Test objectifs : Nikon AF-S 35mm F1.4G vs Sigma 35mm F1.4 DG HSM Art

Test objectifs : Nikon AF-S 35mm F1.4G vs Sigma 35mm F1.4 DG HSM Art

Si on demande à un photographe « nikoniste » quel est le meilleur objectif traditionnel grand-angle de l’univers, il répondra à coup sûr le fameux Nikon AF-S 35mm F/1,4G. En effet, il est imposant et optiquement travaillé, ce qui permet à Nikon de le commercialiser à un prix qui le positionne de facto sur le segment élitiste des optiques de premier choix. De son côté, l’opticien indépendant japonais Sigma a décidé d’entreprendre de grands travaux et de refaire intégralement sa gamme d’objectifs pour reflex numériques. Dans la catégorie « Art », le premier objectif nouvelle génération mis au monde par Sigma est le 35 mm F/1,4 DG HSM Art. Si nous devions confronter ces deux 35mm haut de gamme dans un match arbitré par le banc d’essai DxMark, comment se solderait ce match ? Éléments de réponse.

Publié le 25 mars 2013 - 10:00 par La rédaction

AF-S Nikkor 35mm F1.4G

Commençons par un petit tour des forces en présence. Chez les loyalistes qui jouent la carte de la marque Nikon depuis le boîtier jusqu’à l’objectif, on apprécie tout particulièrement cet objectif premium, l’AF-S Nikkor 35mm f/1,4G qui est un objectif de prestige dans la gamme Nikon et qui reçoit une lentille asthénique pour optimiser la résolution et le contraste ainsi que le fameux traitement de surface Nano cristal qui réduit les images fantômes et les divers reflets. Son diaphragme circulaire à neuf lamelles soigne le velouté des flous d’arrière-plan, le fameux bokeh.  Sa motorisation autofocus de type SWM est à la fois silencieuse et rapide. Sa construction est en magnésium et l’optique est tropicalisée, ce qui la rend parfaite pour tous les terrains. Nikon facture hélas cette excellence au prix fort et l’AF-S 35mm f/1.4G est vendu 1700 euros…

nikon 35mm F1.4G

le Nikon 35mm F1.4 est vendu plus de 1700 euros…

 

Sigma 35mm F1.4 DG HSM Art

En face, si l’on veut bien faire une infidélité à la marque Nikon pour son matériel photo, le nouvel objectif grand-angle Sigma 35 mm F/1,4 DG HSM ART mobilise lui aussi tout le savoir-faire de l’opticien indépendant en matière d’optiques de qualité : lentille en verres SLD et FLD sont au menu tout comme la motorisation autofocus ultrasonique sigma HSM. Nous avons pu le manipuler lors de son annonce en fin d’année dernière en monture Canon et cet objectif n’a franchement pas grand-chose à envier à son équivalent Nikkor sur le plan de la qualité de fabrication. Les matériaux inspirent confiance, l’assemblage est parfait et la bague de mise au point est large et douce à manipuler. La version en monture Nikon du Sigma du 35 mm F1,4 DG HSM Art est commercialisée 949 euros TTC. Oui, c’est à peu près la moitié du prix de vente de son équivalent Nikon. Alors, si on opte pour la solution Nikon, en a-t-on pour son argent ?

 

Match objectif 35mm : Sigma vs Nikon

Pour le match qui oppose le 35mm lumineux Premium Nikon à sa version Sigma, notre juge de paix sera le banc d’essai DxOMark dont l’équipe vient tout juste de tester le 35 mm F/1. 4 Art. Si l’on veut une optique d’une telle qualité, c’est certainement que l’on a boîtier très haute définition. Nous avons donc choisi de comparer les résultats de ces deux objectifs sur le Nikon D800

Publicité
qui, avec son capteur Full Frame 36 mégapixels, catalyse la vérité sur la performance optique des objectifs.

Le vainqueur est le Challenger ! C’est tout de même une surprise et un petit coup dur pour les responsables marketing chez Nikon : c’est l’outsider, le 35mm Sigma Art qui obtient les meilleurs scores avec un DxOMark score global de 39 contre 33 pour le Nikkor. Cette différence est de taille et si l’on se penche sur le détail des notes obtenues par chaque objectif sur chacun des critères d’évaluation de DxOMark, on remarque que l’écart se porte surtout sur le piqué, mais aussi dans une moindre mesure sur les aberrations chromatiques.

 

Sigma 35mm Art

Avec un DxOMark Score de 39 contre 33 et un score d’acutance (nettét perçue) équivalent à 23 mégapixels contre 17 mégapxels sur le D800, le Sigma bat le Nikkor emblématique.

Retrouver cette comparaison sur dxomark.com.

 La force du Sigma 35mm F1.4 DG HSM Art : l’homogénéité de son piqué

La résolution perçue délivrée par le Nikkor sur le D800 s’élève à 33 mégapixels contre 39 mégapixels pour son concurrent Sigma. Le différence est de taille ce qui est assez gênant pour l’objectif vendu le double du prix de son concurrent alors qu’il est manifestement en retrait d’un point de vue optique. L’examen plus approfondi de la qualité que délivrent les deux 35mm aux différentes ouvertures révèle que le Sigma est beaucoup plus à l’aise dès la pleine ouverture de f/1,4. En effet, à f/1,4 le Nikon n’est vraiment bon qu’au centre de l’image quand la qualité délivrée par le Sigma est beaucoup plus uniforme. Si l’on diaphragme à f/2, le Nikon reste en retrait dans les angles par rapport à la qualité optique du sigma qui est vraiment excellent sur l’intégralité de l’image, un exemple d’homogénéité. Ce manque d’homogénéité du Nikon 35mm perdure, même si, dans une moindre mesure, également à f/5,6 ou f/8. À f/11 et f/16 la diffraction fait son œuvre.

nikon 35mm F/1,4g

A f/1,4, l’un d »livre déjà le meilleur quand le second est en retrait et beaucoup moins homogène.

Concernant la performance en matière de piqué, rappelons simplement que souvent, on considère la disponibilité du potentiel d’un objectif dès sa pleine ouverture comme le signe d’une grande optique. A ce petit jeu, le Sigma 35mm f/1,4 DG HSM ART excelle quand l’AF-S Nikkor 35mm f/1,4G est clairement en retrait.

 

Aberrations chromatiques : plus contenues sur le Sigma

Le vignettage et la distorsion ne sont pas des critères sur lesquels on peut réellement départager les deux objectifs concurrents. Par contre, si l’écart qualitatif est criant sur l’homogénéité du piqué et sa disponibilité aux plus grandes ouvertures, on remarque également un certain écart entre les deux objectifs sur la mesure des aberrations chromatiques, en faveur du Sigma également. D’ailleurs, le meilleur piqué du Sigma découle aussi de sa meilleure maîtrise des aberrations chromatiques. Mesurées sur le capteur à 15 microns sur le 35mm Nikon, elles sont plus contenues sur le Sigma, seulement 6 microns.

 

Nikon 35mm F/1,4 vs Sigma 35mm DG HSM Art : meilleur et deux fois moins cher…

A l’heure du choix, à la vue de l’issue de ce match qui penche clairement en faveur du Sigma 35mm F/1.4 DG HSM ART, la solution alternative représente clairement l’achat malin, meilleure et deux fois moins chère, le prestige du 35mm Nikkor F1.4G en moins. Mais si le reste de la gamme d’objectifs pour reflex nouvelle génération à venir est de cet acabit, Sigma pourrait aussi gagner ses lettres de noblesses auprès des photographes qui y sont sensibles. On pourrait aussi se poser des questions sur la qualité et la durabilité des objectais Sigma, un point sur lesquel l’opticien nippon a clairement pêché ces dernières années. Mais Sigma revient en force avec une nouvelle gamme, à la finition très séduisante et offre un argument massue : si vous enregistrez votre objectif auprès de Sigma, vous bénéficiez d’une garantie de 3 ans.

Et sur le terrain ? La suite de notre comparatif Nikon 35mm F1.4G vs Sigma 35mm F1.4 DG HSM Art est à lire sur www.zone-numerique.com avec un test-terrain sur les D7000, D800 et D4.

 



Ailleurs sur le web


One Comment

  1. hedain

    11 janvier 2014 at 18 h 43 min

    La fiabilité des objectifs Sigma n’a d’égal que la piètre qualité du
    SAV. A moins de 600 prises de vues, 4 ans après l’achat mon 50/500 Sigma
    HS. L’accueil du SAV n’inspire qu’une attitude, fuir la marque et sa
    façon de faire. On peut douter de la qualité de ce nouveau produit et
    surtout, prier pour avoir la chance d’en avoir un bien assemblé si,
    grisé par la folie, on se laisse tenter par un achat chez Sigma.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *