Test du compact hybride Samsung NX200

Test du compact hybride Samsung NX200

Samsung a été le premier à déclarer ses intentions sur le marché des compacts hybrides en capteur APS-C, lors de la Photokina 2008, quand Panasonic lançait son G1 en grandes pompes. Après quelques essais plus ou moins heureux, aujourd’hui, la gamme NX s’est enrichie du NX200, successeur du NX100, compact à objectif interchangeable grand public sans viseur. Mais du NX100, le NX200 ne reprend pas grand-chose et opère un changement radical de direction pour ce qui est de son design, de son ergonomie et intègre un capteur CMOS de nouvelle génération (nous avions testé le NX100 l’an dernier).

Publié le 2 janvier 2012 - 0:00 par La rédaction

Design, qualité de fabrication

On appréciera le changement de design par rapport au NX100. Le NX200 adopte un look sérieux, tout de noir vêtu et offre un bosselage proéminent pour une excellente préhension, souvent point faible des compacts à objectif interchangeable. La finition métallique est très qualitative. L’ajustement est de haut niveau et les boutons aisés à manipuler. La bague de mode de prise de vue en acier est crénelée pour une manipulation efficace. On regrettera simplement que la molette du pont supérieur soit un peu trop éloignée de l’emplacement naturel de l’index qui doit la manipuler et qu’elle ne soit pas cliquable. A par cela, l’ergonomie du NX200 est pour le moins satisfaisante.
La bague du choix des modes de pris de vue est bien remplie, ce que nous aimons ! Elle permet d’accéder directement aux modes PSAM et tout auto (Smart), mais aussi au mode scène, au mode photo panoramique par balayage, au mode « magic » très sympa sur lequel nous reviendrons et au mode priorité objectif qui permet de piloter l’appareil avec le bouton iFn de l’optique et la bague de mise au point.

Samsung NX200
Publicité


Le NX200 est très fin tout en offrant un bosselage pour un meilleur grip.

Samsung NX200
L’arrière du NX200 est doté d’un petitit repose-pouce texturé. La molette se manipule très bien et on appréciera le bouton de lancement de l’enregistrement vidéo Full HD depuis n’importe quel mode de prise d evue avec le bouton rouge de raccourci.

Écran AMOLED, impasse sur la visée d’oeil

Samsung est un grand promoteur de la technologie d’affichage AMOLED, une technologie appréciée pour la richesse de ses couleurs et son contraste qui donne du pep’s aux images. L’écran du NX200 mesure 3″ pour 614 000 points et nous aurions aimé qu’il devînt tactile, ce qui aurait amélioré l’expérience utilisateur comme sur les Panaosnic G depuis pas mal de temps maintenant. Mis à part le bel écran, le NX200 n’offre pas d’autre dispositif de visée et en extérieur, un viseur d’oeil, même électronique, aurait été utile quand la luminosité est vraiment importante. Il faudra alors acheter et monter le viseur optionnel EF 100V, qui se monte sur la griffe porte-flash, ce qui privera le NX200 de flash….
Les menus très graphiques tirent parti du rendu flatteur de l’écran AMOLED.

Samsung NX200

Samsung NX200
Le petit repose-pouce fait son office. Notez la double molette (sur le dessus + roue codeuse arrière) et le bouton de raccourci d’activation de l’enregistrement vidéo

Samsung NX200
Carte SD, port mini-USB et HDMI pour partage instantané des vidéos Full HD ou des photos prises en 3D.

Samsung NX200
Modes PSAM, modes scène, mode smart tout automatique avec détection de la scène cadrée, mode créatif « magic », prise de vue panoramique, le NX200 offre des modes qui s’adressent aussi bien aux débutants qu’aux photographes aguerris.
Samsung NX200
L’affichage de la compensation de l’exposition en surimpression en bas de l’écran.

Ludique avec le mode Magic

Samsung a judicieusement positionné le NX200 sur un large créneau. Sa polyvalence permettra de satisfaire le plus grand nombre de photographes. Pour les amateurs, mais pourquoi pas pour les autres aussi… le NX200 offre le mode « magic » qui rassemble divers filtres artistiques et les bordures ludiques « magic frames ». Ces dernières permettent de prendre une photo et de l’insérer dans un cadre illustré. Vous pourrez donc faire faire la une d’un magazine à votre chat, insérer un paysage de vacances dans un format de carte postale ou afficher votre moitié sur un espace publicitaire d’abribus. Nous avions déjà aimé ce concept lors du test du Samsung Multiview MV800.
L’autre aspect du mode « Magic » est l’utilisation de nombreux filtres créatifs parmi lesquels vignetage, miniature, fish-eye (maladroitement traduit par « oeil de poisson », no comment), esquisse, onirique qui imite un effet soft focus, et quelques rendus vintage dans l’air du temps (cf le succès d’Instagram sur iPhone)

Test du compact hybride Samsung NX200

Objectif / iFn et mode « priorité objectif »

L’an dernier, Samsung faisait la promotion de son objectif iFn 20-50mm, mais, épinglé pour son impasse sur tout dispositif de stabilisation optique, il est aujourd’hui plus ou moins remplacé par le 18-55mm OIS pour équiper le NX200 dans les kits. Il offre une amplitude plus confortable (27-82mm) et la stabilisation optique de l’image, un système qui brille pour son efficacité : nous avons pu prendre des photos à 1/10s à main levée en téléobjectif. Le problème de cet objectif est son encombrement et son poids élevé qui déséquilibrent l’ensemble et qui font perdre le côté compact et léger du NX200.
Côté optique, le zoom du kit est performant au centre, mais son piqué s’affaiblit dans les angles et il peine à servir le capteur APS-C de 10,3 mégapixels, une résolution qui demande des optiques de très haut niveau pour exploiter son potentiel de définition.

Test du compact hybride Samsung NX200
Le bouton iFn sur le côté de l’objectif.

Le mode priorité objectif permet de tirer parti du système iFn lancé par Samsung avec le NX100 : c’est la touche iFn qui donne le choix entre les différents modes de prise de vue et effets. On les sélectionne ensuite en faisant tourner la bague de l’objectif, un peu comme on choisissait l’ouverture sur l’objectif il y a encore quelques années.

Samsung NX200

iFn, avec le NX200, est passé en version 2.0 et apporte deux principales nouveautés :
– L’appareil compatible iFn 2.0 reconnaît le type d’objectif monté sur l’appareil et se met dans un mode adapté à la spécificité de l’optique pour gagner un peu de temps.
– Le menu des réglages iFn est personnalisable et l’utilisateur pourra épurer les réglages qui défilent avec le bouton iFn pour ne conserver par exemple plus que l’ouverture, la vitesse et la sensibilité.

Test du compact hybride Samsung NX200


Le mode « magic » accessible directement depuis la bague de sélection du mode de prise de vue ravira les photographes désireux de s’essayer à des effets bien réalisés.

Samsung NX200
Le smenus du NX200 sont une réussite avec un rappel des réglages de l’appareil que l’on peut alors modifier à la volée. Ces menus, tout en icônes et transparence sont très esthétiques.

Bouton Fn 2.0 du NX200 : synthèse des réglages possibles

Le bouton des objectifs iFn est accompagné d’un autre bouton « Fn » situé à l’arrière du NX200. Il permet d’afficher la synthèse des réglages disponibles. On navigue alors très aisément de l’un à l’autre (merci la molette supérieure et la roue codeuse arrière).

Samsung NX200

Le bouton iFn tombe juste sous le pouce lorsque l’on tient le NX200 avec la main gauche sous l’objectif.

La gamme optique

Condition sine qua non du succès de la gamme NX, la gamme d’objectifs compatibles tarde à s’étoffer ce qui est pénalisant, car le peu de choix d’objectifs NX réduit le terrain de jeu des photographes qui opteraient pour le système NX.
Pour l’heure, voici l’intégralité de la gamme optique Samsung NX :
– 18-55mm OIS (iFn, stabilisé)
– 20-50mm iFn (testé avec le NX100, non stabilisé, iFn)
– 50-200mm OIS (non iFn, mais stabilisé)
– Pancake 20mm f/2.8 (iFn)
– Pancake 30mm f/2 (non iFn)
– 85 mm f/1.4 (nous avons pu prendre en main cette belle focale à portrait lumineuse lors de l’IFA. L’objectif semble optiquement très qualitatif, mais est aussi encombrant qu’un 85mm pour un reflex numérique classique).

Samsung NX200
C’est avec un objectif pancake que le NX200 s’appréciera le mieux. Le « izoom » accessible via la racourci iFn le rendra plus polyvalent.

Signe de la jeunesse du concept, la gamme d’objectifs NX est un peu courte et les objectifs bénéficient trop peu des efforts de miniaturisation des ingénieurs Samsung. Mais Samsung est à l’oeuvre et va compléter sa gamme d’objectifs en monture NX avec la sortie attendue d’un 60mm macro F/2.8, d’un objectif polyvalent idéal pour le voyage 18-200mm, un autre pancake en 16 mm F/2.4.
On regrette d’ailleurs que pour le moment, le NX200 ne soit proposé qu’en kit avec le zoom 18-55mm OIS et jamais en kit avec un pancake, ou, mieux encore, en kit avec à la fois le zoom 18-55mm et un pancake. Panasonic a intelligemment décliné son offre de kits avec de nombreux doubles kits. D’ailleurs, Panaosnic, source d’inspiration pour de nombreuses marques de compacts hybrides a montré la voie en matière de miniaturisation des objectifs avec le petit Powerzoom 14-42mm X motorisé. Nous aurions adoré voir le NX200, un appareil compact, assorti d’une optique 3x réellement compacte.

Ici le nouveau 85mm f/1.4 : séduisant par des promesses optiques aléchantes, mais aussi très encombrant pour un objectif de compact hybride.

Absence de flash pop-up

Comme son prédécesseur le NX100, le NX200 n’est pas pourvu de flash incorporé et cette double faute vaut carton rouge à nos yeux. Trop d’hybrides arrivent sur le marché avec un flash externe, une ineptie. Alors que le concept même de compact à objectif interchangeable est loué par les fabricants pour leur simplicité d’utilisation, comment forcer un amateur à trainer un petit flash externe dans son sac et le lui faire monter quand la scène photographiée le nécessite ? Qui va penser à l’emporter avec soi systématiquement ? Tout cela pour gagner quelques mm3 et grammes sur la balance afin de figurer en bonne position par rapport aux concurrents tous plus compacts les uns que les autres ?
Samsung a tout de même le bon goût de fournir le flash externe avec le NX200. Il est très modeste avec un nombre guide de 8 et se monte sur la griffe porte-accessoire, emplacement éventuellement occupé par le viseur électronique optionnel. Viseur ou flash, il faudra choisir.
Hélas, d’autres fabricants font la même erreur que Samsung. C’est le cas de Sony avec le NEX-5N (alors que le NEX-7 a un flash intégré), de Nikon avec le Nikon V1 (alors que le J1 a un flash intégré) ou encore d’Olympus qui, sur sa gamme Pen 2011 a doté les Pen E-PL3 et Pen E-P3 d’un flash incorporé, alors que le Pen E-PM1 en est privé.

