UberPop arrive dans trois nouvelles villes Françaises

UberPop, l’application mobile créée par la société Uber, le leader mondial des VTC, arrive dans trois nouvelles villes Françaises, ce qui ne manque pas de faire réagir les sociétés de taxis. A Nantes, des manifestations de chauffeurs de taxi ont éclaté, dénonçant la concurrence illégale de la part d’Uber, le service de VTC américain.

Uber et son application UberPop est désormais disponible à Paris, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Marseille et Strasbourg. La société américaine est arrivée en France il y a quatre ans et propose un service de mise en relation entre particuliers pour effectuer des transports, un service en concurrence directe avec le sociétés de taxis. L’application UberPop permet de commander une voiture pour effectuer un trajet en quelques clics via son smartphone et d’effectuer un paiement automatisé de la course. Uber propose une solution de transport entre particuliers.

UberPOP

Uber résiste malgré des poursuites judiciaires

Suite à de nombreuses controverses et des poursuites judiciaires avec pour finalité la mise en place de l’interdiction du service en France, le mardi 31 mars 2015, la Cour d’appel de Paris avait statué en faveur du service américain de VTC en proposant une mise en délibéré au mois de septembre prochain. D’ici là, la société peut exercer son activité en toute quiétude, ce qui ne manque pas de faire réagir les sociétés de taxis, jugeant ce service de concurrent déloyal et illégal.

En décembre 2014, le gouvernement avait annoncé la fermeture  du service UberPOP à compter du 1er janvier 2015, une interdiction qui découlait  de la loi Thévenoud qui se charge de réguler la concurrence sur le marché des taxis. Uber est décidé à défendre son service de covoiturage entre particuliers avec sa plateforme UberPOP. Les requérants fournissaient à la justice des chiffres indiquant la baisse du chiffre d’affaires des professionnels du secteur des taxis suite à la progression du service proposé par Uber.

La Cour d’appel de Paris a estimé qu’il fallait attendre que le Conseil constitutionnel se prononce sur des questions prioritaires de constitutionnalité déposées par l’entreprise de VTC. Le Conseil constitutionnel rendra une décision fin septembre. En attendant, UberPOP n’est pas interdit et continue de se développer. Les chauffeurs de taxis appellent le public à ne pas utiliser les services d’Uber. Le groupe revendique 400 000 utilisateurs de son application mobile en France et plus d’un million d’utilisateurs de son service.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here