Test du Nikon D7000

Test du Nikon D7000

Le test complet du nouveau reflex de Nikon : le D7000

Publié le 23 mai 2011 - 0:00 par La rédaction

Le Nikon D7000 est un reflex expert et le fait sentir avec un niveau de finition et une qualité perçue qui reste dans la plus pure tradition Nikon sans atteindre toutefois le sentiment semi-pro inspiré par la qualité de fabrication du couple D300s / D700, toujours au catalogue. Le D7000 est tropicalisé et offre un châssis dont la majeure partie des éléments sont en alliage de magnésium. Sa prise en main est excellente, son format est un peu plus compact que celui du D300s, mais il offre tout de même un grip convenable. Dans la gamme Nikon, il y aura désormais un trou béant en niveau de finition entre le D5100 (qui reprend le boîtier du D3100, bien léger) et celui du D7000, qui relègue d’ailleurs son concurrent d’en face, le Canon EOS 60D, au rang de gadget, du fait de ses plastiques durs peu flatteurs.

Obturateur : discrétion et velouté

Son obturateur musclé (1/80000s) est donné pour 150 000 déclenchements, une durabilité importante pour les utilisateurs semi-pros révélatrice du niveau d’exigences que s’est fixé Nikon lors de la conception du D7000. Mais  tout musclé qu’il est, le déclencheur du boîtier est d’une douceur et d’un silence rarement vus. On apprécie souvent le velouté des obturateurs des reflex Nikon et on est servi avec le moelleux du déclenchement du D7000, un plus très agréable à l’utilisation. Le Nikon D7000 est équipé du mode « Q » pour Quiet, soit le mode de déclenchement discret qui freine le miroir à la monté et à le descente pour éviter le claquement de ce dernier sur son butoir, idéal pour des photos de spectacle, dans les musées ou… les photos volées ! Mais l’obturateur du D7000 est déjà très discret au naturel.  Le mode « Q » (Quiet) s’active via la bague de gestion de la motorisation (vue par vue, retardateur, rafale rapide, rafale moyenne…), simple et rapide.

 

Nikon d7000
Publicité

16 mégapixels, EXPEED 2, AF 39 points, nouvelle
cellule 2016 photosites et vidéo Full HD avec AF en Full Time. Le Nikon D7000 est un reflex
bien né qui devrait séduire un large public.

 

AF 39 collimateurs: EF-FI-CA-CI-TE

Si Nikon n’a pas implanté sur le D7000 le module pro et ses 51 points qui équipe les D3s, D3x, D700 et D300S, l’autofocus du D7000 offre 39 points, ce qui permet une couverture optimale du champ de visée pour un capteur APS-C. Sur les 39 collimateurs, 9 sont en croix. A l’usage, nous avons apprécié la simplicité de mise en oeuvre de l’autofocus, facile à piloter ce qui n’est pas toujours le cas avec un autofocus perfectionné et surtout son efficacité redoutable : vif, précis, l’autofocus est rarement pris en défaut et le suivi 3D du sujet nous a séduits à l’usage. Le Nikon D7000 est également doté de la détection et de la reconnaissance des visages en visée LiveView et enregistrement vidéo, des fonctions grand public, mais qui peuvent également profiter au photographe expert. Comme sur le petit D3100, le D7000 offre la mise au point permanente en vidéo, une mise au point utile, mais encore trop lente, hésitante et bruyante. Un objectif polyvalent optimisé pour la vidéo serait bienvenu.

Vidéo

Justement, la vidéo du D7000 reprend les avancées en la matière que nous avions découvertes sur le D3100  avec  notamment son autofocus « Full Time » qui, malgré ses limitations rend réaliste le tournage de vidéos HD pour le grand public. De plus, l’autofocus peut aussi donner la priorité à la mise au point sur les visages ou encore suivre les visages de certaines personnes grâce à la reconnaissance des visages (en plus de la détection des visages). En Full HD (1920 x 1080 pixels), la vidéo est enregistrée aux cadences de 30, 25 et 24 i/s. Hélas, le son du micro intégré est en mono seulement, mais on peut y brancher un micro externe via une prise jack comme sur le D5100 qui a été annoncé depuis avec un micro externe de qualité, le Nikon ME-1. Le format d’enregistrement des vidéos Full HD est l’AVC/H.264. Les séquences sont limitées à 20mn. On retrouve le petit taquet qui fait passer le D7000 de la visée reflex à la visée vidéo LiveView rendant ainsi l’enregistrement vidéo disponible d’un simple touche. Il suffit de lancer l’enregistrement par le bouton rouge situé au centre du taquet. La fonctionnement du D7000 est très fluide et l’implémentation de la vidéo a été bien pensée.

Visée : visée 100% et écran 921 000 points

C’est un pentaprisme qui a été retenu pour la visée du D7000 par les ingénieurs Nikon qui savent comment parler aux amateurs exigeants en ce qui concerne le confort de prise de vue et ici de visée, point crucial souvent négligé. Le viseur offre une couverture de 100% de l’image cadrée, respectueuse des cadrages du photographe, l’image est claire, le D7000 limite l’inconfort de visée du capteur APS-C (vs reflex Full Frame). On peut, à la demande, afficher des grilles dans le viseur, utiles à la composition, soit pour s’assurer de l’horizontalité du cadrage soit pour composer avec la règle des tiers. En plus du viseur optique, on dispose de la visée LiveView sur l’écran 3″ / 921 000 pixels / 170° bien connu et apprécié puisqu’il équipe déjà le D300s ou le D3s / D3x. Nikon a choisi de ne pas doter l’écran du D7000 de l’articulation, peut-être pour ne pas faire fuir les amateurs-experts qui auraient pu trouver cela trop « amateur ». Un écran articulé pourra manquer à certains : utile en vidéo et confortable pour des cadrages acrobatiques (au raz du sol, par dessus la foule), il devient peu exploitable avec un objectif lourd qui déséquilibre l’appareil, le type de cailloux que l’on est tenté d’adjoindre à un appareil du rang du D7000. A l’usage, l’écran articulé ne nous a finalement pas manqué sur le D7000 dont l’ergonomie générale, quasiment parfaite, fait vite oublier cette son absence.

 

Nikon d7000

Le Nikon D7000 offre un double slot carte mémoire SD (il est compatible avec les
cartes SDXC) et gère le remplissage des cartes : duplication des données
sur les deux, remplir l’une quand l’autre est pleine, la vidéo sur une
carte et les photos sur l’autre, etc…

Ergonomie

Le Nikon D7000 offre l’agrément d’un double slot SD (compatible avec les dernières cartes SDXC), pratique à l’usage, soit pour étendre la capacité de stockage embarquée, soit pour répartir le contenu comme on le veut, le système étant très souple et facilement paramétrable. On pourra donc mettre toutes les photos sur la carte numéro une et toutes les vidéos sur l’autre, ou bien réserver la première aux fichiers JPEG et la seconde aux RAW si on photographie en RAW + JPEG, par  exmple. Même si les menus sont longs et nombreux, nous apprécions la philosophie de l’ergonomie de ce boîtier qui s’adresse aux utilisateurs avancés (les programmes résultats n’ont pas été conviés sur le barillet de réglage du mode de prise de vue), son utilisation est très fluide et nous a conquis. Nous avons apprécié le bouton dédié pour la mise en route du bracketting, la possibilité d’attribuer au bouton « Fn » programmable l’activation automatique du mode rafale haute vitesse quand le bracketting est activé, idéal pour des photos sans trépied en vue d’une fusion de leur exposition. La bague du choix d’obturation (vue par vue, rafale, discret, etc…) permet aussi, en un clin d’oeil, d’activer le retardateur, de relever le miroir afin d’éviter les vibrations en pause longue ou de passer en mode télécommande. Pour résumer, les commandes du Nikon D7000 tombent naturellement sous la main et on met le boîtier à sa sauce en quelques instants. Contrairement à d’autres reflex Nikon, le D7000 sera rapidement maitrisé par tout canoniste. On regrettera juste le positionnement du bouton de réglage de la sensibilité qui rend ce paramètre difficilement réglable tout en conservant l’oeil dans le viseur.

 

Nouvelle cellule de mesure de l’exposition

Le Nikon D7000 inaugure la nouvelle cellule de mesure de l’exposition qui fait appel à un capteur de 2016 photosites. Jusqu’alors, le capteur à reconnaissance de scènes 3D couleur utilisé par Nikon était composé de 1005 photosites sur les modèles pros et semi-pros et de 420 photosites sur les modèles grand public. C’est ce nouveau capteur qui offre efficacité et acuité à la mesure de l’exposition du D7000, mais aussi à son suivi AF ainsi qu’à la balance des blancs grâce à une détection plus fine du type de scène cadrée. Et si l’exposition juste était traditionnellement le gros point fort de Nikon, on peut dire que c’est encore le cas avec le D7000 qui expose presque toujours correctement, encore un domaine dans lequel le D7000 se caractérise par son efficacité, aidé également par le D-Lighting actif.
Nikon d7000


Qualité d’image labo : le Nikon D7000 au banc d’essai

Après le Nikon D90 et le capteur APS-C du Sony NEX-5, le segment des reflex à capteur APS-C a trouvé son (ses) maître(s) avec le Nikon D7000 dont le capteur est mesuré comme le plus performant de tous les capteurs APS-C sur DxO Analyzer. Il partage ses excellentes performances avec le Pentax K-5 qui embarque le même imageur.

 


Accéder aux benchmark dxomark.com.

L’analyse de ses résultats en labo montre que le D7000 offre des performances mesurées assez proches du D3s, boîtier pro au capteur Full Frame ultra sensible. En sensibilité basse lumière, malgré son surcroit important de résolution, le capteur du D7000 se comporte un peu mieux que ses concurrents APS-C que son les Canon EOS 7D et EOS 60D. Il reprend donc le flambeau du D90 qui avait passé plus de deux ans en tête des bancs d’essai sur de nombreux tableaux. Mais le gros point fort du D7000 est sa dynamique, exceptionnelle pour un capteur APS-C : elle atteint près de 14 EV contre 12 EV pour le D3s.
Ces mesures labo se confirmeront sur le terrain : à la dynamique très généreuse du capteur (qui pardonne des erreurs ‘exposition en post traitement si on photographie en RAW et qui profite au D-Lighting), s’ajoute des performances en hautes sensibilités au dessus du lot avec en plus d’un capteur bon dans les hauts ISO, un traitement d’image impeccablement conçu par les ingénieurs Nikon. On pourra donc utiliser les hautes sensibilités sans sourciller et recourir aux 1600 ISO sans que la photo ne patisse de trop de bruit, de lissage et de déviance de sa colorimétrie comme vous le voyez dans le visuel ci-dessous qui regroupe des photos prises aux différentes sensibilités avec le D7000 dont les détails sont ici affichés à 100% :

Le rendu JPEG du Nikon D7000 aux différentes sensibilités ISO.

 

 

Rapport qualité-prix, la concurrence

Le tarif officiel du D7000 est de 1149 euros TTC. S’il est vendu le double du D5100, il reste moins cher que le Canon EOS 60D, son concurrent frontal avec lequel nous organisons un face à face.  Il est proposé en kit avec l’optique 18-105mm VR au prix de 1349 euros. Un des atouts maîtres du Nikon D7000 est son excellent capteur 16 mégapixels, capteur également embarqué par le Pentax K-5 proposé 1199 euros boîtier nu, mais que l’on trouve actuellement à 1100 euros avec le zoom 18-55 WR. Si la qualité de fabrication et les fonctions évoluées du D7000 (AF, multiflash sans cordon…) vous laissent de glace et que vous n’avez d’yeux que pour le capteur 16 mégapixels alors, le D5100 peut être une alternative puisqu’il embarque le même capteur, mais son boîtier est très « entrée de gamme », il s’agit de celui du D3100, agrémenté cependant d’un écran articulé. Bien positionné, le D7000 est au bon prix. Pas donné, mais plein de qualités, il en offre pour l’argent que vous y mettrez.

Caractéristiques techniques :

  • Capteur APS-C de 16 mégapixels (format DX)
  • Sensibilité de 100 à 6400 ISO (modes high 12800 et 25600 ISO)
  • Rafale 6 i/s sur 100 vues
  • Obturateur garanti 150 000 cycles
  • Vitesse maximale : 1/8000 s
  • Châssis alliage de magnésium
  • AF 39 collimateurs dont 9 en croix au centre
  • Reconnaissance de scène
  • 2 slots SD (compatible SDXC)
  • Ecran 3″ / 921 000 pixels (170° d’angle de champ)
  • Nouveau système de mesure de l’exposition avec capteur 2016 photosites
  • Vidéo :
    • Full HD
    • Cadences : 30, 25 et 24 i/s
    • AF continu en vidéo + reconnaissance des visages
    • Son mono (prise micro externe pour stéréo)
    • Format AVC/H.264
  • Processeur EXPEED 2

 

Conclusion du test du Nikon D7000 :

Qualité de fabrication impeccable, ergonomie bien pensée pour une utilisation fluide des fonctions expertes, un autofocus d’une efficacité rare, un déclencheur velouté très agréable, une belle visée 100%, une exposition rarement prise en défaut, un capteur d’exception, le meilleur du marché en taille APS-C  avec une sensibilité hors pair et une dynamique appréciable sur le terrain comme en post-traitement : le Nikon D7000 est une machine à photographier dotée d’un facteur plaisir au top. C’est notre hit de l’année.

Nous avons aimé :

  • Qualité de finition
  • Ergonomie bien pensée
  • Efficacité de l’autofocus
  • Bonne gestion de l’exposition
  • Qualité d’image (définition, sensibilité, dynamique) du capteur Sony APS-C 16 mégapixels
  • Vidéo Full HD (avec entrée micro pour bénéficier de son stéréo)
  • Visée 100% / Ecran 3″ – 921 000 points
  • AF permanent en vidéo et visée LiveView (et détection des visages) avec niveau électronique
  • Double slot carte SD (compatible SDXC)
  • Obturateur discret et velouté
  • Active D-Lighting efficace
  • Rafales 6 i/s

Quelques limitations :

  • Micro intégré monophonique
  • Absence de zoom optimisé pour la vidéo chez Nikon
  • Ecran non articulé
  • AF permanent perfectible en vidéo (hésitant et bruyant)
  • Absence de programmes résultats (modes pictogrammes) pour plus de polyvalence

Qualité d’image – test terrain

Voici la galerie des photos prises avec le Nikon D7000. Les photos sont téléchargeables en pleine résolution en cliquant sur leur vignettes. Voici de quoi vous faire votre propre opinion sur la qualité d’image que vous pourrez attendre du D7000.

 

117mm – 200 ISO – F/5,6 – 1/50s
Fichier NEF traité dans Aperture
127mm – 400 ISO – F/6,3 – 1/30s
127mm – 2200 ISO – F/6,3 – 1/30s
Puisque l’on est à table… la photographie culinaire a désormais son livre. Il s’intitule La Photo Culinaire, par Philippe Barret, chez Eyrolles.

127mm – 100 ISO – F/8 – 1/1250s
JPEG fortement recadré.

24mm – 100 ISO – F/9 – 1/160s – +0,67EV
Le soleil dans le cadre, à travers ces palmiers, nous a menés à compenser l’exposition (+0,67EV), mais le résultat est séduisant : le ciel reste dense et bleu, les palmiers, pourtant à contre-jour ne sont pas noyés dans l’obscurité. Le résultat est le reflet de la scène réelle, vue par un oeil humain, fidèlement retranscrite par le D7000.

24mm – 200 ISO – F/9 – 1/640s

120mm – 200 ISO – F/5,6 – 1/500s – +0,33EV

52mm – 100 ISO – F/5 – 1/1000s

39mm – 100 ISO – F/6,3 – 1/1250s
Photo brackettée : exposition -2EV

Pour l’exemple et la démonstration de la bonne dynamique du capteur du Nikon D7000 et de la « propreté » des ombres de ses photos : fichier JPEG directement issu du Nikon D7000, volontairement sous-exposé, car faisant partie d’une série de photos prises en bracketting… Nous avons ensuite traité son fichier RAW (d’où l’importance du RAW + JPEG, facilité sur le D7000 par le double slot de cartes SD qui permet de gérer la destination des deux formats : le RAW sur l’une et le JPEG sur l’autre).

Et voici cette même photo, -2EV toujours, mais en NEF, développée sous Aperture. Sauvetage expérimental…
Cette photo d’une série brackettée est la même que le JPEG ci-dessus, mais  la malléabilité du format RAW a permis de remonter l’exposition.

Le capteur du Nikon D7000 offre une latitude non loin des +2V/-2EV qui est très appréciable autant sur le terrain (évitant d’avoir à faire des choix sur la partie à exposer parfaitement) comme en post traitement avec une réserve confortable : les RAW du D7000 en ont sous la pédale.

Le même fichier NEF traité en HDR One Shot sur DxO.
Cliquez sur la photo pour en télécharger la version pleine résolution.
Les RAW pleins d’information du D7000 font une excellente paire avec les capacités de traitement de DxO Optics pro V6.

24mm – 200 ISO – F/8 – 1/500s
Nikon D7000 en mode scène paysage

24mm – 100 ISO – F/16 – 1/800s
Nikon D7000 en mode scène « silhouette » qui crée un effet de contre jour.
Une photo que l’on verrait bien ensuite convertie en noir et blanc avec Silver Efex pro…

127mm – 110 ISO – F/8 – 1/250s

 

24mm – 800 ISO – F/8 – 1/800s – -1,67EV
Cette photo fait partie d’une série de photos prises en bracketting.
(Bracketting d’ailleurs facilité par l’ergonomie du D7000 dont une
fonction permet d’activer la prise de vue en rafale dès que l’on active
le bracketting, bracketting qui dispose d’un bouton dédié sur le
boîtier).
800 ISO 24mm – F/6,3 – 1/400s
Fichier NEF traité sous Aperture.
800 ISO 24mm – F/6,3 – 1/400s
Fichier JPG directement issu du D7000.
Remarquez les détails dans les feuilles parterre que l’on a pu récupérer
sur le fichier NEF au dessus de sa version JPEG plus expéditive avec
les détails du sol.

La même photo, RAW, traitée HDR One Shot dans DxO Optics Pro V6.
82mm – 100 ISO – F/11 – 1/125s
Deux détails à 100% de la photo JPEG des marches par lesquelles
débarquaient les esclaves à Petit-Canal, Guadeloupe, pour alimenter en main-d’oeuvre les plantations de Canne de la région.
127mm – 100 ISO – F/5,6 – 1/100s

127mm – 400 ISO – F/5,6 – 1/100s
Fichier NEF – Exposition travaillée sur l’histogramme et saturation augmentée (Aperture)

24mm – 800 ISO – F/6,3 – 1/30s


27mm – 800 ISO – F/8 – 1/300s – +1,67 EV
Avec une compensation d’exposition de +1,67 EV et le débouchage des
ombres par le système D-Lighting du D7000, on jurerait que l’on a eu
recours au flash.
24mm – 1000 ISO – F/8 – 1/30s – +1,67EV
NEF traité sous Aperture
Il aura fallu traiter le NEF sous Aperture pour retrouver les teintes
chaudes de ce manguier maudit qui a colonisé cette ancienne prison
d’esclaves de la Grande-Terre.
63mm – 800 ISO – F/8 – 1/50s
Ca pique ! et même en hautes sensiblités : avec le D7000, la sensibilité
de 800 ISO est exploitable au quotidien. Ce n’est pas le bruit qui sera
gênant, mais plus le fait de
perdre quelques EV de dynamique par rapport aux basses sensibilités sur
certaines photos.
45mm – 280 ISO – F/4,2 – 1/125s

36mm – 1600 ISO – F/9 – 1/1250s

36mm – 220 ISO – F/11 – 1/250s.

 



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *