« L’optique des fluides »

Un brevet d’un objectif 10-22 f/3.5-4.5 déposé par Canon récemment, montre l’emploi d’une lentille liquide. Nous publierons prochainement un petit dossier expliquant les avantages et inconvénients de ces lentilles liquides, mais pour résumer : les lentilles fluides peuvent varier leur opacité. Elles peuvent également remplacer tout un groupe de lentilles de verre, et donc s’affranchir des déplacements. Elles peuvent adopter des formes plus complexes que les lentilles de verre, être permissives ou réflectives (voire les deux), et surtout, ne nécessitent aucun polissage.

liquidelementpatentn

fluidfocus-200x180

 

©Philips – le Fluidfocus de Philips permet de s’affranchir de motorisation pour réaliser la mise au point

Les avantages sont multiples : il y a le gain de poids forcément, la taille réduite (moins de lentilles, pas de déplacement), ou encore l’absence de motorisation pour la mise au point. L’un des points les plus intéressants est la conception même de lentilles fluides. Sur une optique composée de lentilles de verre, on règle la quantité de lumière entrante (l’ouverture) via un diaphragme dont on fait varier l’écart (la fameuse ouverture).

shutterstock_35946235

Mais cela influe également sur la profondeur de champ. Certes, on pallie ce problème via des filtres gris neutre dont la couleur n’influe pas sur l’image finale, et qui permettent d’assombrir la scène sans réduire l’ouverture, mais cela implique un nouvel élément. Les lentilles liquides permettront de remplacer ces filtres, en faisant varier l’opacité du fluide. Evidemment, faire varier ces fluides nécessitera des impulsions électriques. La recherche s’oriente actuellement sur cette piste et nous reviendrons prochainement sur le sujet dans un dossier dédié.

Entre temps, certains s’amusent déjà à transformer leur smartphone en appareil photo macro en déposant une simple goutte d’eau sur la lentille.

Sources : Northlight Image et EG

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here