Horizon Zero Dawn : la PS5 avant l’heure ?

La marque PlayStation affiche de plus en plus sa différence avec son rival Xbox en terme d’exclusivités marquantes sur cette génération de consoles. Depuis le début de l’année 2017, Sony a ainsi proposé les très bons Gravity Rush 2 et NioH, mais le groupe frappe encore plus fort en ce début de mois de mars, avec cet Horizon Zero Dawn. Un jeu jouable sur PS4 classique évidemment, mais qui bénéficie également d’une optimisation très poussée avec la PS4 Pro, si bien que l’on a parfois l’impression d’avoir un avant-goût visuel de la prochaine génération de consoles.

horizon-zero-dawn-wallpapers

Dans Horizon Zero Dawn, le joueur incarne Aloy, une jeune guerrière, paria de son état, mise à l’écart de la tribu Nora, mais élevée dans le respect des traditions par son père adoptif Rost. Des personnages qui évoluent au coeur d’un univers post-apocalyptique, avec une mère nature qui a repris ses droits, des humains qui semblent avoir régressé, et des prédateurs qui ne sont plus composés de chair et d’os, mais de métal et d’électricité. Evidemment, au fil des heures, on en apprend davantage sur cette intrigue très originale, et on profite au fur et à mesure des avancées technologiques découvertes dans les ruines de la civilisation, à commencer par le Focus, une petite oreillette particulièrement utile, récupérable dans les premières minutes de l’aventure.

Côté progression, cet Horizon : Zero Dawn se veut un chouia moins original que sa trame, et on retrouve ici un très (très) vaste open-world, qui plonge le joueur dans une nature luxuriante et des environnements organiques impressionnants de vie. A l’instar d’un Tomb Raider nouvelle génération, il faudra savoir chasser et récupérer les nombreux éléments (plantes, bois, fer…) pour mettre au point des objets de soin, mais également fabriquer des flèches ou encore améliorer son équipement. La map est immense, et le joueur est parfaitement libre de se promener où bon lui semble. Tel un Far Cry 4/Primal, il faudra déverrouiller la carte, non pas en grimpant en haut d’une tour, mais d’un dinosaure robotique au long cou. Excellent.

Horizon-PS4-Screen

Le reste du bestiaire est composé de nombreuses espèces (dinosaures et autres) revisitées à la sauce robotique. A l’écran, le mélange fonctionne parfaitement, et on prend rapidement un malin plaisir à chasser du gibier, récolter des ressources, et éviter si possible de se faire repérer par une meute de veilleurs. Pour cela, Aloy dispose d’une large panoplie de mouvements, et peut par exemple se cacher dans les herbes hautes. Au fil du temps, on pourra également compléter l’arbre de compétences, et choisir de perfectionner ses talents de chasseurs, de combattant ou améliorer sa furtivité. Les marchands rencontrés ça et là peuvent également fournir du nouveau matériel, avec de nouvelles armes et armures, ces dernières offrant évidemment des protections et caractéristiques propres, en fonction des dégâts encaissés/infligés, mais également des éléments (feu, foudre, glace…) qu’il faudra apprendre à gérer. Côté gameplay, on comprend rapidement qu’il faudra davantage privilégier la ruse à la brutalité, avec des ennemis que l’on peut surprendre, mais également de nombreux pièges à utiliser. Une dimension stratégique très importante, notamment face aux plus gros spécimens.

Dans Horizon Zero Dawn, on suit évidemment une ou plusieurs quêtes principales, visant à faire progresser l’intrigue du jeu, mais on rencontrera également de nombreux PNJ qui nous fourniront des quêtes secondaires plus ou moins utiles. A cela s’ajoutent également des zones de chasses, avec des défis à accomplir, mais également des sections qui demanderont de nettoyer une aire de toute présence ennemie, sans oublier des camps à délivrer et autres bonus à récolter. Comme dit précédemment, la map est immense, et on peut aisément passer des heures et des heures à explorer les environs, à la recherche d’à peu près tout et n’importe quoi, sans pour autant toucher à la quête principale.

horizon-zero-dawn-screen

Si le coeur de cet Horizon Zero Dawn peut diviser (notamment sa similarité avec des jeux comme Tomb Raider ou Far Cry), sa technique fait en revanche l’unanimité, et jamais un jeu n’aura à ce point flatter la rétine du joueur. En effet, les environnement s’étendent littéralement à perte de vue, et l’ensemble est d’un réalisme à couper le souffle. La nature est on ne peut plus luxuriante, variée, riche, et rien n’a été laissé au hasard. Mieux encore, sur PS4 Pro, l’affichage est d’une précision, d’une netteté et d’une stabilité assez extraordinaires, avec la possibilité d’opter pour un rendu Ultra HD 4K, sublimé par un rendu HDR très réussi. Autant le dire, Horizon Zero Dawn est incontestablement le jeu le plus réussi et choquant, visuellement parlant, qu’il nous ait été donné de tester ces dernières années. Uncharted 4 : A Thief’s End avait déjà frappé très fort, mais cet Horizon Zero Dawn place la barre encore un peu plus haute. Juste wow !

Toutefois, même si le jeu dans son ensemble est une pure réussite, on note malgré tout ça et là quelques petites approximations, notamment au niveau de l’interface, un peu trop chargée. Un passage par les options permet néanmoins de régler le souci, avec la possibilité de personnaliser le HUD, ou de passer en mode Dynamique. L’autre « défaut » du jeu concerne sa narration, un peu trop statique, et qui manque parfois un peu de dynamisme. On aurait ainsi apprécié une mise en scène un peu plus chiadée, et un scénario qui traîne un peu moins en longueur, quelques séquences étant plus que prévisibles, mais un peu longues à se mettre en place. Pas de quoi perturber l’expérience globale, et encore moins fermer la mâchoire du joueur, qui restera bouche bée face à la beauté et la richesse de l’ensemble, de la première à la dernière seconde. Bluffant !

Notre Verdict

Avec une narration un peu plus pêchue et une mise en scène un chouia plus dynamique, cet Horizon Zero Dawn aurait tout simplement été parfait en tout point. En l’état, il constitue malgré tout une expérience vidéoludique absolument bluffante, avec un fond post-apocalyptique passionnant, une héroïne sublime et attachante, une aire de jeu gigantesque, et une réalisation à tomber à la renverse (surtout sur PS4 Pro). Le plus bel open-world de tous les temps, incontestablement, à qui il manque toutefois un petit soupçon de « jenesaisquoi » pour en faire le meilleur de tous les temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here