Test du reflex numérique Canon EOS 350D

Test du reflex numérique Canon EOS 350D

On connaît le succès rencontré par le Canon EOS 300D, premier reflex numérique qui va casser le prix et franchir la barrière des 1000 euros. Pour rappel, en 2003 et début 2004, pas de numérique pour les amateur de visée reflex à moindre frais. Chaque appareil, même moyen de gamme était facturé à prix d’or dès lors qu’il s’agissait d’un reflex numérique. Puis, Canon, arrivé en libérateur, a lancé ce fameux EOS 300D. La marque nippone, avec ce modèle, venait de vraiment lancer la nouvelle ère du numérique.

En effet, pour beaucoup d’amateur, un vrai appareil photo est un reflex (qualité de la visée, réponse de l’obturateur, autofocus puissant et rapide, optiques interchangeables?) et avec le 300D, le reflex numérique, certes toujours un peu cher, devient abordable pour le plus grand nombre. Le 300D s’est très bien vendu. Son unique concurrent était le Nikon D70, certes excellent et un peu supérieur, mais tarifé 300 à 400 euros plus cher. En plein succès, Canon a frappé un deuxième coup en annonçant celui qu’on pensait être le remplaçant du 300D : le 350D. Or, il ne remplace pas le 300D dans le catalogue Canon, mais il se positionne un cran au dessus. Par contre, le 350D cannibalise les ventes de 300D car on le trouve à 600 euros boîtier nu alors qu’on peut s’offrir un 350D pour 800 euros. Si 200 euros représentent une somme en soi, ce n’est rien pour la différence qui sépare le 300D du 350D.

Le 350D est en effet de loin supérieur et ce, sur plusieurs plans : tout d’abord sa résolution qui passe de 6 à 8 mégapixels. Nous le verrons aussi plus loin, le 300D avait été un peu épinglé pour ses limitations logicielles qui le privaient artificiellement de certaines fonctions afin de justifier un 10D vendu le double pour une même qualité d’image. Le 350D s’est affranchi de ces limitations et il est très proche du 20D, en fonctions comme en performances, mais il assume tout à fait son positionnement amateur.

Nous avons mis le 350D à l’épreuve du terrain et du banc d’essai DxO Analyser pour savoir ce qu’il a dans le ventre.

Publié le 21 juin 2005 - 0:00 par La rédaction

ERGONOMIE

Canon EOS 350D - 15 mm et 17% du poids gagnés
Si le 300D était déjà un reflex compact et léger, Canon s’est payé le luxe d’aller encore plus loin et de réduire son volume et son poids. C’est le progrès, on miniaturise et on va plus loin chaque année. Cela permet de toucher un public plus large rebuté bien souvent par la grosse taille des reflex. Un reflex compact, c’est pratique tout de même, en voyage, en ballade, etc.? D’autant plus que les optiques EF-S, soit celles optimisées pour le numérique, sont elles aussi plus compactes et plus légères. Voilà un bénéfice inattendu du numérique pour un reflex : compacité et légèreté. Par contre la poignée est assez mince et ne nous a pas fourni un grip très confortable. Si vous êtes de ceux qui préfèrent une bonne prise en main avec un reflex un peu massif comme les appareils pro EOS 1D ou semi pro 20D, vous serez un peu déçus et éprouverez le besoin d’acquérir la poignée grip optionnelle qui permet en plus de loger deux batteries.

Canon EOS 350D - Gaine granuleuse
Le revêtement du 350D est un peu granuleux et nous avons trouvé cela un peu désagréable. Par ailleurs, la qualité perçue des plastiques n’inspire pas vraiment confiance mais on voit bien que l’appareil est tout de même très robuste. Comme nous l’avons dit en introduction, le 350D assume parfaitement son positionnement amateur et laisse ces détails de finition à ces aînés dans la gamme. Par contre, il reprend des appareils haut de gamme la couleur noire qui tranche avec les années « argent flashy » des EOS grand publics. C’est plus discret et pour certains, ça peut être un critère de choix.

La tulipe de commandes du Canon EOS 350D

Publicité

Canon EOS 350D - Boutons directionnels

La roue codeuse arrière des EOS pro et semi pro disparaît et le bouton multidirectionnel sous forme de joystick devient un ensemble de 4 boutons distincts plus un bouton central de validation. Un petit peu moins pratique pour la sélection de collimateur autofocus, le système fonctionne tout aussi bien pour la navigation dans les menus, etc.

L'écran liliputien du Canon EOS 350DCanon EOS 350D - Encore un écran rikiki !
L’écran LCD arrière ne fait que 1,8 pouce de diagonal, ce qui, en 2005, est inexcusable. C’est la spécialité de Canon d’affubler ses appareils de si petits écrans? c’est bien dommage, car le confort d’un écran de 2,5 pouces comme le Minolta Dimage 7D est inégalable avec un petit écran comme sur le 350D de 1,8″ pour 115 000 pixels. Comment visionner une photo correctement pour en vérifier l’exposition ou la mise au point, même si vous pouvez zoomer jusqu’à 10x en mode visualisation ? Les menus sont très logiques et organisés par couleur. Les menus Canon ont fait leurs preuves. Le deuxième écran LCD monochrome qui reprends les différents réglages de l’appareil est situé, non pas sur le dessus de l’appareil, Le bouton d'illumination du second écran LCD du Canon EOS 350Dmais sur le dos, juste au dessus de l’écran couleur principal. Ce positionnement est assez étrange et demande une petite habitude. Cet emplacement a du être décidé pour faire gagner de la place sur le haut du boîtier et arriver à rendre l’appareil encore plus compact. Notons qu’un petit bouton permet d’illuminer l’écran. Cette fonction est très utile de nuit pour vérifier les paramètres de prise de vue. L’EOS 20D en est dépourvu.

Canon EOS 350D - Nouvelle batterie pour grosse autonomie
La batterie utilisé sur le 350D est différente de la très classique BP-511 et est presque deux fois plus compacte. Reste que ceux qui pensaient investir dans un 350D en deuxième boîtier ne pourront pas utiliser leurs batteries de 20D ou de 1D. Par contre, cette batterie est déjà utilisée sur les compacts grand angle Canon Powershot S60 et S70. Malgré sa petite taille et du fait de l’optimisation de la consommation de l’appareil, la durée de vie de la batterie est excellente : 600 photos sans flash et 400 avec d’après Canon. Pondérons un peu ses données et disons qu’une batterie chargée à fond assurera au moins 300 photos. Belle performance, non ?

Canon EOS 350D - ouf, de la Compact Flash !
Du point de vue du stockage, nous nous réjouissons toujours de trouver un nouvel appareil dont le support de stockage est répandu et peu coûteux. Et c’est le cas du Canon EOS 350D qui utilise des cartes Compact Flash. Difficile de faire moins cher ! ET ceux qui possèdent d’autres reflex ou appareils numériques ont certainement déjà des cartes compact flash. Racheter des cartes mémoires représente un budget important et le format de carte mémoire est aussi à prendre en considération lorsque l’on choisit son appareil numérique. A voir un reflex si compact, on aurait pensé y trouver des cartes SD, format très compact et également bon marché. C’est sympa de la part de Canon d’avoir pensé à ceux qui sont déjà équipés. Les cartes type I et II sont acceptées et le système de gestion des fichiers de l’appareil est FAT 32, ce qui vous permet d’utiliser des capacités supérieures à 2 gigas.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *