Aperture 3 : nouveautés et prise en main

Aperture 3 : nouveautés et prise en main

Aperture 3 est enfin sortie. Nous avons failli attendre… Alors, cette nouvelle mouture remet-elle Aperture en scelle face à ses concurrents toujours plus puissants et polyvalents que sont les Lightroom, Capture One, DxO, Bibble, Capture NX…. ? Quels nouveaux outils font faire le bonheur des pros ? Quelles nouvelles fonctions d’organisation apparaissent dans Aperture 3 ?

Publié le 12 février 2010 - 0:00 par La rédaction

Interface « iphotoisée »

Est-ce un bien (pour les nouveaux arrivants d’iPhoto) ou un mal
(pour les experts ou pros qui se demandent ce que ces gros boutons font
là), en tout cas, l’interface de base d’Aperture 3 donne des airs
d’iPhoto ’09, notamment avec ces gros boutons « Facebook », Mail,
Flickr…. Mais la présence de fonctions grand publiques sur un soft pro
n’est pas un soucis en soit… au même titre que mettre des programmes
résultats sur un APN expert n’est pas un sacrilège (mais, comme l’EOS
7D, le marché semble réagir différemment).

Publicité

La navigation par projet : on se croirait dans iPhoto ’09. Cet affichage était déjà disponible dans Aperture 2.

Plus gênant, des fonctions
utiles aux pros sont moins accessibles comme l’icône qui permettait
d’accéder au mode comparaison qui est passée dans le menu présentation
hélas. De même, la fenêtre d’importation a été grandement simplifiée,
trop peut-être. Aperture 2 donnait une foultitude de choix et options
dans la fenêtre d’importation, comme l’application de mots-clé dès
l’importation par exemple.


Les « gros boutons » typés iPhoto font leur apparition sur Aperture 3.


La fenêtre d’importation a été très (trop ?) simplifiée.

La possibilité de marquer avec un drapeau une photo est héritée
d’Aperture. Cette fonction basique est très utile pour marquer à la
volée des photos, pour les imprimer après, pour les présélectionner lors
de l’editing, etc…  Elle correspond à la fonction « P » pick de
Lightroom.


Marquage rapide par drapeau pour tri express.

Visages

iPhoto ’09 inaugurait la reconnaissance des visages avec la fonction
« Faces ». Aperture 3 reprend à son compte cette fonctionnalité, aussi peu
typée professionnelle, mais qui ravira les amateurs pour leur
photothèque familiale et les utilisateurs d’iPhoto ’09 qui sont
clairement la nouvelle cible d’Aperture 3. La fonction Visages reconnaît
les visages qui figurent sur vos
photos. Lorsqu’un visage a été identifié, elle le
reconnaît et analyse l’ensemble de la photothèque ou simplement le
contenu d’un projet pour retrouver les autres identiques. Faces peut
aussi reconnaître un visage particulier dans une photo de
groupe. Plus on utilise Faces et plus elle deviendra
intelligente et précise, ce qui facilite la recherche de photos d’une
personne en particulier et permet de se passer peut-être, à terme, des
mots-clés sur les photos de personnes puisque le but de Faces est
justement de taguer les photos où figure telle ou telle personne.


« Faces » améliorée sur Aperture 3, un héritage de iPhoto ’09.

Aperture 3 va plus loin qu’iPhoto ’09 car, et c’est heureux, vous
pouvez visualiser les personnes identifiées dans l’intégralité de votre
photothèque, mais également au sein d’un projet particulier. Aperture 3
permet de vérifier en un clin d’oeil les visages non encore tagués ou
reconnus avec le nouveau volet « Afficher les visages non nommés »  qui
affiche tous les visages
détectés, mais non identifiés d’un projet. A vous alors de finir le
boulot.

 

Attribution d’étiquettes
Ah les étiquettes colorées !… voici une grande manie des Mac users qui
débarque sur Aperture 3 (mais qui disponible dans Lightroom depuis
longtemps). On peut très facilement attribuer une étiquette de couleur à
une photo ce qui donne une possibilité de plus de s’organiser. Vert :
les photos à envoyer au client, rouge, celles  à imprimer, jaune, les
photos en attente d’une seconde passe d’editing, etc…


Un clic-droit sur la vignette fait apparaître les options d’étiquetage du menu contextuel.

Navigaton plein écran
Tous
les utilisateurs d’Aperture fondent pour le mode plein écran, un mode
où l’on bénéficie pleinement de l’espace de son moniteur (dument étalonné !….) et dans lequel les designers
d’applications Apple ont fait des merveilles. Aujourd’hui, Aperture 3
étend le mode plein écran au navigateur, ce qui faisait défaut dans
Aperture 2 puisqu’il fallait retourner dans le mode normal pour explorer
sa photothèque dans le navigateur et éventuellement faire disparaître
le HUD du mode plein écran, etc..


Le navigateur en plein écran.


On peut surfer dans sa photothèque, ses albums intelligents…. toujours en plein écran.

Nouvelle vue dans l’inspecteur
Une fois dans le navigateur, sur l’onglet « métadonnées » de l’inspecteur,
on peut afficher le collimateur autofocus utilisé. De même, des icônes
représentent le type de mesure de l’exposition utilisée par exemple.


L’affichage du collimateur qui a fait le point est très graphique. On se croirait dans le viseur de son reflex.


L’affichage des principales données de la photo ainsi que des réglages de l’appareil est très graphique et rappelle l’écran d’un appareil. C’est réussi et très lisible.

Zoom 1000%
Jusqu’Aperture 2, le zoom était limité à 100%. Sa touche raccourci « Z » très pratique va encore plus servir dans Aperture 3 puisque le zoom peut désormais démultiplier le zoom en passant par 200%, utile pour certains traitements et jusqu’à 1000% pour traiter pixel par pixel.


Il suffit de se positionner sur le pourcentage de zoom pour afficher le curseur et augmenter la puissance du zoom. Voilà qui va rendre le recours à la loupe plus occasionnel.

Plus grande ouverture

Copntrairement à ce qu’évoque le nom de l’application, Aperture
était pour le moins… fermée. Si la gestion des fichiers XMP à l’export
était déjà au menu d’Aperture 2, cette fois-ci, Aperture 3 s’ouvre un
peu plus et autorise l’intégration des données contenues dans les
fichiers XMP à l’importation. Cla permet de récupérer e travail effectué
sous d’autres logiciels.
Lieux

Quand vous prenez des photos avec un appareil équipé d’un GPS (comme
le Panasonic
TZ10
ou le brillant Sony
HX5
qui viennent d’être annoncés),
Aperture 3 utilise ce qu’Apple appelle la « rétro-géolocalisation » qui
convertit les
coordonnées géographiques en noms de lieux plus parlants et les affiche
sur la carte de l’affichage « Lieux ». Naturellement, les photos de
l’iPhone ou d’un Nexus
One
, smartphones avec GPS intégré seront automatiquement placées
aux bons endroits sur la carte d’Aperture basée sur l’application Google
Maps. Donc, vous retrouverez
toutes vos photos du de vos vacances au Vietnam ou en Bretagne en un
clic sans avoir à saisir le mot-clé du lieu que vos recherchez. Comme
l’application Faces, Lieux permet d’alléger la tâche de renseignement de
mots-clés, chose que l’on fait tous trop rarement…. Les
photos peuvent être classées par pays, état, ville ou autre lieu-dit et
désormais, Aperture gère ces champs dans les données IPTC.


Une épingle, un lieu, vos photos.

Si une photo ne contient pas de coordonnées géographiques, il suffit
de la positionner sur
la carte à l’endroit de la prise de vue. Un repère apparaît. Vos photos
sont alors classées sous ce repère géographique. C’est ainsi que la
plupart des photos seront localisées dans un premier temps puisque les
APN-GPS sont encore rares. « Lieux » permet de faire une recherche
textuelle d’un lieu pour le localiser plus facilement.


Fonction de recherche de « Lieux ».

L’ergonomie de « Lieux » est bien trouvée : dès que l’on clique sur une
tête d’épingle qui signale que vous avez des photos à cet endroit, la
carte zoom sur la région et Aperture affiche les photos « épinglées » à
cet endroit. A l’inverse, dès que l’on clique sur une photo, Aperture
affiche sa localisation sur la carte.


« Lieux » va certainement augmenter l’intérêt des photographes pour les
appareils équipés d’un capteur GPS comme le Panasonic
TZ10
ou le Sony
HX5
.

On peut choisir parmi trois vues : terrain, carte avec uniquement les
indications routières et satellite, la vue bien connue de Google map et
Google Earth. Mais attention, la base de données cartographiques n’est pas contenue dans Aperture 3 et il faut être connecté à Internet pour bénéficier de cette fonctionnalité.

 


Vue « route »


Vue « terrain » avec le dénivelé par exemple.

Vue « satellite »
 

Pinceaux et retouche locale non destructrice
La retouche locale non destructrice. Voici une fonction que tous les
utilisateurs attendaient et elle est au RDV d’Aperture 3. Il suffit de
choisir une action de retouche, de la travailler puis de la transformer
en pinceau et de peindre sa photo aux endroits où l’on veut appliquer
l’effet : rendre le bleu du ciel plus bleu et plus intense, blanchir les
dents d’un sujet, adoucir le grain de peau d’une personne… En plus
d’être équipé d’une fonction de détection des bordures (case à cocher),
le pinceau d’Aperture 3 peut aussi servir de gomme pour les effets. On
peut régler la taille du pinceau ainsi que sa dureté.


La présence de pinceaux pour retouche localisée dans Aperture 3 rend
le recours à Photoshop très optionnel.

On apprécie à sa juste mesure l’arrivée des pinceaux dans Aperture 3
mais on peut regretter l’absence de filtre dégradé comme sur Lightroom,
toujours utile pour appliquer un effet plus nuancé sur un ciel par
exemple. Et Apple a fait une impasse de taille : on ne peut pas peindre
en jouant sur l’exposition. Il faut jouer avec les curseurs tons foncés /
tons clairs. Mais un nouvel outil « polariser » fait son apparition. Il semble agir comme, sous Photoshop, lorsque l’on duplique le calque en mode « produit ». Cela a pour effet de densifier la photo. C’est assez efficace.

Changer de photothèque sans redémarrer Aperture
Aperture 3, plus encore qu’Aperture 2, avec ses emprunts à iPhoto ’09,
est une application parfaite autant pour le pro que leparticulier et
gageons que les pros aussi mêleront travaux professionnels et photos de
vacances avec projets photographiques personnels. Il est donc conseillé
de conserver chaque photothèque distincte : une pour ses travaux pros,
voire une par client.. et une pour les photos personnelles. Aujourd’hui,
Aperture 3 rend la chose plus facile, car il est désormais possible de
changer de photothèque sans devoir redémarrer l’application.

Nouveau moteur RAW
A chaque génération, Aperture adopte un nouveau moteur de développement
des fichiers RAW et Aperture 3 apporte une amélioration tangible dans la
qualité du dématriçage des infos brutes issues des capteurs qui
équipent nos reflex. Selon les marques d’appareils, les progrès seraient
plus ou moins impressionnants. Rappelons que le progrès réalisé au fur
et à) mesure par les éditeurs de solutions de développement des fichiers
RAW sont une bonne raison pour photographier en RAW afin de
redévelopper, quelques années plus tard, ses photos et bénéficier des
progrès réalisés.

Preset de réglages
Aperture 3 a bien appris de Lightroom sur certains points… On peut
maintenant appliquer des préréglages en un clic. Le logiciel est livré
avec des dizaines de mixtures de réglages pour des corrections ou des
effets tout prêts (exposition -1, sépia…) et vous pourrez par la suite
enregistrer vos réglages et mieux, les partager avec d’autres
également. Notez la prévisualisation de l’effet sur une vignette qui
apparaît à côté de la liste déroulante des presets. Le preset de base
« amélioration automatique » agit sur l’exposition, le contraste et
l’accentuation de la photo.


Sous Aperture 3, on applique les préréglages en un clic en visualisant l’effet sur la vignette.

Diaporama HD
Aperture 3 se remet au niveau de la concurrence du côté des diaporamas
qui nécessitaient Keynote, programme de la suite iWork, sur Aperture 2.
Ici, un vaste choix de thèmes disponible vient directement de iPhoto ’09
(décidément….) et deux modèles propres à Aperture apparaissent dans
cette mise à jour. La grande nouveauté est que le mode diaporama
d’Aperture 3 nous permet de mixer photos et vidéos. ça c’est tout Apple :
ils partent de loin et offrent au final une fonctionnalité vraiment
bien vue. De même, un peu comme on le fait dans iMovie ou directement
sur un iphone 3Gs, on peut raccourcir un clip vidéo dans Aperture.


A l’intérieur d’un diaporama, on peut zoomer et recadrer une image.

On est sur Aperture et donc, de nombreux éléments sont personnalisables.
On peut, par exemple,zoomer dans une image et la recadrer, juste le
temps du diaporama.


Export en format vidéo Quicktime jusqu’au Full HD. Attention à
l’encombrement des diaporamas générés.

Le volume sonore offre divers ajustements comme la longueur de
l’affichage de chaque diapositive. Encore bien vu : on peut fixer la
durée d’affichage de chaque photo lors de la lecture du diaporama, pour
rester en rythme avec la musique par exemple. Une fois l’outil activé,
il suffit d’appuyer sur « entrée » pour passer à la photo suivante. Les
modèles d’export au format Quicktime sont assez nombreux et on peut
aussi bien rendre son diaporama/film optimisé pour un iphone que pour
une télé Full HD. Des préréglages d’export existent donc et n’y trouve
les modèles pour YouTube ou Mobile me. On aurait aussi aimé pouvoir
créer un diaporama en pdf.

Alors, que penser d’Aperture 3 ?
Application redéveloppée en 64-bits, Aperture 3, très attendue, apporte un grand nombre de nouveautés. Certains sont surpris de la reprise sur une application pro de fonctinnalités typées grand public, mais à y refléchir à deux fois, où est le problème ? Meilleur rendu des photos, retouche localisée non destructrice, Faces, Lieux, diaporamas HD, mode plein écran étendu…. passé la surprise de certains changements comme la simplification de la fenêtre d’importation, on peut assurer qu’Aperture 3 comble les fortes attentes des utilisateurs d’Aperture 2 et permet à l’application d’Apple de se hisser au moins au niveau de performance de son grand concurrent, Adobe lightroom. Mais Aperure 3 fait aussi de l’oeil aux photographes passionnés qui utilisaient iPhoto ’09 en leur facilitant l’import de leur photothèque et de leur travail d’éditing ou de retouche et en refaisant les tapisseries de l’application afin qu’ils se sentent un peu plus vite chez eux.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *