Turquie: le Premier Ministre fait bloquer l'accès au réseau social Twitter

Turquie: le Premier Ministre fait bloquer l’accès au réseau social Twitter

Suite à la diffusion d’enregistrements le mettant en cause dans un scandale de corruption, le Premier ministre Erdogan a fait fermer le réseau social Twitter jeudi soir en Turquie. Il indique vouloir supprimer Twitter et se moque de ce que pourra dire la communauté internationale.

Publié le 21 mars 2014 - 9:41 par François Giraud

Twitter, le site de microblogging a été bloqué jeudi soir en Turquie, suite à une décision de justice. Les internautes turcs qui essaient de se connecter au réseau social sont redirigés sur une page émanant des services de télécommunications du pays indiquant qu’en vertu d’une décision de justice, ils ne peuvent plus accéder à leur réseau social. Cette décision a été prise par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui a fait bloquer le réseau social, par le biais d’une action en justice, suite à la diffusion d’enregistrements compromettants sur YouTube, relayés par Twitter. Ces enregistrements feraient état de faits de corruption.

Recep Tayyip Erdogan se moque de la communauté internationale

Le Premier Ministre de Turquie indique lors d’un meeting pour les élections qu’il se moque de ce que peut dire la communauté internationale et que tout le monde verra à quel point la république de Turquie est puissante et précise qu’il va faire fermer Twitter. Trois heures après cette déclaration, le réseau social n’est plus accessible en Turquie. Twitter n’a pas publié de communiqué officiel mais indique aux internautes qu’ils peuvent envoyer des messages par SMS. Malgré cette interdiction, de nombreux internautes ont contourné le problème en passant par des serveurs proxy et VPN pour pouvoir accéder au site de microblogging. La réaction de la commissaire européenne chargée des nouvelles technologie ne s’est pas fait attendre. Neelie Kroes a dénoncé l’annonce du blocage par la Turquie de l’accès au réseau social dans la nuit de jeudi à vendredi et a précisé sur son compte Twitter: « L’interdiction de twitter en Turquie est sans fondement, inutile et lâche ».

Advertisements

Ailleurs sur le web