Test DriveClub Bikes : le Moto Racer de la PlayStation 4 ?

Test DriveClub Bikes : le Moto Racer de la PlayStation 4 ?

Bonne ou mauvaise surprise que ce DriveClub Bikes venu de nulle part ? Réponse dans notre test complet.

Publié le 4 novembre 2015 - 16:20 par Stéphane Ficca

Les motos (enfin !) de retour sur PlayStation 4

Sony a pris les joueurs de court à l’occasion de sa conférence pré-Paris Games Week il y a quelques jours, en annonçant une toute nouvelle licence dérivée de DriveClub, à savoir DriveClub Bikes, tout en mettant ce dernier à disposition des joueurs le jour même de son annonce, via le PlayStation Store. Un jeu qui peut être acheté en version « stand-alone » pour 19,99 euros, ou en tant qu’extension de DriveClub, pour 14,99 euros. Le principe est simple, reprendre les éléments (météo, lieux, courses…) de DriveClub, pour le transposer sur deux roues.

DriveClub Bikes

Publicité

Une bien belle surprise donc pour les joueurs PlayStation 4, et en particulier les fans de bécanes, qui n’avaient pas pu profiter d’un vrai bon jeu de courses sur deux roues depuis…. trop longtemps. Pas de grosse surprise ici, comme le nom le laisse sous-entendre, il s’agit bien d’un « DriveClub avec des motos« . Inutile donc de s’attendre à une quelconque simulation, le mot d’ordre est « arcade » et le but est de permettre au joueur de s’amuser instantanément.

De ce point de vue là, le constat est amplement rempli pour Sony et Evolution Studios, avec une prise en main très simple d’accès, et un pilotage ultra-permissif. Certes, on peut, via le stick gauche, gérer la position du pilote, mais on peut également freiner très fortement en virage sans risquer la moindre chute, ou encore remettre plein gaz en milieu de courbe sur un sol détrempé sans problème. Attention, il est toutefois possible de chuter, mais il faudra pour cela taper un mur (assez fort) ou encore louper son wheeling ou sa roue avant.

DriveClub Bikes 2

Plusieurs angles de vue sont disponibles, dont une impressionnante « helmet cam », un peu comme dans Project CARS. Une caméra ultra immersive, mais terriblement compliquée pour qui souhaite jouer sans souffrir du mal de mer. On préférera donc jouer en vue externe, et éventuellement profiter des replays en jouant avec les angles de caméra, qui permettent de profiter pleinement de l’esthétique toujours aussi somptueuse de ce DriveClub. La pluie est évidemment de la partie, avec un rendu juste exceptionnel, et il est possible de paramétrer son jeu pour évoluer sur le sec, sous une pluie battante, sous un ciel couvert, en encore avec une météo dynamique qui permettra là encore d’observer des effets visuels épatants, comme le soleil qui se réfléchit sur l’asphalte détrempé, des éclairs dans le ciel, ou encore l’apparition d’un arc-en-ciel après une averse.

DriveClub Bikes 3

La jouabilité est relativement aisée, même s’il faudra s’habituer au comportement assez déroutant des motos, par rapport à celui proposé sur les véhicules. A ce sujet, DriveClub Bikes ne mélange pas les voitures et les motos, impossible donc d’effectuer une course mélangeant les deux univers comme c’était le cas dans Motorstorm notamment. Le mode Solo permet de profiter de divers défis, répartis sur les différents environnements du jeu (Ecosse, Japon, Chili…) avec des courses bien sûr, mais aussi des épreuves de compétences et des contre-la-montre. On débloque les différentes motos au fur et à mesure de ses exploits, avec une douzaine de jolies montures au catalogue, signées Ducati, Yamaha, Honda ou encore Kawasaki.

Côté multi, on retrouve bien sûr la possibilité de lancer des défis à ses concurrents ou à des clubs. A ce sujet, cette extension Bikes s’intègre parfaitement dans DriveClub, et vous conserverez vos données de club, que ce soit en moto ou en voiture.

Notre verdict

Pas de (mauvaise) surprise avec ce DriveClub Bikes, qui reprend les ingrédients de base, en y ajoutant simplement des deux roues. On retrouve ainsi des graphismes d’une beauté indécente, une météo évolutive juste exceptionnelle, une conduite arcade ultra fun et des défis en pagaille, mais aussi un pilotage qui ne conviendra pas à tout le monde et quelques soucis d’IA. Bref, tous ceux qui trouvaient DriveClub déjà particulièrement fun sur quatre roues, seront ravis de retrouver cette même expérience sur deux. Avis aux fans de superbikes et d’arcade donc.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *