Test du Panasonic Lumix DMC-LX7

Test du Panasonic Lumix DMC-LX7

Le Panasonic Lumix DMC-LX7 est le nouveau compact numérique expert dont l’annonce durant l’été 2012 a été chaudement accueillie. Cette année, le nouveau Lumix haut-de-gamme s’enrichit de quelques nouveautés et améliorations bienvenues. En effet, si le LX7 reprend le format compact de son prédécesseur le LX5, Il apporte deux nouveautés essentielles : un nouveau capteur rétro éclairé à technologie CMOS et un nouvel objectif dont, comme nous le verrons plus bas dans le test, la grande luminosité sur toute la plage de focale rend l’appareil extrêmement attrayant.

Publié le 26 novembre 2012 - 0:00 par La rédaction

Dès son déballage, nous avons immédiatement pris plaisir à manipuler le Panasonic LX7 : l’appareil est compact, bien fini et son boîtier en métal procure une sensation de robustesse du fait de la densité immédiat. Contrairement à certains autres appareils compacts numériques experts, le LX7 est véritablement compact : on peut le glisser dans une poche. C’est le critère-clé pour savoir si oui ou non un appareil photo est véritablement un appareil compact, appelé d’ailleurs « pocket camera » en anglais. Opter pour un appareil photo compact, c’est se faciliter la vie, et surtout maximiser les chances d’avoir le plus souvent possible son appareil photo avec soi.

La mise sous tension de l’appareil est très rapide, à l’image du fonctionnement global de l’appareil. Ce dernier est prêt à photographier en moins d’une seconde, juste le temps de s’activer et de sortir l’objectif 24-90mm dont nous reparlerons plus bas. Le LX7 est un compact numérique moderne, et par moderne, nous entendons très réactif. Sa mise au point s’effectue sans délai, le gage de ne jamais rater l’instant décisif. Cette réactivité générale est très agréable.

Panasonic LX7
Publicité

Le Panasonic LX7 et son flash pop-up. Le boitier est un véritable compact.

 

Le fonctionnement de l’appareil bénéficie d’une molette arrière clicable très pratique même si son crénelage aurait pu être dessinée différemment pour la rendre plus facile à manipuler. Le LX7 donne le meilleur de lui-même lorsqu’on l’utilise en mode priorité ouverture, un mode qui permet de piloter l’ouverture via la bague de commande du diaphragme manuelle située autour de l’objectif, et marquée des repères des différentes ouvertures. Si un des concurrents du LX7, soit le Sony RX100, est équipé d’un système similaire, la bague qui entoure l’objectif est à commande électronique, et cela change tout. Le Panasonic Lumix DMC-LX7 et son ergonomie traditionnelle pour ce qui est du calage de l’ouverture procurent un grand plaisir d’utilisation. Toujours autour de l’objectif, on trouve un taquet qui permet de choisir le format de l’image, c’est devenu une tradition sur les Lumix experts, par cela nous entendons le ratio entre largeur et hauteur des photos. Le LX7 offre le choix parmi le format carré, le format 4:3, le format 3:2, et le format 16:9. La possibilité de régler le ratio de l’image via ce taquet manuel aussi facilement est une invitation à passer sur un format carré pour une photo qui s’y prêterait, à revenir sur un format homothétique au 10 x 15 cm  ou explorer le ratio un tantinet panoramique 16:9 qui permettra aux photos prises dans ce format de s’intégrer parfaitement
l’intérieur d’une vidéo.
Panasonic LX7
Au dos du Panasonic LX7 : molette cliquable et écran 920 000 points.

 

Absence de viseur / bel écran

Pour bénéficier d’un viseur d’oeil sur le LX7, il faudra lui greffer un viseur électronique optionnel qui se monte sur la griffe porte-accessoires de l’appareil, mais l’écran de 3″ pour 921 000 points est à la hauteur du positionnement haut de gamme de l’appareil et assure une bonne lisibilité, y compris en extérieur. Nous n’avons jamais ressenti le besoin, lors de notre essai du LX7, de lui greffer le viseur optionnel LVF2 (EVF) ou VF1 (optique) dont le prix d’achat représentant plus un surcoût de plus de 50 % du montant de l’appareil lui-même.

Objectif 24-90mm f/1,4-2,3 : belle pièce d’optique

 

Un des principaux atouts du Panasonic Lumix LX7 est conteste son objectif. Il offre une plage de longueurs focales idéalement étagée entre le grand-angle 24mm et le téléobjectif 90mm, qui
pourra être considéré comme une focale traditionnelle de portrait. Mais l’autre atout de l’objectif du Lumix LX7  et d’offrir une luminosité jamais vu sur un compact numérique. D’ailleurs l’appareil arbore
fièrement son ouverture maximale à 24 mm qui est de f/1,4, une première. Mais ce n’est pas tout puisqu’en effet, même au téléobjectif, l’objectif du LX7 demeure particulièrement lumineux avec une ouverture maximale de f/2,3. Non seulement cette grande ouverture au téléobjectif comme au grand-angle permettra d’avoir à recourir moins souvent au flash ou aux très hautes sensibilités, mais elle facilite également l’obtention d’un flou d’arrière-plan le plus doux possible. On voit fleurir depuis quelques mois des compacts numériques experts dotés d’une ouverture maximale très importante, mais uniquement en grand-angle. C’est le cas du Sony RX100 dont l’ouverture maximale au téléobjectif et de seulement f/4,9 ce qui rend extrêmement difficile l’obtention d’un fond flou et cela, malgré la plus grande taille du capteur 1″ qui l’équipe. Générer un bel effet de bokeh avec le Panasonic Lumix DMC-LX7 est beaucoup plus facile qu’avec la majorité de ses concurrents. L’ouverture minimale de l’objectif est de f/8 et dans certains cas, on peut vouloir laisser entrer encore moins de lumière sur le capteur comme par exemple pour réaliser un effet de filé sur une cascade ou pour filtrer la lumière quand on photographie un portrait en forte luminosité tout en conservant l’ouverture maximale de l’objectif sans dépasser la valeur d’obturation la plus rapide de l’appareil. Le Panasonic Lumix DMC-LX7 offre un filtre à densité de gris intégré qui permet d’abaisser la lumière qui rentre dans la chambre du capteur de trois diaphragmes. Le tableau serait parfait si l’objectif du Panasonic LX7 bénéficiait d’une commande de zooming manuelle.
Panasonic LX7
L’ergonomie du Panasonic LX7 tire parti de la bague manuelle de réglage de l’ouverture et du taquet de choix du ratio d’image.

 

Stabilisation d’image efficace

L’objectif du LX7 est stabilisé par un système optique très efficace qui nous a permis de photographier jusqu’à 1/15 de seconde à main levée et de nous passer de flash en intérieur.  Ce stabilisateur optique d’image permettra de stabiliser efficacement les vidéos. Justement, en vidéo, le Panasonic LX7 offre l’enregistrement Full HD, agrémenté du choix pratique entre un enregistrement AVCHD et MP4 plus malléable sans avoir à importer et décoder la vidéo, un format qui permettra un partage instantané sur les sites vidéo communautaires ou les réseaux sociaux.

Panasonic LX7
Troisième réglage manuel autour de l’objectif : le choix du mode autofocus.

Capteur 1/1,7″ – CMOS rétroéclairé

Le capteur du Panasonic LX7 mesure toujours 1/1,7″ comme sur les LX3, LX5… ce qui est un peu plus grand que la moyenne des capteurs qui équipent nos compacts numériques. Mais il évolue avec l’adoption de la technologie CMOS rétroéclairé qui permet au capteur d’offrir une meilleure qualité d’image en haute sensibilité, des rafales rapides (le LX7 dépasse les 10 i/s !) et l’enregistrement vidéo full HD. Il est révolu le temps du bon vieux CCD 1/1,7″ qui équipait tous les compacts experts du marché. Tous les fabricants l’ont aujourd’hui remplacé par ce nouvel imageur. La grande gagnante de ce nouveau capteur est la qualité d’image. Le LX7 est un 10 mégapixels de qualité dont les images sont de haute voltige de 100 à 400 ISO. Si l’appareil peut être utilisé en théorie jusqu’à 12 800 ISO, la photo comparative de la qualité d’image aux différentes sensibilités montre clairement que les positions 6 400 ISO et 12 800 ISO sont à conserver aux conditions extrêmes de sauvetage d’une photo qui ne pourrait pas être réalisée à une autre sensibilité. Avec un capteur plus petit que certains concurrents, comme le capteur 2/3″ du Fujifilm X10 ou 1″ du Sony Cyber-shot DSC-RX100, le Panasonic LX7 n’accuse pas, entre 400 et 1600 ISO, une différence réellement remarquable.


Le Panasonic LX7 comparé au Samsung EX2F.
Le Panasonic LX7 comparé au Samsung EX2F dont l’écran articulé ne grève pas énormément l’encombrement de l’appareil.

Test du Panasonic LX7 : qualité d’image

Le Panasonic Lumix DMC-LX7  Préfigure la qualité d’image de tous les compacts experts 2012-2013 puisque c’est un des premiers appareils photo à embarquer le nouveau capteur CMOS rétroéclairé 1/1,7″. Comme on le voit sur la photo comparative ci-dessous, il réalise un bond qualitatif par rapport à l’ancien capteur CCD.  Nous le retrouverons sur l’ensemble des compacts numériques experts dotés de cette dimension de capteur, les les Canon Powershot G15 et S110, l’Olympus XZ-2, le Samsung EX2F ou encore le Nikon Coolpix P7700. (mais pas le Nikon Coolpix P310 qui reste en CCD, n’ayant  pas eu de remplaçant annoncé, encore).
Sur cette photo affichée ici à l’échelle 1:1, qui a la fâcheuse tendance à amplifier les défauts puisque cela revient à coller son nez sur un tirage photo agrandi, on voit bien qu’entre 100 et 400 ISO l’appareil délivre une qualité d’image qui ne perd pas en piqué. Cela signifie qu’avec le Panasonic LX7, on pourra passer 100 à 200 voire 400 ISO sans avoir peur de sacrifier la qualité d’image, si l’on ne se soucie pas de la plage dynamique toutefois, qui devrait logiquement augmenter au fur et à mesure que l’on baisse la sensibilité. On constate une baisse progressive de la qualité d’image à 800 et 1600 ISO avec l’apparition de moutonnements dus au processus d’atténuation du bruit, mais la dégradation est très légère. Ce n’est qu’à 3200 ISO que le Panasonic LX7 commence à montrer ses limites. Mais l’image reste exploitable. Ce n’est en revanche pas le cas dépositions 6 400 ISO et 12 800 ISO.

 

Cette qualité d’image jusqu’à 1600 ISO, et dans une autre mesure jusqu’à 3200 ISO, alliée à l’ouverture généreuse de l’objectif du Panasonic LX7 est le gage d’un maximum de photos réussies et retarde d’autant plus l’utilisation du flash intégré.

 

Le logiciel interne de l’appareil corrige les défauts optiques de l’objectif à commencer par la distorsion, qui s’avère être en réalité très importante. On s’en aperçoit lorsque l’on utilise le format Raw permis par le LX7, une autre force de cet appareil, puisque l’on pourra développer ses fichier bruts aux petits oignons dans un logiciel comme Camera RAW, Lightroom, Aperture ou DxO Optics Pro. Nous recommanderions un des logiciels qui permet de corriger la distorsion des objectifs, Lightroom et ACR ou DxO.

Test du Panasonic LX7 : conclusion

Après avoir littéralement adoré le Sony Cyber-shot DSC-RX100, nous ne pensions pas apprécier autant un appareil doté d’un capteur plus petit, comme le Panasonic LX7. Mais ce dernier nous a emballés. C’est un appareil bien pensé, bien construit, avec une finition luxueuse et solide, une ergonomie adaptée à un usage que l’on pourrait qualifier d’expert, optimisé pour le mode priorité ouverture grâce à la bague manuelle de réglage de l’ouverture autour de l’objectif, personnalisable, dote d’un écran de qualité et d’une réactivité qui place le LX7 parmi les appareils les plus rapides de son segment. Le
couple capteur-objectif est également extrêmement séduisant, avec un objectif lumineux sur toute la plage focale qui va du 24 mm idéal pour les paysages au 90 mm parfait pour les portraits, propice à la
génération d’un bel effet de flou d’arrière-plan. Le capteur n’est pas en reste avec l’adoption d’un imageur enfin moderne, de plus grande dimension que la moyenne des appareils photo compacts du marché,
excellent de 100 à 400 ISO, très bon jusqu’à 1600 et 3200 ISO, qui fera le bonheur des propriétaires de Lumix DMC-LX7. Rafale rapide, vidéo full HD, stabilisation d’image efficace, filtre artistique, présence du format RAW,  finissent de faire du Panasonic LX7 un appareil photo de choix, peut-être le meilleur choix pour son rapport encombrement / qualité d’image / agrément photo. Dans un autre esprit, il nous a presque tout autant séduits que le Sony RX100. Panasonic  nous fait payer toutes ses qualités au plein tarif et il faut débourser environ 450 euros pour s’offrir le compact numérique premium vu par Panasonic.

Test du Panasonic LX7 : galerie de photos téléchargeables

Test Panasonic LX7
Panasonic LX7 – 400 ISO – 75mm – f/2.2 – 1/20stest lumix LX7Panasonic LX7 – 400 ISO – 37mm – f/1.7 – 1/40stest appareil panasonic lx7Panasonic LX7 – 200 ISO – 47mm – f/2 – 1/15s
A 1/15s pour 45mm, le stabilisateur d’image atteint sa limite.

test du Panasonic LX7

Panasonic LX7 – 80 ISO – 25mm – f/2.8 – 1/320s

Test du Panasonic Lumix DMC-LX7

Panasonic LX7 – 200 ISO – 90mm – f/2.3 – 1/800s

Test du Panasonic DMC-LMX7

Panasonic LX7 – 80 ISO – 36mm – f/2 – 1/125s

Panasonic LX7 – 400 ISO – 24mm – f/1.4 – 1/125s
Grâce à l’ouverture très importante de son objectif, le LX7 permet de
générer un flou d’arrière plan même au grand-angle comme ici à 24mm.

Panasonic LX7 – 400 ISO – 80mm – f/2.2 – 1/15s

Test Panasonic LX7

Panasonic LX7 – 400 ISO – 90mm – f/2.3 – 1/25s
Correction d’exposition -1EV
La conjonction d’un stabilisateur d’image efficace et d’un objectif
lumineux limite le besoin de booster la sensibilité de l’appareil.

Panasonic LX7 – 400 ISO – 65mm – f/2 – 1/160s



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *