Test Ori and the Blind Forest, et la Xbox One devient magique

Test Ori and the Blind Forest, et la Xbox One devient magique

Notre test complet du sublime Ori and the Blind Forest, disponible sur Xbox One.

Publié le 12 mars 2015 - 10:14 par Stéphane Ficca

Ori est magique !

Largement mis en avant depuis déjà quelques mois lors des conférences Microsoft, le très onirique Ori and the Blind Forest arrive enfin sur Xbox One. Rappelons qu’il s’agit ici d’une exclusivité Xbox One (et PC, pas de version PS4 donc), disponible uniquement en dématérialisé, via le portail Xbox Live. Un jeu qui tranche littéralement avec le réalisme et la technique des grosses productions actuelles, pour laisser place à une direction artistique de toute beauté, et un titre littéralement enchanteur visuellement parlant, mais pas seulement…

Ori Blind Forest

Publicité

En effet, avec Ori and the Blind Forest, Microsoft a décidé de jouer la carte de l’émotion, et ce, dès les premières minutes de jeu. Pour cela, Microsoft et Moon Studios ont mis l’accent sur une narration simple, mais à la mise en scène ultra efficace, sur une direction artistique qui laisse bouchée bée dès les premières secondes (avec notamment une gestion des lumières et des premiers plans extraordinaire), et sur une bande-son absolument magnifique. Ori and the Blind Forest se veut un jeu très spirituel, très « nature », et puise ses inspirations esthétiques du côté de chez Rayman, mais aussi Limbo, tandis que le gameplay est pour sa part inspiré d’autres légendes, comme Metroid ou encore Castlevania. Rien que ça !

Ori Blind Forest 3

Un melting pot assez improbable de prime abord, qui débouche pourtant sur un résultat qui scotche littéralement le joueur à la manette dès la première seconde. On incarne donc Ori, un mystérieux être de lumière, qui va devoir se frayer un chemin à travers cet univers un peu plus hostile qu’il n’y parait. Pour cela, Ori peut compter sur le pouvoir de la lumière spirituelle, qui l’aidera à venir à bout des créatures qui tenteront de lui barrer la route. La map est immense et se dévoilera au fur et à mesure, certaines zones étant inaccessibles avant d’avoir acquis telle ou telle capacité. Oui, à l’instar d’un Castlevania, il faudra se souvenir de certaines zones, puisqu’il faudra y revenir plus tard pour ouvrir une porte menant vers la suite de l’aventure, ou simplement récolter de précieux bonus. A ce sujet, Ori engrange évidemment des points d’EXP au fil de ses exploits, et le joueur choisira lui-même les compétences à déverrouiller.

Ori Blind Forest 4

Un peu plus ardu qu’il n’y parait, Ori and the Blind Forest demandera une bonne gestion de la manette (et de ses nerfs) pour progresser. On trouvera çà et là quelques fontaines de sauvegarde, mais Ori pourra également lui même créer un point de sauvegarde où il le souhaite, à condition toutefois de disposer d’une pierre d’énergie. Un excellent système, même s’il faudra bien penser à poser un checkpoint après un passage délicat, sous peine de recommencer de très loin en cas de game over, le jeu ne gérant pas la fameuse « sauvegarde automatique ». Pas de panique, il est (presque) impossible de se retrouver bloqué à cause d’un checkpoint mal placé.

Ori Blind Forest 2

Artistiquement, le jeu est une pure merveille, et il est fréquent d’avancer en marchant pour admirer les décors proposés par Moon Studios. Les phases de plates-formes sont d’une précision diabolique, et les combats très nerveux. On regrette simplement une caméra un peu trop éloignée, qui limite parfois la visibilité des projectiles ennemis. Dans le registre des défauts, on notera également parfois quelques bugs de collision étonnants (il nous est arrivé à 2 ou 3 reprises de passer à travers un mur ou un sol…), mais dans l’ensemble, l’aventure est parfaitement ficelée. Côté durée de vie, comptez une bonne dizaine d’heures pour voir le fin mot de cette (magnifique) histoire.

Ori est magique !
+ L’introduction chargée en émotions
+ Le côté spirituel et « nature »
+ La direction artistique, extraordinaire
+ La bande-son
+ La progression type Metroid/Castlevania, à l’ancienne
+Les mimiques d’Ori
+ Et tout ça pour seulement 19,99€ !

Quelques défauts…
– Caméra trop éloignée parfois
– Quelques morts à répétition qui peuvent agacer…
– Quelques bugs (passages à travers un mur ou un sol notamment…)

Verdict

Promesse tenue pour Microsoft qui signe avec et Ori and the Blind Forest l’un des meilleurs jeux sur Xbox One, tout simplement. Sous son air enfantin, le jeu de Moon Studios constitue l’une des plus belles expériences vidéoludiques de ces dernières années, tant sur le plan artistique et technique qu’au niveau du gameplay. Un jeu (trop) rare, qui fera date dans l’histoire de la Xbox One, au même titre qu’un Dust, qu’un Child of Light ou qu’un Limbo. Du (très) grand art.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *