Face-à-face en 10 points entre l’AF-S Nikkor 50mm f/1.4G et l’AF-S Nikkor 50mm f/1.8G : comment choisir enre les deux objectif, l’un à 399 euros et l’autre à 239 euros ? Quelle différence de qualité d’image peut-on espérer sur un reflex numérique Full Frame ou APS-C ? Quelles différences de fabrication séparent les deux objectifs ?
Voici le match AF-S Nikkor 50mm f/1.4G vs AF-S Nikkor 50mm f/1.8G en 10 points.

Qualité de fabrication

À les regarder de près, à comparer l’aspect de leur plastique, on ne peut déceler de différence d’assemblage ni d’écart de qualité de fabrication entre les deux focales fixes. Pourtant, à les prendre en main, on distingue immédiatement celui à 200 euros de celui à 400 euros.
Le premier ne pèse que 185 grammes e le second 420 grammes. L’AF-S Nikkor 50mm f/1.4 étant 2,3 fois plus lourd que l’AF-S Nikkor 50mm f/1.8, on est tout de suite plus rassuré par sa qualité de fabrication, mais ce n’est qu’une impression. La différence de poids tient dans la réalisation optique, qui laisse présager de la suite….
Alors préférez-vous un objectif léger comme le f/1.8 ou plus dense comme le f/1.4 ? Dites-le-nous sur notre page Facebook. Tout est affaire de gout, mais en général pour conserver un équilibre optimal, avec un reflex numérique léger comme le D3100 ou le D5100, on aura tendance à préférer un objectif poids-plume. Avec un appareil semi-pro comme les D7000, D700 et D300s, et plus encore avec un D3s / D3x, on préférera certainement un objectif un peu plus lourd. Mais il y a fort à parier que le poids ne pèsera que peu dans la balance pour le choix de votre 50mm et que d’autres critères comme la qualité optique et le prix seront
plus déterminants.

Formules optiques

Aucun des deux objectifs n’intègre de verre ED ni ne bénéficie de traitement nanocristal de la lentille frontale. Seul le premier prix 1.8 voit sa formule optique faire appel à une lentille asphérique. L’AF-S Nikkor 50mm f/1.8G est réalisé en 7 éléments répartis en 7 groupes quand l’AF-S Nikkor 50mm f/1.4G mobilise 8 éléments répartis en 7 groupes.
Nous verrons plus bas les détails.

Sans regarder la partie optique des deux AF-S Nikkor 50mm, il est
bien difficile de dire lequel est le 1.4 et lequel est le 1.8…

Conception IF et AF-S

Les deux objectifs offrent l’agrément d’une conception IF grâce à laquelle lors de la mise au point, la lentille frontale reste fixe, du mois, ne tourne pas, car elle s’avance légèrement en fonction de l’éloignement du sujet sans pour autant gêner l’utilisation de filtres. L’entrée de gamme est également AF-S avec retouche du point possible en mode AF (taquet M-M/A)

Diaphragme

Ils sont tous deux dotés d’un diaphragme circulaire à 9 lamelles.

Abaque de distance de mise au point

Nikon a repris l’abaque des distances de mise au point et de profondeur de champ sur la version AF-S Nikkor 50mm f/1.8G.


Ici les deux 50 mm avec le même abaque de distance de mise au point / ouverture / profondeur de champ

 

Bague de mise au point

Si l’objectif AF-S Nikkor 50mm f/1.4G souffrait d’un petit défaut ergonomique, il s’agissait bien de l’étroitesse de sa bague de mise au point. Ce défaut est au menu du nouveau 50 mm f/1.8G. Ex aequo sur ce point-là, hélas.

Distance minimale de mise au point

Les deux AF-S 50mm offrent la même distance minimale de mise au point bien qu’ils ne sont pas conçus optiquement de la même manière.

Luminosité et vitesse d’obturation entre f/1.4 et f/1.8

À l’heure du choix, vous vous demandez certainement quel impact aura le petit plus de luminosité offert par l’ouverture maximale de f/1,4 par rapport au f/1,8 sur la vitesse d’obturation, en cas de faible luminosité, ou si vous pensiez acheter un 50mm lumineux  pour pouvoir vous affranchir du flash en intérieur et capter la lumière ambiante.
Aucun des deux objectifs n’est stabilisé. D’ailleurs, rares sont les focales fixes stabilisées, encore moins les objectifs dits » lumineux », mais la donne change….

Voici les vitesses d’obturation f/1,8 vs f/1,4 :
– 1/25 – f/15
– 1/60s – 1/80
– 1/125 – 1/200

Prix de vente

  • le Nikon 50mm f/1.4G est au prix officiel de 399 euros et se trouve aux alentours de 350 euros
  • le Nikon 50mm f/1.8G est au prix officiel de 239 euros et se trouve aux alentours de 190-230 euros


QUALITE D’IMAGE


AF-S Nikkor 50mm f/1.8G vs AF-S Nikkor 50mm f/1.4G sur reflex numérique APS-C

Passage obligé au labo DxO pour nos deux belligérants dans ce face-à-face fratricide. Dans cette partie, nous nous intéressons de plus près aux performances de chaque version du 50mm Nikon, montée sur un reflex numérique à capteur APS-C (D300, D300s, D7000, D5100, D3100), car la taille du capteur a une influence non négligeable sur le rendement
optique des objectifs. Le capteur APS-C est plus indulgent avec les optiques peu homogènes sur le champ étant donné que le capteur, plus petit que sur un Full Frame, n’exploite que le coeur du cercle optique de l’objectif et est moins sujet aux aberrations chromatiques latérales que le Full Frame, qui collecte lui des rayons lumineux sur les bords,
des rayons « penchés ».


Retrouvez toutes les mesures réalisées par DxOMark.com.

Dans ses mesures labo, DxOMark.com a testé les deux 50 mm Nikon sur le reflex Nikon D300. Comme vous le voyez ci-dessous, aucun des deux n’est bon aux pleines ouvertures. Il faut dire qu’à f/1.4 et f/1.8, le challenge est pour le moins relevé. On note cependant un piqué légèrement supérieur sur le f/1.4 malgré une ouverture un peu plus généreuse.


Retrouvez toutes les mesures réalisées par DxOMark.com.

On diaphragme un peu pour tomber à f/2.8, une ouverture à laquelle on pourrait attendre le piqué presque maximal d’une focale fixe, mais le 1.4 creuse l’écart à f/2,8. Si la valeur du piqué est du même ordre de grandeur au centre de l’image, soit 42 et 43 paires
de lignes, le manque d’homogénéité de l’AF-S Nikkor 50mm f/1.8G se révèle de manière flagrante, puisqu’elle tombe rapidement dès que l’on s’approche de la moitié du champ pour finir à 30 paires de lignes, soit 20 % de moins que le f/1.4G.

La progression dans la fermeture du diaphragme accentue l’écart de qualité des deux optiques avec un rendu plutôt bon à f/5,6 pour le f/1.8, mais qui manque encore d’homogénéité, le piqué s’écroulant sur les bords de l’image quand le f/1.4 ne souffre d’une dégradation moins marquée et qui reste cantonnées aux bords extrêmes du champ.

Plus inquiétant pour ceux qui souhaitent exploiter leur 50 mm diaphragme fermé pour maximiser la profondeur de champ, le 50mm f/1.8G accuse une forte perte de piqué à f/11. Son grand frère reste plus performant à cette ouverture et encore très homogène.

 

Distorsion

Les deux 50mm Nikkor font jeu égal avec une distorsion en barillet de 0,2 %, soit une déformation imperceptible, mais ce n’est pas chose ardue pour une focale aussi classique que le 50 mm.


Retrouvez toutes les mesures réalisées par DxOMark.com.


Sur un capteur APS-C, le vognettage disparait sur les deux optiques à f/2.8. Ce ne sera pas le cas sur un capteur plein format.

Jeu égal aussi au niveau du vignettage qui reste important, de l’ordre de 0,8 et 0,9 EV aux pleines ouvertures soit f/1.8 et f/1.4, mais c’est le gage d’ouvertures aussi lumineuses. Ce
vignetage disparaît complètement à f/2.8.
Bilan optique des AF-S Nikkor 50mm f/1.8G face à l’AF-S Nikkor 50mm f/1.4G sur APS-C : même sur un capteur de petite dimension, on remarque que le 1.4G creuse l’écart par son homogénéité et un piqué plus élevé aux ouvertures les plus modestes. Les deux objectifs montrent leurs limites aux ouvertures extrêmes, logique, mais le 1.4 brille un peu pluspar la suite que son petit frère entrée de gamme et offre un piqué plus élevé sur tout le champ. Vignetage, distorsion et aberrations chromatiques, restent du même niveau sur les deux objectifs, des défauts optiques corrigibles sur Dxo Optics Pro ou Lightroom.

En Full Frame

On le sait, les grands capteurs de reflex numériques Full Frame sont très exigeants envers les optiques. D’ailleurs, c’est souvent avec un boitier 24×36 que l’on perçoit le mieux l’apport en termes de qualité optique d’une focale fixe. Ici, nous avons confronté les deux 50mm Nikon aux 24 mégapixels du Nikon D3x afin de trancher le débat.

Voici comment les deux optiques-écoles se comportent sur le gros reflex Nikon.


Retrouvez toutes les mesures réalisées par DxOMark.com.

En résolution pure, la résolution maximale de chaque 50mm, le f/1.8 est en dessous du f/1.4 d’environ 20 % de paires de lignes, exactement comme sur le boitier APS-C. On constate de suite que le vignettage est bien plus important, sur les deux objectifs, du fait du grand cercle optique du capteur Full Frame.

À pleine ouverture, les deux 50mm restent moyen, normal encore une fois vu leurs généreuses luminosités. Déjà, on retrouve le profil qui s’était dessiné sur le capteur APS-C avec un AF-S 50mm f/1.4 plus homogène sur le champ que son équivalent f/1.8.


Le manque d’homogénéité du 1.8 sur le champ est révélé graphiquement par cette mesure à f/2.8.

On tombe le diaphragme d’un cran et les deux objectifs à f/2,8 accentuent encore un peu plus cet état de fait : le 1.4 brille par un piqué homogène quand le 1.8 se dégrade fortement avec une perte de résolution très marquée avant même la moitié de la
course qui sépare le centre du bord.

Si sur un reflex APS-C, l’écart d’homogénéité se tasse, au fur et à mesure que l’on diaphragme, le reflex Full Frame ne pardonne pas et l’écart est plus sensible. Notez
qu’à f/5,6, même la version f/1.4 a du mal à donner son meilleur rendu sur tout le champ.


Retrouvez toutes les mesures réalisées par DxOMark.com.

Sur le D3x, la bonne surprise du f/1.8 viendra à f/11 quand, sur le boitier APS-C, ce dernier voit son piqué retomber, il reste bon sur un Full Frame, format sur lequel, à f/11, il devient enfin homogène.

Le grand capteur du Nikon D3x ne pardonne pas la baisse de luminosité dans les angles. Malgré une ouverture maximale plus généreuse, le f/1.4 est moins sujet au vignetage que le f/1.8 à pleine ouverture : ce dernier perd 2,2 EV à la pleine ouverture et encore à f/2,8, il perd 2,2 EV alors qu’à cette ouverture, le vignettage avait disparu complètement lors du test du le D300. À f/2,8, la version 1.4 ne perd que 0,8 EV dans les angles, un score bien
meilleur. Il faudra tomber à f/4 pour que le 1.8 ne souffre pas d’un vignetage trop visible.

Test-terrain, la qualité d’image en image

Point de miracle à attendre des deux 50mm à leurs pleines ouvertures, très élevées il faut dire. Ces vues à 100 % (1 pixel à l’écran = 1 pixel de la photo) prises avec un reflex numérique D3s à 200 ISO confirment les mesures : c’est mou. Cette extraction a été réalisée au centre de l’image.

Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.8 G à f/1.8.
Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.4 G à f/1.4.

En tombant un peu l’ouverture, à f/5,6, l’AF-S Nikkor 50mm F1.4 G prend le pas de manière plus visible sur son petit frère avec une meilleure définition des détails fins et surtout un contraste bien meilleur, qui permet de mieux délimiter les bordures de détails. Ce contraste plus important est accompagné d’une meilleure restitution des couleurs.

 

Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.8 G à f/5.6.
Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.4 G à f/5.6.

À f/11, on retrouve le même écart qualitatif sur la photo : meilleur contraste, meilleure définition, couleurs plus intenses sur le 50 mm F1.4 G.

 

Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.8 G à f/11.
Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.4 G à f/11.

Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.8 G à f/11.
Télécharger la photo en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F1.4 G à f/11.

Ci-dessous, une extraction à 50 % des détails du centre de l’image à f/11 avec encore une différence de qualité optique perceptible en faveur du f/1.4.

Ci-dessous, une extraction à 50 % des détails du bord de l’image à
f/11 avec un écart de contraste et de résolution plus flagrant qu’au centre encore.


F/1.4 vs F/1.8 : quel impact sur le flou d’arrière-plan

Opter pour une optique aussi lumineuse que ces 50 mm n’est pas anodin. Beaucoup de photographes seront séduits par leur capacité à maîtriser la profondeur de champ et à noyer l’arrière-plan dans un joli flou. Opter pour le 1.4 à la place du 1.8 pour maximiser le flou ? Bien entendu, vous l’avez lu, la qualité d’image des deux objectifs à la pleine ouverture n’est pas au mieux. Mais voici la différence de bokeh, sur le capteur Full Frame entre l’AF-S Nikkor 50mm F/1.4G et l’AF-S Nikkor 50mm F/1.8G.


La différence d’ouverture est faible
au final, mais l’impact sur le bokeh est visible avec des détails encore
plus diffus sur l’arrière-plan à f/1,4 par rapport à f/1,8.

Sortons vite de la pleine ouverture peu qualitative pour comparer la résolution et le bokeh des photos du D3s avec les deux 50 mm à f/2,0.  Vous pourrez télécharger les photos en
pleine résolution pour les zyeuter à 100 % dans votre logiciel pour une petite séance de « pixel peeping ». En tout cas, mis à part le petit sursaut de qualité optique (résolution / contraste / rendu colorimétrique) du 1.4 par rapport au 1.8, la conception de leur diaphragme, identique, avec 9 lamelles circulaires aboutit à un arrière-plan identique à f/2.0.

 


Résolution et bokeh du 50 mm f/1,8G.

 


Résolution et bokeh du 50 mm f/1,4G.

Télécharger la photo JPEG issue du D3s en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F/1.4G.
Télécharger la photo JPEG issue du D3s en pleine résolution de l’AF-S Nikkor 50mm F/1.8G.


Cette même image affichée à 50 % (1
pixel à l’écran = 2 pixels de la photo) pour un focus sur la partie au
point et l’arrière-plan.


Nos recommandations d’utilisation

1.4 : cet objectif brille par une homogénéité bien meilleure que son petit frère. Sur un reflex APS-C comme Full Frame, il faudra jouer un peu du diaphragme pour l’aider à donner son meilleur piqué, un maximum fourni à f/2,8. Vignetage et distorsion ne seront pas des problèmes sur un reflex APS-C, mais sur un boitier Full Frame, il faudra tomber un diaph pour qu’il ne devienne plus gênant.

1.8 : le positionnement entrée de gamme de cet objectif se révèle dans des résultats en demie-teinte et il faut le comprendre pour en tirer le meilleur. Ainsi, comme son équivalent plus cher, il reste moyen à sa plus grande ouverture, ce qui est assez normal. Sur un capteur APS-C, il faudra rester en dessous de f/11, ouverture à laquelle le 50 mm se
ramollit alors que sur un Full Frame, au contraire, à f/11, il devient enfin plus homogène. Attention, sur un reflex Full Frame, c’est son vignettage qui va devenir gênant, car très élevé, de plus de 2 EV jusqu’à et y compris f/2,8.

CONCLUSION

Si l’AF-S Nikkor 50 mm F/1.4G est près de deux fois plus cher que l’AF-S Nikkor 50 mm F/1.8G pour une qualité de fabrication et une richesse fonctionnelle identiques (AF-S, conception IF, même bague de mise au point, baïonnette métallique, etc.) et que la formule optique du 1.4 n’intègre ni verre ED ni traitement de surface nanocristal, sa qualité optique est bien au final supérieure à celle du 1.8 qui montre vite ses limites sur un capteur Full Frame avec un vignettage excessif qui perdure sur plusieurs stops et un manque d’homogénéité sur le champ.

Même sur un reflex doté d’un capteur APS-C, l’AF-S F/1.8G pêche par manque d’équité entre le centre et les bords de l’image. Son piqué s’effondre à f/11 et à f/1.8, naturellement, il n’est pas au mieux. Le 50 mm F/1.4G assure à toutes les ouvertures, sur Full Frame comme sur APS-C, un contraste, une définition et un rendu des couleurs plus
convaincant. Il justifie pleinement le surcoût de 120 à 160 euros en fonction des offres que vous trouverez chez votre revendeur.  Néanmoins, si un photographe équipé en reflex Full Frame ne se posera pas la question entre le 1.4 et le 1.8, un amateur équipé en reflex
APS-C et à la recherche d’un 50 mm lumineux peu onéreux, la conception moderne de l’AF-S Nikkor 50 mm F/1.8G en fait tout de même une bonne affaire, ce qui permet surtout d’accéder à une focale fixe qui reste de bien meilleure qualité que tous les zooms à 50 mm et à l’ouverture de f/1.8.

Si vous êtes équipé d’un reflex numérique Nikon APS-C et que vous vous intéressez à la macrophotographie, une alternative de qualité au 50mm pourrait être le petit AF-S micro Nikkor 50mm f/2.8G qui offre une qualité optique supérieure au 50mm f/1.8 AF-S et atteint le rapport de reproduction maximal de 1:1. Il pourra avantageusement remplacer le 50mm sur un D3100/D5100/D7000 si vous n’avez pas besoin de la plage d’ouvertures extrêmes plus lumineuses que f/2.8. Lire le test de l’objectif Nikon macro AF-S DX micro Nikkor 40mm f/2.8.

Le mois prochain, ce sont les 50mm Canon que nous passerons à la moulinette. Et sans trahir le test des objectifs 50mm Canon, il semble que  la gamme Canon comporte un petit 50mm pas cher et excellent….

1 COMMENTAIRE

  1. bonjours,
    pas mal d’erreurs dans votre comparatif,
    1- non ces deux objos ne sont IF ( les IF sont des objos à map interne dont la lentille frontale n’avance pas , ce systeme ne se trouve que sur les télé à partir de 85mm et quelque zoom)
    2- non ils n’ont pas tous les deux un diaph à 9 lames, c’est 7 sur le 1.8
    3- non les bague de Map ne sont pas les même c’est 90° sur le 1.8 et 190° sur le 1.4

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here