Aux Etats-Unis, Nintendo est visé par une nouvelle plainte concernant un viol de brevet, qui pourrait aboutir sur un retrait de la vente de sa nouvelle Switch.

Nouvelle plainte contre la console de Nintendo

La Nintendo Switch, disponible depuis le 3 mars 2017 dans le monde, est un carton incontestable pour le géant japonais. Après une Wii U décevante, Nintendo est donc parvenu à redresser la barre, en proposant un concept hybride très séduisant, à défaut d’être totalement inédit. En effet, divers accessoiristes proposaient déjà des manettes détachables à venir greffer sur nos smartphones ou tablettes par exemple. Sur le marché des consoles de jeu, Nintendo a toutefois su briller par son originalité, une originalité payante au vu des chiffres de ventes.

Evidemment, le succès de la console suscite quelques jalousies, notamment chez les accessoiristes. Ainsi, si la Wii avait en son temps largement inspiré certains concurrents (dont Sony et le PS Move), la Switch est dans le viseur d’un certain Gamevice depuis l’année dernier. Le groupe américain estime en effet que la Nintendo Switch viole certains de ses brevets, et la firme avait déjà lancé une première offensive l’été dernier, avortée quelques mois plus tard.

Gamevice-Switch

Un des accessoires proposés par Gamevice… avec des boutons très inspirés visiblement par la manette Xbox…

Aujourd’hui, on apprend via la United States International Trade Commission que Gamevice est repassé à l’attaque, et la commission a décidé d’ouvrir une enquête concernant le principe même de la Switch, à savoir les manettes de jeu à clipser de part et d’autre de la machine. Gamevice propose notamment dans son catalogue un pad à venir greffer sur iPhone et iPad, pour transformer ces derniers en console de jeu nomade. L’USITC a ainsi annoncé que le verdict serait rendu dans 45 jours.

A cette date, la commission pourrait tout à fait donner raison à Gamevice, et ainsi imposer à Nintendo de retirer temporairement toutes les consoles de la vente sur le territoire américain. Evidemment, du côté de chez Gamevice, on espère que Nintendo dégainera rapidement son chéquier pour trouver un arrangement à l’amiable. Rappelons que les Wiimotes de la Wii avaient également été à leur époque au coeur d’une plainte pour violation de brevets. Des plaintes dont l’objectif est bien souvent de soutirer quelques précieux dollars à une société, plutôt que de réellement protéger une quelconque propriété intellectuelle…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here