AF : mise au point en 0,10 s

Avec sa rafale 7 i/s, le NX200 est agrémenté d’un autofocus réellement séduisant. La mise au point est instantanée et ne souffre d’aucun délai vraiment perceptible avec un temps de prise de vue, mise au point incluse, de quelques dixièmes de seconde seulement. Samsung annonce que l’appareil peut faire le point en seulement 100 ms. Lors de notre prise en main du NX200 à l’IFA, nous avions utilisé le NX200 avec une optique pancake (le 20mm f/2.8), une focale fixe, sur un stand relativement bien éclairé. Dans ces conditions optimales, il était peu surprenant de voir l’AF faire la mise au point très rapidement et nous avions quelques doutes quant à sa diligence avec un zoom, moins lumineux et dans des conditions de luminosité moins idéales.
Mais la vitalité de l’autofocus annoncée est au rendez-vous et appréciable sur le terrain, avec une mise au point qui est de l’ordre de l’instantanéité. C’est désormais la règle sur le segment des compacts numériques hybrides.

Le zoom 18-55mm du kit de base qui accompagne le NX200 contraste par son encombrement avec la faible profondeur du boitier.

Le NX200 est positionné à 849 euros avec le zoom 18-55mm OIS.

Capteur

C’est donc un tout nouvel imageur CMOS de 20,3 mégapixels qui a été retenu sur le NX200, qui accède ainsi aux très hautes résolutions, non loin du NEX-7 de Sony et de ses 24 mégapixels. Il permet également d’offrir la vidéo Full HD en 30p avec son stéréo, ainsi que des fonctions annexes comme la prise de vue panoramique par balayage ou encore de photos en 3D et un mode rafale véloce atteignant 7 i/s.
La prise de vue panoramique par balayage reste moins performante sur le NX200 que ce que l’on connaît sur les appareils Sony, compacts NEX, compacts Cybershot comme sur les derniers reflex comme le SLT-A77.

Test du compact hybride Samsung NX200
Le capteur du NX200, généreux en taille (APS-C) et en pixels (20 mégapixels).

Qualité d’image

La grosse définition du capteur, même si elle n’est pas pleinement exploitée par l’optique du kit, offre l’avantage du potentiel de recadrage quand on utilise le NX200 avec une focale fixe de type pancake. D’ailleurs, le bouton iFn donne directement accès à des ratios de recadrage qui éviteront d’avoir à le faire en post traitement. Voilà qui rend l’utilisation d’un pancake plus confortable sans trop y perdre en qualité d’image, vu que l’on bénéficie d’une vingtaine de mégapixels.
Pour peu que l’on diaphragme un peu, le zoom du kit gagnant en homogénéité, on atteint un niveau de détails enregistrés par le capteur 20 mégapixels très important, des détails accentués par une netteté appuyée par défaut, un paramètre qui poussera de nombreux utilisateurs à utiliser le NX200 en RAW pour une plus grande latitude de post traitement. Mais cette accentuation relevée ne nuit pas à la qualité d’image en haute sensibilité comme nous le détaillons ci-dessous.

Voici en images le rendu du NX200 de 200 à 12800 ISO :


Samsung NX200 à 200 ISO.
Cliquez sur la photo pour la télécharger en pleine résolution.


Samsung NX200 à 400 ISO.
Cliquez sur la photo pour la télécharger en pleine résolution.


Samsung NX200 à 800 ISO.
Cliquez sur la photo pour la télécharger en pleine résolution.


Samsung NX200 à 1600 ISO.
Cliquez sur la photo pour la télécharger en pleine résolution.


Samsung NX200 à 3200 ISO.
Cliquez sur la photo pour la télécharger en pleine résolution.


Samsung NX200 à 6400 ISO.
Cliquez sur la photo pour la télécharger en pleine résolution.


Samsung NX200 à 12800 ISO.
Cliquez sur la photo pour la télécharger en pleine résolution.

Zoomons un peu dans la photo-témoin du test du Samsung NX200, d’un billet de 10 HK$. Le capteur 20 mégapixels, de technologie CMOS s’en sort très bien de 200 à 800 ISO, sensibilité à laquelle on détecte un premier lissage, mais les détails sont bien là. De plus, la grosse définition du capteur rendra ce lissage imperceptible sur un tirage à 800 comme à 1600 ISO. Ce lissage s’intensifie de manière très progressive sans « coup de cul » jusqu’à 3200 ISO. La donne change en revanche à 6 400 ISO et 12 800 ISO.
Pour résumer, on peut utiliser le NX200 sans arrière-pensée jusqu’à 1600 ISO et limiter sans s’interdire l’usage de l’hybride à 3200 ISO.

Voici les vues à 100 % de notre photo-témoin.

Dans cette galerie de photos issues du test du NX200 accompagné de son objectif 18-55mm OIS iFn, vous pouvez télécharger le fichier JPG directement produit par l’appareil en cliquant sur les vignettes.


200 ISO – 1/60s à f/4,5
35 mm équivalent 53 mm


800 ISO – 1/50s à f/4,5
30 mm équivalent 46 mm


200 ISO – 1/15s à f/5,6
55 mm équivalent 84 mm

Le Samsung NX200 est utilisé ici dans le mode de rendu noir et blanc. On notera que le stabilisateur optique de l’objectif OIS a parfaitement joué son rôle puisque la photo est nette malgré une vitesse d’obturation très lente de 1/10s, à main levée et en téléobjectif, ce qui décuple le flou, si flou de bougé il y a.


200 ISO – 1/10s à f/5,6
35 mm équivalent 53 mm
.
Le capteur APS-C pourrait donner une meilleure maîtrise de la profondeur de champ s’il était utilisé avec des objectifs dotés d’ouvertures plus généreuses que le zoom de base.


200 ISO – 1/5s à f/8
55 mm équivalent 84 mm
. Le niveau de détails restitué par le NX200 est important.


200 ISO – 1/200s à f/4,0
18 mm équivalent 27 mm


200 ISO – 1/100s à f/5,6
18 mm équivalent 27 mm

Photo test en grand-angle.


200 ISO – 1/80s à f/5,6
55 mm équivalent 84 mm

La même photo que plus haut, mais en télé, à 55 mm.


200 ISO – 1/40s à f/3,5
18 mm équivalent 27 mm. Les ombres restent très propres.


200 ISO – 1/50s à f/4,0
22 mm équivalent 33 mm.

Test du Samsung NX200 : conclusion

Géant de l’électronique, Samsung tire tous azimuts, mais commence à acquérir un savoir-faire en matériel photo, le NX200 en est une bonne illustration. Après un NX100 peu convaincant, en une année, Samsung n’a pas hésité à remettre son porte-drapeau de la gamme NX sur la planche à dessin pour une refonte totale avec une ergonomie très convaincante, une des meilleures du marché avec l’Ifn 2.0, un boitier compact et assez bien fini, un autofocus dont la célérité est dans l’air du temps d’un hybride millésime 2011/2012 et un nouveau capteur en technologie CMOS, qui permet au NX200 d’offrir enfin la vidéo Full HD et des rafales rapides à 7 i/s, mais qui offre surtout à la fois une restitution importante des détails avec ses 20 mégapixels et une belle qualité d’image dans les hautes sensibilités ISO.
Les grandes qualités du Samsung NX200 sont quelque peu éclipsées par l’absence ridicule de flash intégré ainsi qu’une gamme optique encore trop peu séduisante, faute de variété dans l’offre et un zoom 18-55mm OIS du kit trop encombrant, ce qui grève l’intérêt d’un compact numérique à objectif interchangeable sans viseur.

+ Ergonomie efficace
+ Excellent rendu des détails
+ Bonne qualité d’image en haute sensibilité jusqu’à 3200 ISO
+ Mode « magic » très ludique et facile d’accès
+ Vidéo Full HD
+ Efficacité de la stabilisation d’image du zoom du kit
+ Réactivité de l’autofocus

– Absence de flash intégré
– Objectif 18-55mm encombrant
– Gamme d’objectifs limitée

Vos réactions sur le forum

Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *