Test Dead Rising 4, un "faux" Dead Rising sur Xbox One ?

Test Dead Rising 4, un « faux » Dead Rising sur Xbox One ?

Pour les fêtes de Noël, Capcom et Microsoft nous proposent un tout nouveau Dead Rising, très « christmas ». Verdict.

Publié le 12 décembre 2016 - 11:45 par Stéphane Ficca

Le premier Dead Rising… qui n’en est pas un

Dix années après le tout premier opus sur Xbox 360, Capcom lance en cette fin d’année 2016 Dead Rising 4, le tout nouvel opus de cette saga zombifiante, qui assume très clairement son humour de Série Z. Pour ce nouvel épisode, on retrouve une nouvelle fois Capcom Vancouver aux commandes, et le jeu nous propose un double retour en arrière, puisque non content de retrouver ce cher Frank West,, héros emblématique de la saga, le joueur va également revenir sur le lieu d’origine de la série : Willamette.

dead-rising-4-test

Publicité

En effet, conscient d’avoir déçu les fans avec un Dead Rising 3 peu inspiré, malgré quelques très bonnes idées, Capcom a souhaité revenir aux origines même de la licence, avec ce Dead Rising 4 qui promet des hordes de zombis bien sûr, mais aussi tout l’humour caractéristique de la saga, et un game design davantage proche du tout premier épisode que du troisième. Concrètement, le jeu démarre par un Prologue, pas très inspiré, mais qui permet de resituer l’intrigue et les personnages, avec un Frank West plus taquin que jamais, qui va devoir (un peu malgré lui) reprendre du servie.

Pour ceux qui ne connaissent pas la série Dead Rising, le jeu de Capcom avait bousculé les codes il y a 10 ans, avec un système de jeu assez novateur pour l’époque, puisque ce dernier offrait une totale liberté au joueur, avec certes une trame scénaristique, mais également de nombreuses quêtes annexes, avec un temps de jeu imposé au joueur. Ainsi, outre le fait de ne pouvoir passer que 72 heures (virtuelles) à Willamette, Dead Rising 1 imposait également de devoir se trouver à certains endroits, à une heure imposée, pour faire progresser l’intrigue, quitte à abandonner un groupe de survivants à leur sort, ou ne pas pouvoir affronter tel ou tel boss secondaire, faute de temps. Un timing très serré, couplé à une difficulté assez corsée, si bien que seuls les plus vaillants ont pu visionner les vraies (bonnes) fins sur leur Xbox 360.

dead-rising-4-test-3

Pour ce Dead Rising 4, malgré le retour aux sources, Capcom a clairement décidé de se détacher de la formule d’origine. Pas de timing ici, le joueur est donc libre de se promener comme bon lui semble dans le nouveau centre commercial de Willamette et ses alentours. Libre au joueur donc de décider quand il souhaite se rendre à l’objectif indiqué sur la map pour faire progresser le scénario. Un aspect qui rend aussitôt ce Dead Rising 4 plus accessible certes, mais qui fait perdre un peu (beaucoup) de son charme au jeu, d’autant plus que la difficulté globale a été très largement rabaissée ici, avec un Frank West très costaud d’une part, mais qui dispose également d’un arsenal aussi surpuissant que loufoque.

Trop facile Dead Rising 4 ?

En effet, dès les premiers instants du jeu, il sera possible de mettre la main sur des armes « de base » plutôt puissantes, mais aussi sur des armes combos dévastatrices. Certes, cela permet de dézinguer du zombie à tout va, avec une efficacité assez bluffante, mais cela retire également cette difficulté qui faisait tout le charme de Dead Rising. De même, si le premier et second opus offraient un peu de « stratégie », avec le fait de devoir impérativement économiser un maximum de temps pour pouvoir faire le plus d’actions possibles, ce quatrième épisode se veut 100% fun, et laisse libre court à de longues sessions de massacres de zombis, à pieds comme en véhicule, avec au passage une conduite toujours aussi rigide.

dead-rising-4-test-2

Un opus plus accessible donc, qui mise très largement (et presque uniquement) sur le fun, que ce soit au niveau du massacre de zombis à grande échelle, ou de la découverte des armes combos, certaines étant vraiment très originales et réussies. Côté scénario, la mise en scène manque clairement de dynamisme et de personnages phares, la scène étant très largement occupée par Frank West. Un scénario qui pourra être bouclé en un peu moins de dix heures si l’on ne souhaite pas prendre le temps de fouiller les recoins du jeu pour trouver les journaux, portables et autres graffitis zombis à photographier.

D’un point de vue strictement technique, ce Dead Rising 4 n’est pas une merveille de beauté pour la rétine, mais l’ensemble a le mérite d’être plutôt fluide, c’est déjà ça. Certaines séquences s’en sortent un peu mieux que d’autres, mais l’ensemble reste quand même assez faible techniquement, avec certes des zombis en masse parfois, mais un rendu graphique peu convaincant, couplé à une jouabilité bien rigide elle aussi. On ne peut que féliciter Capcom d’avoir tenté d’inclure des phases axées « infiltration », mais on finit très vite par céder à la mode « bourrinage », par la facilité du jeu d’une part, mais aussi l’IA ennemie assez désastreuse… On notera également ça et là quelques jolis bugs (de collision notamment), et il est évident que ce n’est pas avec ce Dead Rising 4 que la Xbox One fera la démonstration de ses capacités graphiques.

Côté bande-son en revanche, outre un doublage français plutôt réussi dans l’ensemble (et très Série Z), on profitera également de quelques chants de Noël parfois joliment revisités (mais audibles seulement en voitures et via le menu Pause…). Journaliste de son état, Frank West dispose également d’un appareil photo avec lequel il faudra accomplir des enquêtes, qui se limitent à prendre quelques clichés dans une zone restreinte, mais également immortaliser certaines séquences pour gagner des PP et faire gonfler les statistiques de ce cher Frank. A noter la possibilité de prendre des selfies avec les zombis et autres ennemis du jeu. Bref, si les néophytes pourront enfin boucler un Dead Rising, les fans de la saga (dont nous faisons parti) seront déçus de la tournure prise par ce quatrième opus, et si la plupart iront malgré tout au bout de l’aventure, ce sera sans grande conviction. Sans compter que ce Dead Rising 4 ne propose qu’une seule et unique fin (DLC mis à part), et un mode Scénario bouclable uniquement à 100%, ce qui ne laisse pas beaucoup de place à une éventuelle rejouabilité, hormis les objets bonus évidemment…

Notre Verdict

Avec ce Dead Rising 4, Capcom Vancouver semble avoir décidé d’ouvrir son jeu au plus grand nombre, avec la suppression du facteur temporel, des escortes de survivants, des psychopathes à affronter, une difficulté revue à la (très forte) baisse… Bref, un Dead Rising sans la moindre contrainte, qui permet d’éradiquer du zombi en masse et retrouver Frank West, mais qui n’a clairement pas l’étoffe d’un Dead Rising. Certes, on pourra toujours prendre un malin plaisir à tester les armes combos, à dénicher les secrets du jeu, et à suivre l’histoire de Frank West, mais ce quatrième opus ne restera (malheureusement) pas dans les mémoires, et encore moins dans celles des fans historiques de la saga (et ils sont nombreux).



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *