Le NX100 est le second représentant de la gamme NX chez Samsung, la gamme des compacts à objectif interchangeable et capteur APS-C. Dévoilé une semaine avant la Photokina, le NX100 est la version la plus compacte de la gamme qui compte désormais le NX10 et le NX100. Samsung innove avec une astuce ergonomique séduisante : le bouton « iFn » situé sur le côté de l’objectif sert à régler différents paramètres dont la liste varie en fonction du mode de prise de vue dans lequel on se trouve. Nous avons apprécié la manipulation du NX100 globalement (il est assez bien construit et son revêtement satiné est très agréable au toucher) et ce menu contextuel devrait simplifier l’utilisation du NX100 qui se destine à une carrière auprès des amateurs. Positionné à 45°, le bouton iFn tombe sous la main que l’on porte son appareil avec la main gauche dessous ou dessus l’objectif. Par contre, le 20-40mm monté sur le NX100 lors de notre prise en main, s’il permet la mise au point manuel, offre une bague de mise au point bien trop fine, difficilement manipulable.

Comme le laisse présager la sortie HDMI du NX100, le COI Samsung est équipé de la vidéo HD, en 720p seulement (Sony a pris de l’avance avec le full HD de ses NEX-3 et NEX-5). Cette connectique est compatible CEC pour piloter son APN connecté à son téléviseur HD avec la télécommande du téléviseur. Le bouton « C » sur le côté du NX100 sert (hélas?) à effectuer la mise au point en mode vidéo, car l’appareil ne bénéficie pas de l’AF Full Time en mode vidéo comme on sait désormais le faire, même sur les reflex (cf Nikon D3100 ou D7000). Sur le NX100, il faudra faire comme avec les reflex Canon (EOS 60D, EOS 550D ou EOS 7D) : titiller le bouton « C » qui va mobiliser l’autofocus pour faire le point. Il faut avouer qu’une fois coutumier de cette méthode, lors de notre bref essai du NX100 en mode vidéo, cela ne nous a pas trop gênés.

Les modes PSAM sont de la partie, ainsi que le mode vidéo (pas de lancement rapide, il faut passer par la bague de mode pour se mettre en mode vidéo), et les modes scène. La molette sur le dessus de l’appareil est très pratique et agréable, mais elle aurait gagné à être cliquable pour confirmer une option ou un réglage. Ce visuel laisse entrevoir la forme galbée du NX100 qui permet une prise en main correcte. Ici en coloris ivoire, le NX100 est déjà disponible en chocolat et la finition « silver » est également prévue ultérieurement. Reprenant le design maison, le déclencheur est souligné par un éclairage bleuté, le cercle bleu étant devenu la marque de fabrique de Samsung. Inspirés, les dirigeants coréens, lors de la présentation officielle du NX100 à la presse ici à la Photokina, ont vu dans la forme du NX100 une feuille d’arbre et le déclencheur serait comme une goutte de rosée qui se serait déposée à cet endroit…

L’écran AMOLED, la technologie poussée par Samsung que le fabricant met en avant sur presque tous ses appareils. Ici de 3″ en résolution VGA, l’afficheur AMOLED offre un excellent contraste et une faible consommation d’énergie permettant au NX100 d’offrir une autonomie de 400 photos avec une seule charge. La performance est de taille dans un appareil de 282 grammes seulement. Le bouton « Samsung » situé au-dessus de l’écran affiche d’autres paramètres comme ici la motorisation (vue par vue, rafale, retardateur …). La molette arrière est un modèle du genre, elle est douce et son crantage la rend extrêmement pratique. Le NX100, avec la roue codeuse arrière et la molette du dessus, plus le bouton iFn sur le fut de ‘objectif offre une ergonomie très convaincante.

« Smart Shoe »… c’est là que l’on devra monter le flash optionnel SEF14A puisque le NX100 n’est pas doté de flash intégré et c’est bien dommage pour un appareil sensé séduire le grand public. Comme chez Olympus avec le Pen E-P2, le flash intégré est sacrifié sur l’Autel de la compacité. Chez Sony, on a choisi de fournir le flash avec l’appareil, mais il faut encore le monter lorsqu’on en a besoin et ne pas le perdre entre temps…. Nous avons beaucoup aimé la solution de flash escamotable retenue par Panasonic avec le GF1 (cf notre test du GF1), preuve que l’on peut faire compact en conservant un flash intégré. Samsung se rattrape en fournissant automatiquement le flash dans le kit NX100 + 20-40mm au même prix de 599 euros. Et c’est là que l’offre NX100 est séduisante : l’appareil est assez bon marché.

Sur son stand à la Photokina 2010, Samsung a positionné quelques scènes à photographier avec le NX100 intelligemment illuminées par de puissants éclairages de type lumière du jour permettant de ne pas tourmenter la balance des blancs des appareils.


28mm, 100 ISO, 1/50s à F/6,3. La photo est nette malgré la faible vitesse d’obturation. Ni le NX100, ni l’objectif 20-50mm ne sont stabilisés hélas.

Des modes de rendus sont disponibles.

Ici à 640 ISO, la photo apparaît très propre. C’est l’avantage du capteur APS-C, de grande taille, plus sensible. Mais le NX100 adopte une définition assez élevée qui pourrait nuire au rendu en haute sensibilité. Le capteur fait 14,6 mégapixels, c’est un CMOS, il permet de naviguer de 100 à 6400 ISO. Nous ne manquerons pas de regarder de près les performances du NX100 dans les hautes valeurs ISO lors du test du NX100 que nous publierons la semaine prochaine.

A 50mm (soit équivalent 75mm) et à F/5,6, on arrive à détacher le sujet d’un fond légèrement flouté.

Ici à 800 ISO (F/11-1/50s).

Nos premières impressions en attendant le test complet du Samsung NX100 (à lire dès la semaine prochaine) :

Notre premier contact avec le Samsung a donc été très positif :
– la qualité de fabrication semble exemplaire,
– l’ergonomie est très aboutie avec deux molettes et le bouton iFn des nouveaux objectifs iFn,
– la qualité d’image semble de haut vol pour un compact.

Pour l’heure, les principaux bémols que nous verrions à son sujet résident dans des limitations techniques :
– pas de flash intégré
– pas d’AF full time en mode vidéo
– l’absence de stabilisation d’image.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here