Test du Sony HX5 - la photo panoramique par balayage

Test du Sony HX5 – la photo panoramique par balayage

Le Sony Cybershot DSC-HX5 est cette « bombinette technologique » annoncée
par Sony en début d’année lors du CES de Las Vegas. Doté d’un zoom
optique 25-250mm stabilisé, il est également équipé d’un GPS pour
geotaguer les photos en toute transparence. Il permet de filmer des
vidéos en Full HD et de prendre des photos en rafale à la cadence folle
de 10 i/s en pleine résolution, soit 10 mégapixels. Mais son capteur
Exmor R à capture rapide permet également une autre fonction hors du
commun, la fonction panorama par balayage qui était apparue sur le
bridge HX1 l’an passé. La photo panoramique en une prise sans post
traitement et à la portée de tous, intéressant. Avant la suite du test
complet du Sony HX5 demain, intéressons-nous aujourd’hui à la capacité
du Cybershot DSC-HX5 de capturer des panoramas sur 185° en un clin
d’oeil.

Publié le 22 juin 2010 - 0:00 par La rédaction

La prise de vue panoramique simplifiée
Dans la vidéo ci-dessous, Sony fait une démonstration assez brillante de
son appareil ainsi que de la manière avec laquelle on capture une
photographie panoramique avec le HX5. C’est très basique : on se
positionne à l’extrémité gauche de la photo, on déclenche et on pivote
sur la droite en maintenant appuyé. Les gyroscopes et le processeur de
l’appareil digèrent les informations qui sont ensuite moulinées durant 2
ou 3 secondes pour donner la photo panoramique. Simplissime : tout le
monde peut y arriver. C’est une première, car jusqu’alors, le plus
souvent, les fonctions panoramiques des compacts se contentaient de vous
afficher un guide semi-transparent de la première photo pour vous
permettre de cadrer de manière à ensuite pouvoir fusionner les
différentes prises de vue sur un logiciel. Seuls certains Olympus se
chargent eux-mêmes de l’assemblage des photos. Le Sony HX5 a le bon goût
de proposer une opération en une passe, qui met enfin la prise de vue
panoramique à la portée de tous, techniquement au moins. Regardez le HX5
dans cette vidéo de présentation Sony

La photo panoramique pour tous
Auparavant, une photo comme celle-ci demandait du matériel lourd et cher, un trépied, une tête panoramique, une mise en station de l’ensemble et au moins un quart d’heure d’installation, mesure de l’exposition et prise de vue. Le Sony HX5 permet de réaliser cette vue en 5 secondes chrono.

Publicité

En photo panoramique, il faut repenser son image en considérant que la règle des tiers est quelque peu étirée. Idéalement, il faut intercaler un point fort sur chaque tiers de l’image. Pas toujours facile. Cliquez sur l’image pour télécharger sa version pleine résolution.


Sujets en mouvement

On le sait, un sujet en mouvement est habituellement une plaie pour les photographes panoramistes qui doivent composer avec et passer de longues en heures en post traitement pour finalement figer le sujet mobile qui a été capturé sur plusieurs vues. Sony nous promet que les sujets en mouvements sont gérés par la fonction panorama par balayage de son compact au de gamme. Cela fonctionne-t-il ? Et bien nous avons été bluffés par l’intelligence du système sur 80% des photos, mais il est loin d’être infaillible et c’est un piège, car parfois, un sujet humain peut se voir raccourci de quelques centimètres ou amputé d’une partie du visage et malgré la grande qualité de l’écran 3″ du HX5, on ne peut guère s’en apercevoir en visualisant les photos sur le terrain : c’est la surprise quand on décharge ses photos sur son ordinateur. Mais le plus souvent, c’est l’opérateur qui est à l’origine de la déformation, car, comme on le voit sur les photos « tuilée », si on ne prend pas la précaution de bien balayer l’horizon parallèlement à ce dernier, les tranches saisies et assemblées par l’appareil ne collent plus et sont décalées. Une fois sensibilisé sur cette précaution à prendre, en apportant un minimum de soin à la prise de vue, on élime ces défauts. Sur certaines scènes avec des enfants qui courent sur la plage, nous avons été agréablement surpris de voir que le HX5 avait réussi à figer l’action malgré le balayage qui dure environ trois secondes.

Même en pleine action, ces beach-volleyeurs ont été correctement figés par le HX5 lors du balayage. Mais en téléchargeant la version pleine résolution (cliquez sur l’image ci-dessus), on s’aperçoit que le volleyeur près du filet est déformé.

Panoramique grand-angle
Le coefficient largeur / hauteur des photos est alors de 4,7, ce qui est très panoramique. On dit souvent qu’une photo panoramique l’est si ce rapport dépasse les 2,5 ou 3. Si le HX5 offre un capteur de 10 mégapixels de résolution, les photos panoramiques sont limitées à 1080 pixels de hauteur pour 4912 pixels de largeur. On reste sur une image de 5 mégapixels, c’est assez peu pour un champ embrassé de 185°. La magie opère surtout à l’écran, car 5 mégapixels disponibles donnent assez peu d’espoirs de grands tirages comme on aime les voir en panoramique. Cette limitation vient du fait que c’est une exploitation inventive du mode vidéo 1080i qui génère le panorama. Voilà pourquoi le panorama aura forcément 1080 pixels de hauteur sur les photos du test. Mais attention, un menu contextuel permet de changer l’angle de vue et la résolution :
7 152 x 1 080 (270°) : Panorama horizontal « Large », soit 7152 pixels de large au lieu de 4912.
4 912 x 1 080 (185°) :Panorama horizontal « Standard »
4 912 x 1 920 (185°) : Panorama vertical « Large »,
3 424 x 1 920 (129°) : Panorama vertical « Standard »

Panorama « ultrawide » avec l’objectif 25mm du HX5
Le Sony HX5 est un appareil doté d’un objectif pour le moins intéressant, et ce, à plus d’un titre. Siglé Sony « G », il appartient au dessus du panier des zooms optiques Sony et donne une excellente qualité d’image. Il fait aussi le grand écart entre grand angle et téléobjectif avec une amplitude de 12x et en grand angle, il est pour le moins généreux avec une courte focale équivalente à un 25mm. Cette position très ouverte permet au HX5 de couvrir 192° ce qui contribue à l’aspect spectaculaire de certains paysages et permet de réaliser un panorama même avec peu de recul. Mais ce grand angle a aussi tendance à éloigner le sujet de la photo : le cumul grand-angle et panoramique diminue l’impact de certains éléments de la scène cadrée et il faut le prendre en compte lorsque l’on pensera sa photo dans sa tête. Alors, à plusieurs reprises, nous aurions souhaité zoomer un peu pour capturer une bande de paysage un peu plus proche de l’action, mais dès que l’on met le HX5 sur le mode panorama, il retourne sur sa focale grand-angle et ne nous permet plus de zoomer. Avec le temps, c’est la limitation la plus frustrante de cette extraordinaire fonction que nous avons pu expérimenter.

De bonne augure pour les Nex-3 et Nex-5
Si le Sony HX5 reste bloqué sur son 25mm en mode panorama, cela redonne encore un intérêt encore plus important aux « evil cameras » annoncés par Sony il y a peu : les Nex-3 et Nex-5, ces compacts hybrides à objectif interchangeables que Sony a eu le génie de doter de cette même fonction de panorama par balayage. En effet, sur un Nex-3 ou Nex-5, vous pourrez choisir la focale utilisée puisque vous montez l’objectif que vous souhaitez. Nous affectionnons particulièrement les panoramiques aux focales assez longues.


En intérieur, le HX5 en panoramique est convaincant (ici à 500 ISO) et serait parfait pour un agent immobilier.

Gérer l’exposition
Habituellement, les photos adjacentes prises pour un assemblage dans un logiciel comme Autopano ne doivent pas être exposées avec plus d’1/3 EV d’écart, limite jusqu’à laquelle le logiciel est capable de récupérer la différence d’exposition à l’endroit de la fusion. Or, du fait du grand angle de champ couvert par un panorama comme ceux que prend le HX5, soit 192°, couvre souvent à la fois des zones très sombres et des zones très lumineuses, voire même le soleil parfois. Aisni, le HX5 va se baser sur l’exposition du début de la photo pour se caler. Or, si on démarre sur une zone sombre et que l’on finit dans le ciel par exemple, ce dernier sera délavé, car surexposé. A l’inverse, démarrer sur une zone claire va donner une photo où cette zone sera parfaitement exposée, mais où la zone plus sombre sera très sévèrement sous-exposée. Alors avec un peu d’habitude, on arrivera à anticiper la réaction de son appareil et cadrer en fonction.

 

Conclusion
Alors, sommes-nous convaincus par la fonction de photo par balayage du Sony HX5 ? Oui, trois fois oui. Pour les amateurs du genre et pour les débutants en photo, la prise de vue est facilité, la fonction est ludique et les excellents résultats sont très convaincants. Le HX5 gère très bien les sujets mobile quatre fois sur cinq. Pour certains, la prise de vue par balayage peut justifier à elle seule l’achat du HX5.


Nous avons aimé :

– l’extrême simplicité d’utilisation
– l’angle de champ très large
– la bonne gestion des sujets en mouvement
– la possibilité de réaliser un panorama vertical

Nous regrettons :
– d’être limité au 25mm et de ne pas pouvoir zoomer


Ludique, cette fonction !

Vous aimez la photo panoramique ? Pour aller plus loin
Pour vous former, nous vous proposons de vous intéresser au DVD de formation Elephorm sur la photo panoramique, un titre d’Arnaud Frich, un grand spécialiste du genre, qui distille de nombreux conseils sur la prise de vue et l’assemblage des images sur le logiciel Autopano (cocorico !). Il a également sorti un livre extrêmement bien réalisé et motivant, mais date un peu aujourd’hui pour certains chapitres. De même, vous pouvez visiter le site d’Arnaud Frich ou d’Hervé Sentucq. Vous pouvez aussi admirer notre capitale-musée avec ce 360° géant de Paris en 26 gigapixels. Si vous vous sentez panoramistes dans l’âme, n’hésitez pas à vite rejoindre le concours Autopano de la société Kolor qui réalisera peut-être son Panobook, le grand livre participatif de photos panoramiques avec certaines de vos oeuvres.

Le HX5 permet de cadrer également en vertical pour une photo panoramique moins conventionnellle. Voici quelques illustrations :


Ce panoramique vertical est typique du souci rencontré quand on « balaye » de manière pas assez rectiligne. Notez les chaines des balançoires qui sont coupées en divers endroits.


Exposer les hautes ou les basses lumières, il faut choisir.


Ici, on choisit d’exposer correctement le ciel, au détriment du plan d’eau resté dans la pénombre.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *