Test du Fuji FinePix S3 Pro et son capteur Super CCD SRII

Test du Fuji FinePix S3 Pro et son capteur Super CCD SRII

Le FujiFilm FinePix S3 Pro s’est fait désiré, c’est le moins que l’on puisse dire. Annoncé en début d’année 2004, nous avons pu le prendre en main près de neuf mois plus tard lors de la Photokina 2004 qui se tient traditionnellement à l’automne. Lors de cette prise en main, nous avons immédiatement été séduit par l’ergonomie de l’appareil qui nous est apparu comme un des plus confortable du marché, certainement le meilleur grip à ce jour. Voilà le signe que l’on tient en main un appareil pro : ce ne sont pas des fiches techniques aux valeurs impressionnantes que les pros recherchent, mais bien des appareils pratiques, bien en main et qui vont remplir les fonctions que le pro va lui demander.

Si on a immédiatement une impression de tenir en main un appareil pro, le nom est là pour nous le rappeler : S3 Pro. Ce remplaçant du S2 Pro, qui datait déjà de 2002, se caractérise en premier par son capteur hors norme, doté de la technologie Super CCD SR II. Nous somme méfiant envers les nouvelles technologies de capteurs ou bien envers les interpolations un peu limites voire inutiles des résolutions que Fuji avait la mauvaise habitude de nous réserver. Ici, disons-le tout de suite : l’innovation est au RDV, elle apporte un réel plus et rend le FinePix S3 Pro irremplaçable sur le marché, de part sa plage dynamique super étendue, qu’il doit à son capteur Super CCD SR II.

Le capteur numérique battu depuis bien longtemps le film argentique sur le plan de la définition, mais il reste (ou plutôt il restait) un domaine dans lequel le film demeurait bien supérieur au numérique : la latitude d’exposition et la plage dynamique. Observez vos photos numériques et vous verrez que les hautes lumières sont systématiquement cramées, les zones claires perdent toute information et son irrattrapable en post traitement. Et bien, le S3 pro remédie à ce défaut bien connu et s’impose à nos yeux comme une alternative aux reflex pros et semi pros plus classiques des deux grandes marques pour satisfaire les perfectionnistes de l’exposition, ou tout simplement les amoureux des belles images.

Publié le 10 juillet 2005 - 0:00 par La rédaction

FujiFilm FinePix S3 Pro : le test

Publicité
Fuji FinePix S3 Pro – Finition Pro
La finition du FujiFilm FinePix S3 Pro est absolument excellente. Dès la prise en main, on peut tomber amoureux de cet appareil, aussi mastoc que ergonomique. En effet, son revêtement caoutchouté antidérapant est vraiment efficace. La poignée est parfaite, le pouce a même son logement. L’appareil est monobloc et la poignée verticale est aussi confortable et n’apparaît pas comme un ersatz de poignée comme souvent. Il ne lui manque plus qu’une bague de réglage à elle, petit oubli important tout de même. Tout est bien assemblé, les boutons ne bougent pas, les matériaux sont de qualité, ça sent l’appareil pro. Mais attention, il n’en est pas pour autant tropicalisé. Si le S3 est construit sur la base d’un Nikon F80, il n’y paraît pas qu’il est le résultat de l’accouplement d’un boîtier argentique avec la technologie silicone. D’aspect, l’appareil est très homogène. Beau travail, nous avons adoré.

FujiFilm FinePix S3 Pro : le testFuji FinePix S3 Pro – Ergonomie de pro
Le fonctionnement du FujiFilm FinePix S3 Pro est très typé pro. Pas de programme résultat, et seuls les modes semi automatiques priorité vitesse et ouverture persistent avec le mode P (synthèse des deux) et le mode entièrement manuel. Les programmes sont sélectionnables par la bague de commande on ne peut plus classique, si ce n’est qu’elle comporte également le réglage ISO. Pourquoi diable les ingénieurs Fuji ont-il disposé cette commande sur la bague et non rendue accessible via un bouton dédié sur l’appareil ?! En effet, il faut sortir de son mode de prise de vue pour aller sur le mode ISO, régler la sensibilité voulue puis (et là, ça devient lourd) retourner dans son mode de prise de vue. Mise à part ce petit tracas, le pilotage du S3 Pro est exemplaire : un deuxième écran LCD de contrôle affiche quatre paramètres à la fois via le bouton SYNC et sous chacun se trouve un bouton pour changer les valeurs. On appuie à nouveau sur le bouton FUNC et on affiche les quatre paramètres suivants (plage dynamique, résolution, etc.). Fort bien vu.

Fuji FinePix S3 Pro – Complet mais intuitifFujiFilm FinePix S3 Pro : le test
Le bouton arrière à quatre directions est très agréable à utiliser pour naviguer dans les menus ou passer d’une image à l’autre en mode visualisation. Les menus sont d’ailleurs très limités (ouf !) du fait de la présence de boutons dédiés et du menu FUNC sur l’appareil. Un vrai régal, on prend l’appareil en main en quelques minutes pour peu que l’on soit un minimum curieux. Pour aller plus loin, et avec l’aide du manuel, les fonctions de personnalisations permettent elles aussi de façonner le boîtier à son utilisation, signe d’un appareil pro. Etrangement, ces fonctions de customisation sont aussi disponibles via la baugue de commande. Etrangement aussi, la correction d’exposition paraît inversée : les ? à droite et les + à gauche. Question d’habitude.


FujiFilm FinePix S3 Pro : le test

Fuji FinePix S3 Pro – Ecran LCD 2″
L’écran arrière principal du S3 Pro fait 2″. Nous pestons souvent contre la petite taille des écrans sur les réflex qui se limitent trop souvent à 2.0″ voire 1.8″, mais il faut dire, à la décharge du Fuji, que sa résolution de 235 000 pixels et sa luminosité nous ont satisfaits. Il s’agit d’un TFT LCD, il est très efficace. Mais pour le S4, pensez à un écran 2.5″ minimum (merci Minolta de nous montrer la voie ;))

Fuji FinePix S3 Pro – Viseur
FujiFilm FinePix S3 Pro : le testAutre outil pour cadrer : le viseur, gros intérêt de la visée reflex pour sa luminosité et son instantanéité. On sait que la plupart des reflex numériques ont un viseur un peu étroit du fait de l’étroitesse de la taille du capteur au format APS-C. Le FinePix S3 Pro n’échappe pas à la règle. Il couvre environ 90-95% de l’image réelle, bon à savoir quand on photographie. Un viseur full frame est très onéreux et aurait gonflé le tarif du S3 pro. De plus, n’oublions pas que le S3 pro est fondé sur un Nikon F80. Mais sans être sensationnel, le viseur est correct.

Fuji FinePix S3 Pro – Déclenchement tout en douceur
FujiFilm FinePix S3 Pro : le testAutre signe qui ne trompe pas quand on est en présence d’un appareil pro : le déclencheur. Il nous a d’abord surpris par le peu de progressivité entre la mi-course et le déclenchement. Nous avons d’abord pesté puis nous nous y sommes très vite habitué pour finalement adorer ce déclencheur très doux. D’ailleurs le bruit du S3 Pro est extrêmement discret au déclenchement, le miroir est très bien amorti, l’opération est très veloutée, un vrai régal qui renforce le plaisir que l’on peut ressentir à manipuler le S3 Pro. Un appareil qui sera bon pour les ambiances feutrées comme les spectacles ou les cérémonies comme les mariages à l’Eglise.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *