Rappel des caractéristiques du Sony Ericsson Xperia Arc S

– Réseau 3G+
– Écran tactile 3.5″ (résolution 854 x 480 pixels)
– Processeur Qualcomm SnapDragon simple coeur cadencé à 1.4 GHz
– 512 Mo de RAM
– 9 Go de stockage interne dont 8 via une carte micro SD fournie
– Appareil photo 8.1 mégapixels avec flash LED, ouverture f/2.4, enregistrement vidéo 720p
– Android Gingerbread 2.3.4
– Port micro USB, sortie mini HDMI
– Connexion WiFi, Bluetooth, DLNA
– GPS, Radio FM, accéléromètre
– Dimensions/Poids : 125.0 x 63.0 x 8.7 mm pour 117 g

Sony Ericsson Xperia Arc S, toujours aussi fin et élégant

Sony Ericsson semble avoir trouvé la bonne formule sur un plan
esthétique pour son smartphone haut de gamme. Le Xperia Arc S reprend
les mêmes dimensions (25.0 × 63.0 × 8.7 mm pour 117 g) et le même design
légèrement arqué de son prédécesseur sorti six mois plus tôt, le Xperia
Arc. Ce smartphone Sony Ericsson dispose toujours d’un écran 4.2″ à la
résolution inchangée (854 x 480 pixels)
et doté d’un contraste et une
luminosité toujours élevés.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
L’écran 4.2″ dispose toujours d’un contraste et d’une luminosité de bonne qualité

Test Sony Ericsson Xperia Arc S

La résolution inchangée (854 x 480 pixels) par rapport au Xperia Arc sorti au mois de mars

Malgré l’utilisation intensive du plastique, le rendu final est plutôt
élégant avec une finition faite d’un mélange de noir et d’argent. On
aurait toutefois préféré que la coque arrière ne soit pas aussi glossy, bien que ce type de revêtement soit à la mode. Les traces de doigts y trouveront une place de choix…

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
La coque arrière est glossy… et très salissante.

Les boutons et les différentes connectiques sont au complet (port micro
USB, micro HDMI et sortie audio jack 3.5 mm). Sony Ericsson a fait le
choix de boutons physiques pour les touches dédiées à Android (Back,
Home et Menu), avec deux petites LED entre les touches pour mieux les
situer dans l’obscurité
. C’est bien vu, mais cela l’aurait été encore
plus si les boutons étaient complètement rétroéclairés. Le Xperia Arc S
dispose d’une petite LED en haut pour signifier une notification ou
signaler l’état de la batterie
. Là aussi, c’est un bon point.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
Sony Ericsson opte pour des touches Android physiques

Test Sony Ericsson Xperia Arc S

La LED s’illumine pour une notification ou lors de la charge

Dans les mains, on retrouve le confort du Xperia Arc. Ni trop petit, ni
trop gros, et surtout léger comme une plume
, le Xperia Arc S est
maniable et se range très facilement dans la poche.

Seul point noir concernant l’ergonomie : la carte microSD, en plus
d’être uniquement accessible une fois la batterie enlevée, est parfois
difficile à déloger
. Une fonction poussoir aurait été plus judicieuse.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
La carte SD est coincée par la batterie. Pire, elle est parfois difficile à retirer.

Interface sobre et complète, navigation internet un peu lente

Si extérieurement rien ne différencie le Sony Ericsson Xperia Arc S de
son prédécesseur sorti six mois plus tôt, c’est à l’intérieur que les
changements s’opèrent. Le Xperia Arc S troque en effet un processeur
Qualcomm SnapDragon cadencé à 1 GHz pour un nouveau calculateur plus
véloce, cadencé à 1.4 GHz
. Contrairement à d’autres fabricants de
smartphones haut de gamme (Samsung, HTC, LG, etc.), Sony Ericsson fait
le pari d’un processeur simple coeur.

Malheureusement, les effets de ce coeur esseulé se font sentir. La
navigation Internet est un peu lente et l’affichage moins net par
rapport au Samsung Galaxy S II que nous avons pu tester le mois dernier.
L’ensemble demeure cependant plus qu’honorable pour un smartphone de ce
calibre
. Avec son écran de 4.2″, le clavier tactile se révèle facile à
utiliser grâce à sa saisie intuitive. On se demande en revanche pourquoi
il ressemble autant à celui de l’iPhone.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
L’affichage des pages Internet sur le Xperia Arc S manque parfois de netteté et de « croustillance ».

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
La saisie intuitive est utile. Le clavier tactile fait trop penser à un iPhone.

Le Xperia Arc S se rattrape dans l’exécution des applications, où il se
révèle un peu plus véloce que pour la navigation sur Internet.
L’interface sobre et bien pensée de Sony Ericsson y est sûrement pour
beaucoup. L’ajout de nombreux widgets et d’applications propriétaires ou
tierces rendent l’expérience utilisateur complète.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
La surcouche Sony Ericsson est très réussie et ergonomique

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
De nombreuses applications tierces rendent l’expérience utilisateur complète

Timescape centralise ses comptes mails, Facebook et Twitter, ainsi que
ses sms reçus et envoyés, qui s’affichent en une seule interface à la
manière d’un diaporama. Si cela ne suffit pas, l’Android Market est là
pour trouver (à peu près) tout ce dont on a besoin.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
Timescape centralise ses réseaux sociaux, ses comptes mails et ses sms en un diaporama de vignettes

Xperia Arc S : test en conversation téléphonique

Un mot sur la qualité des communications téléphoniques : elles sont tout
simplement excellentes, quelles que soient les conditions sonores
environnantes. Le deuxième micro réducteur de bruits parasites, situé au
dos de l’appareil, est très efficace. C’est bien vu de la part de Sony
Ericsson.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
Un second micro réducteur de bruits rend les conversations téléphoniques excellentes

Concernant l’autonomie, il ne faudra en revanche pas s’attendre à des
miracles
. La batterie ne tient qu’une dizaine d’heures lors d’une
utilisation mixte (appels, surf ponctuel, relevés de mails, réseaux
sociaux, etc.). L’autonomie fond comme neige au soleil pour des
utilisations plus intensives (lecture audio, vidéo…).

Les possibilités multimédias globalement au rendez-vous

Le Sony Ericsson Xperia Arc S est présenté comme un smartphone dédié aux applications multimédias. C’est globalement le cas.

L’appareil photo n’est pas transcendant, malgré les 8.1 mégapixels du
capteur et l’ouverture généreuse de l’objectif à f/2.4, sans pour autant
être mauvais
. En résolution maximale, le Sony Ericsson Xperia Arc S
fait mieux que le Samsung Galaxy S II, mais moins bien que l’iPhone 4S
(tous deux embarquent aussi des capteurs 8 mégapixels). Le Xperia Arc S
dispose en outre d’un mode panorama 3D. Contrairement à des smartphones
3D, le Sony Ericsson n’est pas équipé d’un écran compatible et il faudra
le brancher à un téléviseur ou un ordinateur 3D pour profiter d’un
résultat… moyennement exploitable donc
. Tout aussi gadget, le mode
déclenchement par détection de sourire, n’a pas non plus vraiment
fonctionné et pourtant, Sony maîtrise parfaitement cet automatisme
intelligent sur ses appareils photo compacts numériques. On apprécie en
revanche les retouches rapides que l’on peut apporter via l’application
native (suppression des yeux rouges, recadrage, etc.)

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
Le capteur 8 mégapixels s’en tire assez bien

L’enregistrement vidéo se contente d’une résolution HD 720p. Si la
qualité vidéo est plutôt au rendez-vous malgré un autofocus légèrement
capricieux
, la qualité audio est moyenne. Le déclencheur est un peu
ferme
 : il faut parfois s’y prendre à deux fois pour capturer une photo
ou démarrer/arrêter l’enregistrement vidéo.

Concernant la lecture vidéo, Android oblige, il faut se tourner vers
l’Android Market. Seul le format MP4 est nativement pris en charge. Une
fois un lecteur tiers installé, les vidéos HD au format Divx, AVI ou MKV
sont fluides, parfois plus que sur certaines tablettes
avec processeur double coeur Nvidia Tegra 2, comme la Sony Tablet S.

La lecture audio est aussi performante puisque le Xperia Arc S possède
de très bons haut-parleurs et une paire d’écouteurs intra-auriculaires,
certes moins bons, mais tout à fait corrects
. Détail anecdotique, mais
intéressant à souligner, Sony Ericsson troque la pochette des embouts
habituellement en plastique pour une autre, réalisée en matériau 100 %
recyclé. Le Sony Ericsson Xperia Arc S est équipé d’une radio FM,
fonctionnant avec des écouteurs, très bien pensée. Une fois lancée, la
radio scanne les fréquences et garde en mémoire les stations en les
nommant. On peut sauvegarder ses radios préférées et naviguer rapidement
entre elles, ce qui se révèle très pratique. Tout aussi utile,
l’application intégrée TrackID retrouve le titre d’un morceau entendu.
Pour les connaisseurs, c’est un service équivalent à Shazam.


La Radio FM est bien pensée, avec notamment un scan automatique des fréquences
et la sauvegarde des radios préférées.

Le Sony Ericsson Xperia Arc S est le premier smartphone à embarquer les
plates-formes de téléchargement légal Sony Unlimited (musique et vidéo)

et offre ainsi un large contenu multimédia. Il faut en revanche
s’abonner pour en bénéficier. On peut ainsi synchroniser son catalogue
avec d’autres appareils Sony, comme la Tablet S, ou encore la
Playstation 3, un téléviseur Bravia, un lecteur Blu-Ray, etc.

Pour compléter son offre multimédia, le Xperia Arc S est doté d’un port
mini HDMI
qui se révèle fort pratique pour afficher sur grand écran ses
photos et vidéos. La compatibilité avec la norme DLNA ravira sans doute
les amateurs de partage sans fil.

Test Sony Ericsson Xperia Arc S
Une sortie mini HDMI bienvenue pour regarder ses fichiers multimédias sur grand écran

Le Xperia Arc S face à la concurrence

Évoqué plus haut, le Sony Ericsson Xperia Arc S est en général un cran
au dessous
du meilleur smartphone Android à l’heure actuelle, le Samsung
Galaxy S II. Moins véloce en navigation internet et en rapidité
d’exécution
des applications, le Xperia Arc S lui est tout de même
supérieur dans la prise de photo et par rapport sa radio FM, plus aboutie. Vendu 450 euros nu, soit entre 150 et 170 euros de moins
que le Galaxy S II, le Xperia Arc S bénéficie d’un meilleur rapport
qualité/prix
et devrait trouver preneur auprès d’un public aux moyens
plus restreints.

Verdict

Le Sony Ericsson Xperia Arc S est globalement un bon smartphone Android.
Ses quelques lacunes relatives au processeur simple coeur embarqué
(navigation Internet et exécution de certaines applications gourmandes
un peu lente) sont compensées par des performances multimédias au
rendez-vous. Bien que l’enregistrement vidéo ne soit qu’en 720p et que
le mode panorama 3D ne convainc pas, le Xperia Arc S devrait séduire un
public orienté vers l’image, la musique et les jeux vidéos. Moins cher
que la concurrence sur le segment smartphone haut de gamme, le Sony
Ericsson a de sérieux arguments pour plaire.

Nous avons aimé :
– Finesse et légèreté du smartphone
– Qualité audio en communication grâce à un deuxième micro intégré au dos
– Surcouche graphique et logicielle constructeur sobre et bien pensée
– Lecture audio et vidéo performante
– Connectique complète
– Bon rapport qualité/prix

Nous avons regretté :
– Coque arrière en plastique glossy, sujette aux traces de doigts
– Processeur Qualcomm SnapDragon mono coeur lent
– Mode panorama 3D pas convaincant
– Autonomie un peu légère

Test Sony Ericsson Xperia Arc S

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here