Koh Lanta et Jurassic Park en PlayStation VR

Disponible depuis maintenant un peu plus d’un mois, le casque de réalité virtuelle PlayStation VR peut évidemment compter sur quelques exclusivités de poids pour s’imposer dans le coeur des joueurs. Parmi ces dernières, on citera notamment Batman Arkham VR, DriveClub VR, ou encore ce tout récent Robinson the Journey, développé par un certain Crytek.

robinson-journey-test-ps4

Un jeu qui nous place dans la peau d’un jeune garçon baptisé Robin, vraisemblablement seul représentant de la race humaine sur la planète Tyson III, et qui va devoir rechercher des informations concernant la faune et la flore locale, en plus de rechercher des éléments qui lui permettront de découvrir où se trouve le reste de la civilisation. Dans sa quête, le joueur sera secondé par un petit module assez bavard, Higs, mais aussi par un bébé T-Rex apprivoisé, Laika.

Robinson the Journey se veut un pur jeu d’exploration. De ce fait,  il n’y a pas de mission à proprement parler, et le joueur est donc libre de ses mouvements, libre de s’aventurer où il l’entend, à condition bien sûr de venir à bout des quelques énigmes qui vont permettre de progresser toujours un peu plus loin. Le jeu est découpé en diverses zones, chacune proposant son lot de plantes et d’animaux à analyser, sans oublier des objets à récupérer, en faisant appel à la fois à sa logique, mais aussi à Laika, qui peut rugir pour effrayer un animal par exemple, ou encore à HIGS, qui peut rétablir certains systèmes électriques.

robinson_the_journey_screenshot_pod_area_laikafence

Evidemment, comme le laisse supposer sa jaquette, la planète Tyson III du jeu de Crytek abrite une faute assez particulière, à savoir des dinosaures. Outre divers insectes, taupes, serpents et grenouilles, le joueur aura également affaire à des ptérodactyles, des vélociraptors, des brachiosaures… et tout ça bien sûr, en VR, avec cette immersion si particulièrement qui donne l’impression d’évoluer au beau milieu de ces créatures mythiques et passionnantes. Autant dire que les amateurs de dinosaures et les grand enfants, fans de Jurassic Park, risquent de vivre un véritable rêve de gosse ici.

robinson_the_journey_screenshot_treehouse89

Visuellement, ce Robinson the Journey est une vraie réussite, même si le casque PlayStation VR montre parfois ses limites, notamment dans les zones sombres. L’ensemble reste néanmoins très détaillé, très vivant, avec des aires de jeu parfois très vastes, une flore joliment animée et de beaux effets de lumière. Côté interaction, le joueur dispose d’un petit pistolet très polyvalent, qui va permettre d’analyser, mais aussi de pointer une direction, sans oublier de soulever certains objets. Il faudra également effectuer quelques séquences d’escalade, à la force du regard et de la manette Dual Shock 4. Des phases d’escalade qui imposeront de regarder vers la prochaine prise à agripper, ce qui peut occasionner quelques petits maux de cou.

robinson_thejourney_screenshot_found_higs

Côté jouabilité, ce Robinson the Journey est plutôt précis, aucun souci à ce niveau. En revanche, d’un point de vue personnel, il s’agit sans aucun doute du titre occasionnant l’effet de motion sickness le plus prononcé qu’il nous ait été permis de tester. En effet, le jeu permet de diriger son personnage à la manette Dual Shock 4, tout en donnant la possibilité de tourner le regard à 360°. Autant d’éléments qui contribuent grandement à un sentiment (assez fort) de nausée, si bien que l’on privilégiera des sessions de jeu assez courtes, et surtout d’y aller (très) mollo avec le stick analogique droit, pour éviter les changements de caméra trop brusques.

En ce qui concerne la durée de vie, ce Robinson the Journey nécessitera entre 5 et 10 heures de jeu en fonction de la logique du joueur. En effet, contrairement à beaucoup d’autres titres, le jeu de Crytek ne distille (presque) pas la moindre information concernant l’objectif et/ou la route à suivre. A tel point que l’on se retrouve parfois bloqué, sans trop vraiment savoir quoi faire, ni où aller pour faire progresser l’aventure. Le rythme global du jeu est assez lent, et permet de profiter d’une expérience contemplative assez poussée, bien aidée par la réalisation magnifique signée Crytek, et cette ambiance très Jurassic Park assez exceptionnelle quand même.

Notre verdict

Pas aussi exceptionnel que prévu, ce Robinson the Journey permet néanmoins de vivre une expérience assez unique avec son PlayStation VR sur le crâne. Mélange de Koh Lanta et de Jurassic Park, le jeu de Crytek aurait peut-être gagné à être un peu plus dirigiste dans sa progression, le joueur étant souvent laissé à l’abandon dans ces terres hostiles. On regrettera également une certaine répétitivité dans les actions et un manque de rythme global, mais quel pied en revanche de pouvoir observer de féroces raptors en contrebas ou encore le vol majestueux des ptérodactyles. Attention toutefois au phénomène de motion sickness, très prononcé ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here