annexes
+ Un gameplay amélioré
+ Le mode Coop’
+ Les assassinats furtifs, d’une classe folle

A l’échafaud :
– Les errances techniques
– Les chargements, longuets et trop fréquents
– L’IA ennemie, toujours aussi imprévisible

Notre Verdict

Malgré quelques tares techniques et autres bugs divers et variés, Assassin’s Creed Unity affiche des qualités absolument indéniables, à commencer par une reproduction de Paris absolument sublime. La ville est vivante, bourrée de monde (parfois trop d’ailleurs), et les détails fourmillent à chaque coin de rue. Chaque quartier bénéficie d’une petite note indicative, et le fait de pouvoir escalader les plus beaux monuments procure une sensation assez indescriptible. Le cadre (la Révolution Française) est juste passionnant, et Ubisoft a pris le soin d’améliorer le gameplay de son jeu pour une expérience des plus agréables. On regrettera toutefois des chargements trop présents, qui cassent le rythme, mais le côté Open World, le conflit entre les Assassins et les Templiers, l’infiltration revue et corrigée, le mode Coop’ ou encore la tonne de bons à récupérer jouent clairement en la faveur de cet Assassin’s Creed Unity.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *