Tour du Nikon D5000 : sa video 720p et son ecran articule

Tour du Nikon D5000 : sa video 720p et son ecran articule

Innovant, compact, ludique, simple, voici comment Nikon qualifie son nouveau reflex 12 mégapixels à vidéo 720p et écran articulé, le D5000, conçu pour ceux qui font des images leur terrain de jeu. Ces « consommateurs d’image », comme les a baptisés Nikon, ont désormais leur propre reflex dans la gamme Nikon. Voici un petit tour du Nikon D5000.

Publié le 14 avril 2009 - 0:00 par La rédaction

 

Publicité

Ecran orientable : liberté totale
Un reflex à écran orientable : voici un voeu que nous formulons à chaque occasion tant la liberté de mouvement d’un écran articulé sur un reflex apporte de nouvelles possibilités de cadrage et de confort en prise de vue comme en visualisation. Une fois replié, l’écran est retourné contre l’appareil et c’est son dos qui va encaisser chocs et rayures auxquels est confronté un appareil photo dans sa dure vie de nomade du fourre-tout. Sur le D5000, le choix des ingénieurs Nikon s’est porté vers un écran doté d’une charnière située en bas du boîtier, une position peu habituelle. La liberté de mouvement est totale, et sur les deux axes, ce qui rend l’écran articulé encore plus appréciable au quotidien. (Certains boîtiers reflex possèdent des écrans articulés sur un axe seulement) En contre-partie, l’écran du D5000 ne mesure que 2,7″ pour 230 000 pixels mais à l’utilisation, ce n’est guère gênant et on troque aisément le tiers de pouce et la résolution triplée contre la liberté de mouvement de l’écran articulé.


Voici son principal atout ergonomique : son écran articulé. La position basse de la charnière est assez peu habituelle.

Si l’écran du D5000 donne une latitude de cadrage très appréciable, il donne au boîtier une légère surépaisseur.

AF LIveView avec suivi du sujet
La nature est fantastique : l’évolution darwinienne du Nikon D5000 fait que, comme pour s’adapter au cadrage à main levée induit par la présence de l’écran articulé et par les habitudes des « consommateurs d’images » auxquels s’adresse le D5000, le boîtier a développé un quatrième mode d’autofocus en LiveView (en plus des : plage large, normal, priorité visage) : l’AF avec suivi du sujet. Ce nouveau mode est capable de retrouver le sujet initialement suivi si celui-ci est sorti du cadre, une fois qu’il refait son apparition à l’écran. Mais attention, si l’autofocus du mode LiveView paraît performant en photo, en vidéo, il est inopérant et il faudra faire sa mise au point soi-même… pratique d’un autre age.

La nouvelle batterie EN-EL4a du D5000 pourra être utilisée dans un D60. Pour le stockage des photos et des vidéos : carte SD ou SDHC de rigueur.

D5000 et D-Movie version I
Le D5000 est donc pourvu de la vidéo, mais, hélas, alors que l’on aurait pu s’attendre à du full HD comme sur le Canon EOS 500D, le D5000 n’a que du 720p à offrir et impose les mêmes limitations que le D90 : pas d’autofocus en vidéo, son mono et image en 720p. Quand le D90 marquait l’histoire en étant le premier reflex numérique à offrir la vidéo, le D5000 fait l’impasse sur les progrès réalisés depuis lors par ses concurrents, Canon EOS 500D en tête avec sa vidéo Full HD 1080p. Certes la vidéo du Canon EOS 500D n’est cadencée qu’à 20 i/s en 1080p (contre 30 i/s en 720p) contre 24 i/s en 720p pour le Nikon D5000. On ne sait que trop bien que Nikon proposera forcément un mode vidéo plus actuel, en Full HD 1080p, avec autofocus et un son plus spatial, mais Nikon réserve certainement ce mode vidéo plus performant à son D400 qui ne devrait plus trop tarder à voir le jour ? Notons toutefois que le D5000 offre une sortie HDMI avec au choix, une image diffusée en 1280 x 720 ou 1920 x 1080 pour être raccord avec votre téléviseur haute définition.


Sortie HDMI avec choix de la définition : 1280×720 ou 1920×1080.

 

Nikon D5000 pour les pixelvores
Le Nikon D5000 est nouveau chez Nikon dont la gamme reflex respectait jusqu’alors une certaine hiérarchie : le D300 est supérieur au D90, lui-même supérieur au D60 mais le D5000 vient briser cette logique, car il ne s’intercale pas vraiment entre deux appareils, mais s’adresse à une nouvelle cible, un peu différente des photographes amateurs auxquels est destiné le D90 par exemple :  le D5000 est conçu pour les « consommateurs d’images », ce nouveau genre de photographes qui a émergé avec la convergence numérique, qui produit un grand nombre de photos ou de vidéos avec différents outils : reflex, compact, téléphone mobile ou caméscope. Le D5000, n’est donc pas l’entrée de gamme Nikon comme on aurait pu le croire en interprétant la signification de son nom un peu rapidement et côté fonctionnalités photo, il se trouve entre le D60 et le D90.

 

Modes scènes

Le Nikon D5000 est destiné à un public qui affectionne particulièrement les modes scène. Le choix du bon mode scène est bien conçu : on fait défiler les différents modes disponibles avec la molette du boîtier et pour chacun, l’écran affiche une photo illustrant le résultat final, c’est très parlant. Le D500 propose un peu plus de modes scène que le D60. certain, en plus d’agir sur le couple ouverture / vitesse ajoutent des effets numériques comme les modes high-key et low-key par exemple.Voici les nouveaux modes scène qui font leur apparition sur le D5000 :
– animaux domestiques
– bougie
– floraison
– couleurs d’automne
– aliments
– silhouette
– high-key

– low-key


Bon nombre de programmes résultats en plus des modes scènes sur le D5000

Le Nikon D5000 ici avec le nouvel objectif grand-angle AF-S 10-24mm G ED avec motorisation SWM

 

Nikon Picture Control
Les fameux Picture Control Nikon sont naturellement présents sur le D5000 et, si on a un autre boîtier Nikon, on peut récupérer ses propres réglages de rendu pour les intégrer au D5000 et reproduire ainsi des photos homogènes sur les deux boîtiers. Les Picture Control NIkon sont un peu les pendants des « Styles d’images » que l’on trouve chez Canon.


Une fois refermé, l’écran est protégé

Menu retouche
Ludique, c’est une des caractéristiques du Nikon D5000 et, pour gagner ce qualificatif, le menu retouche du D5000 est particulièrement fourni. Notons la présence d’un mode « flou » qui s’adapte à votre mode de prise de vue :
– Flou : le mode flou a deux façons de fonctionner : soit il détecte que la photo a été prise sans qu’un visage ait été détecté et il applique un effet de type « soft focus », soit l’appareil avait détecté un visage dans le cadre et là, le filtre numérique flou estompe les rides et les défauts de la peau. Il se transforme en mode « beauté ».
– Recadrage : avec mode 16:9 pour affichage directement sur télé HD via la sortie HDMI.
– Contrôle de la distorsion (comme sur le D90) : corrige la distorsion induite par les optiques à la façon d’un DxO embarqué.
– Perspective : redresse vos monuments déformés par l’objectif sans intervention humaine par détection des contrastes de l’image en redressant les lignes verticales ou horizontales.
– Coloriage

 

Déclenchement silencieux
Lors d’une cérémonie intimiste, dans un musée ou juste pour rester discrêt en prenant ses photos, le Nikon D5000 propose un mode de déclenchement baptisé « quiet ». Ce mode au déclenchement feutré demande un peu de pratique : quand on appuie sur le déclencheur, le miroir se relève comme toujours, mais la motorisation subit deux coups de frein pour amortir sa course. Une fois la photo prise, le miroir ne se remet pas en place tant que vous maintenez le bouton appuyé, vous laissant ainsi le temps de mettre l’appareil dans votre sac ou sous votre pull pour finir d’étouffer le bruit du miroir qui redescend. (il est d’ailleurs à nouveau freiné à deux reprises dans sa course.)


C’est dans le menu contextuel du D5000 que l’on peut choisir le mode de déclenchement « Quiet »

Récapitualatif des principales caractéristiques du Nikon D5000
– 12 mégapixels, capteur DX
– LiveView
– AF 11 collimateurs avec suivi dynamique 3D
– 200 à 3200 ISO
– Synchro X 1/2000 s
– Viseur couvre 97% d l’image réelle
– Ecran articulé 2,7″ et 230 000 pixels
– Mesure de l’exposition avec capteur 3D 420 zones
– D-Lighting actif
–  Rafale 4 i/s
– Vitesse d’obturation : 1/4000 s à 30s
– Déclencheur testé sur 100 000 cycles
– Mode de déclenchement discret
– Vidéo 720p sans autofocus et avec son mono
– Nettoyage du capteur sur filtre passe-bas et avec soufflerie effet Venturi
– Menu retouches
– Sortie HDMI
– Nouvelle batterie lithium EN-EL4a

Construction sérieuse, le D5000 paraît robuste. Son format n’est ni compact ni imposant.

Prix et disponibilité du Nikon D5000
Le Nikon D5000 sera en magasins dès début  mai et c’est une certitude puisque Nikon France nous confirme que les appareils sont en cours d’acheminement.

– Nikon D5000 nu : 679 euros TTC
– Nikon D5000 + 18-55 mm : 779 euros TTC
– Nikon D5000 + 18-55 mm VR : 829 euros TTC
– Nikon D5000 + 18-55 mm VR + 55-200 mm VR : 1029 euros TTC

Le Nikon D5000 sera donc confronté à un Canon EOS 500D doté de 15 mégapixels contre 12 pour le Nikon et surtout d’un mode vidéo plus finalisé avec autofocus et full HD 1080p. Le D5000 aura pour lui un tarif 20% moins cher et un écran articulé extrêmement précieux au quotidien.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *