Test NBA Playgrounds : "Boom Shakalaka" sur PS4, Xbox One et PC ?

Test NBA Playgrounds : « Boom Shakalaka » sur PS4, Xbox One et PC ?

Notre test complet de NBA Playgrounds, le nouveau jeu de basket 100% arcade, qui réunit les stars de la NBA d’aujourd’hui, d’hier et d’avant-hier.

Publié le 15 mai 2017 - 10:01 par Stéphane Ficca

Le retour du sport arcade

Il y a encore quelques années, les sports populaires étaient déclinés sur nos consoles en des simulations bien sûr, mais aussi en des jeux 100% arcade, faisant la part belle au fun immédiat. C’était le cas de NBA Jam, de World Cup, de Super Baseball 2020 ou plus récemment de FIFA Street. En ces temps de disette, l’arrivée de ce NBA Playgrounds sonne donc comme un retour aux temps anciens, celui qui permettait de lancer quelques parties, seul ou entre amis, pour un plaisir de jeu immédiat, net et sans bavures.

NBA PlayGrounds test

Publicité

Vous l’aurez compris, ce NBA Playgrounds se veut une ode à l’ancestral NBA Jam, qui a fait la joie de nombreux gamers sur arcade, mais aussi sur SNES et MegaDrive. Dans cet opus nouvelle génération, le joueur est invité à créér le duo de ses rêves en associant les joueurs de son choix, quitte à réunir deux stars de deux équipes rivales, et/ou d’époques totalement différentes. A ce sujet, le jeu offre environ 150 joueurs au total, qu’il faudra toutefois déverrouiller avec l’aide du Dieu hasard.

Comme dans les années 1990 avec les albums de vignettes à collectionner, le jeu permet d’ouvrir des packs de joueurs, qui contiennent chacun 5 nouveaux basketteurs. Des packs que l’on obtient simplement en terminant des tournois ou encore en faisant grimper son expérience au fil des victoires. Côté catalogue, le jeu propose de retrouver de nombreux joueurs évoluant actuellement en NBA, mais aussi des joueurs de légende comme Shaquille O’Neal, David Robinson, Magic Jonhson, John Stockton ou encore Scottie Pippen. Du beau (et grand) monde donc.

NBA Playgrounds test PS4

NBA Playgrounds demande donc de participer à des matches de rues en 2 vs 2, avec des règles évidemment remaniés pour aboutir vers un fun immédiat. Pas de sortie de balle, pas de faute, pas de retour en zone, seule la limite de temps pour tirer est conservée ici. Comme dans un NBA Jam, les joueurs disposent d’une jauge d’endurance, ainsi que des caractéristiques propres, et on pourra donc associer un expert du dunk à un virtuose du trois points pour disposer d’un tandem équilibré, ou privilégier deux férus de défense pour multiplier les contres et les interceptions.

Côté modes de jeu, on peut évidemment s’adonner à NBA Playgrounds seul et à plusieurs (jusqu’à 4 en local), avec un mode Exhibition à paramétrer à sa guise, mais aussi un mode Tournoi, qui demande d’affronter des duos de plus en plus forts, sur un peu moins d’une dizaine de terrains de rue éparpillés dans le monde. Un contenu qui s’avère assez limité finalement, et on n’aurait pas forcément tiqué sur un ou deux modes de jeux supplémentaires. Peut-être via une future mise à jour qui sait.

NBA Playgrounds test PS4 bis2

A cela s’ajoute un mode online, toutefois très bridé pour le moment, puisque ce dernier se limite à effectuer un match classé avec un adversaire aléatoire, trouvé en matchmaking. Impossible donc d’organiser une session de jeu privée avec un ou plusieurs amis pour le moment. A cela s’ajoute un certain lag qui peut parfois nuire à l’expérience de jeu.

En effet, précisons que malgré son côté « arcade », ce NBA Playgrounds impose de respecter un timing assez précis pour espérer écraser ce dunk dans le panier, ou ne pas risquer le airball avec un tir à distance. Un timing pas forcément évident à saisir lors des premières parties, ce qui engendrera forcément un peu de frustration chez certains. Histoire de bouleverser une partie en cours, chaque équipe dispose également d’une jauge de loterie qui, une fois pleine, donnera accès à un bonus aléatoire. Là encore, on regrette une certaine inégalité entre les bonus, certains étant nettement plus avantageux que d’autres.

NBA Playgrounds test PS4 bis

Graphiquement, ce NBA Playgrounds fait le taf sur PC, PS4 et Xbox One, avec un affichage d’une netteté impeccable et surtout des joueurs joliment modélisés, les développeurs ayant volontairement forcé le trait sur le côté arcade pour faire ressortir immédiatement les caractéristiques de certains. On reconnait ainsi en un clin d’oeil ses stars favorites, certaines étant dotées de mouvements exclusifs. Dommage toutefois que le jeu manque un chouia de rythme par moment, notamment lors des remises en jeu, assez longuettes.

A noter que le jeu est également disponible sur Nintendo Switch, avec un rendu toutefois nettement inférieur aux versions PS4, Xbox One et PC. Un comparatif est disponible à cette adresse pour les intéressés.

Notre Verdict

Sans être aussi étincelant que NBA Jam à son époque, ce NBA Playgrounds reste malgré tout très réussi pour qui souhaite s’offrir un jeu de basket arcade, sans la moindre fioriture, à jouer seul ou entre amis. Le catalogue de joueurs offre des stars d’hier et aujourd’hui (même si certaines légendes manquent à l’appel), et on prend un malin plaisir à enquiller les parties, et tester diverses équipes en mélangeant les genres. On pestera seulement face à un rythme qui aurait pu être plus haletant, un gameplay qui demande parfois un timing un peu trop difficile à saisir et des modes de jeu un peu limités, mais il y a malgré tout de quoi s’amuser avec cet opus Playgrounds, à condition d’apprécier le genre évidemment.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *