Test Battlefield Hardline PS4, flic ou voyou ?

Test Battlefield Hardline PS4, flic ou voyou ?

Electronic Arts propose son nouveau Battelfield Hardline, qui délaisse la guerre moderne pour une ambiance série TV US en mode flic ou ripoux.

Publié le 26 mars 2015 - 8:44 par Stéphane Ficca

Good cop ou bad cop ?

Franchise phare pour Electronic Arts depuis déjà quelques années, Battlefield avait répondu au présent pour le lancement des consoles nouvelle génération Playstation 4 et Xbox One, avec un Battlefield 4 plutôt réussi, malgré une campagne solo un peu courte. Un peu plus d’un an plus tard, Electronic Arts, avec l’appui du studio Visceral Games, nous propose un nouvel opus de la saga, sous-titré Hardline. Exit les conflits militaires, place à un tout nouvel univers de type « flic/voyou », avec une campagne solo digne de ce nom, et calquée sur le modèle des meilleures séries policières US.

Hardline 1

Publicité

Ce Battlefield Hardline nous place donc dans la peau de Nick Mendoza, un nouveau flic de la police de Miami, qui va devoir faire connaissance avec ses collègues et tenter de mettre un terme aux différents trafics qui sévissent en ville. Dès le prologue, Battlefield Hardline pose les bases de sa « nouvelle » orientation, avec une première scène très punchy, suivie d’une course poursuite et d’un authentique générique. A la manière des séries US on vous dit. D’autant plus que le jeu se paie quelques authentiques acteurs, évidemment parfaitement modélisés dans le jeu.

Hardline 4

Bien sûr, avec son côté épisodique (on a même droit au « précédemment dans Hardline » lorsque l’on reprend une partie), Battelfield Hardline est truffée de cutscenes, plus ou moins longuettes d’ailleurs, qui se chargent de plonger le joueur au coeur du scénario. Ce dernier est d’ailleurs plutôt bien ficelé, même si on regrette le manque de charisme de Nick Mendoza, le personnage que l’on incarne. Sur le terrain, on retrouve un FPS un peu moins survitaminé que d’habitude, Hardline demandant parfois un peu de subtilité. Les joueurs qui désirent coffrer les malfrats devront donc rester discrets, avant de surgir, badge à la main pour immobiliser leur proie et lui passer les menottes. Le jeu demande d’ailleurs de coffrer certains ennemis en particulier, que l’on peut identifier avec le smartphone « next gen » de Mendoza.

Hardline 5

En effet, en scannant une zone, on peut marquer les ennemis, un peu à la manière d’un Far Cry 4. Cela permet également de dénicher les nombreux indices cachés dans les missions, qui permettront à terme de conclure une « affaire » et débloquer des armes. Une fonctionnalité plutôt bien pensée, mais trop guidée dans le jeu, puisqu’un GPS vous indique la direction et la distance précise qui mène au prochain indice… Les dix épisodes ont le mérite d’être relativement variés, et ce Battlefield Hardline peut se targuer de disposer d’un « vrai » mode solo. Certes, les ficelles sont parfois un peu grossières, les doublages ne sont pas d’une qualité folle, mais l’intention est louable.

Hardline 3

Concrètement, il faudra compter environ 8 heures pour voir le fin mot de l’histoire. Bien sûr, les adeptes du rush boucleront l’affaire plus rapidement, mais il reste intéressant de tenter de coffrer les cibles et récupérer tous les indices. Techniquement l’ensemble tient la route, même si on perd le côté « wow » de Battlefield 4. Certaines textures sont impressionnantes, mais d’autres phases, comme les poursuites en voiture sont moins séduisantes… Idem en ce qui concerne l’IA des ennemis, très limitée, sans compter les quelques bugs (de collision notamment) qui sévissent par endroits.

Hardline 2

Ce Battlefield Hardline n’en oublie pas pour autant le multijoueur, et permet de profiter de nombreux modes de jeu. On retrouve bien sûr les classiques du genre, mais on préférera s’attarder sur les nouveaux Heist (braquage) et Blood Money. Les puristes regretteront évidemment l’absence de tanks ou encore des avions de chasse, mais c’est la nouvelle orientation de ce Hardline qui veut cela. En multi, ce Battlefield Hardline se veut donc plus stratégique que ses prédécesseurs, et les équipes devront faire preuve d’une communication sans faille pour l’emporter. Certains pesteront toutefois face à un netcode un peu limite parfois, avec notamment un peu de lag.

Verdict

Plutôt ambitieux, ce Battlefield Hardline se révèle au final correct, mais ne laissera pas un souvenir impérissable dans la mémoire du joueur. Le solo est travaillé, monté comme une bonne série TV US, mais les phases de gameplay manquent parfois de punch, la faute à une IA assez faible et un rendu technique trop lisse malgré quelques textures de toute beauté. En multi, l’expertise Battlefield est bien là et les nouveaux modes Heist et Blood Money suffisent à relancer l’intérêt du jeu chez certains. Une bonne expérience donc au global, même si on aurait aimé un peu plus d’audace, notamment en solo et une section graphique un peu moins lisse.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *