Xavier Niel s'offre Orange Suisse pour la somme de 2,8 milliards de francs suisses

Xavier Niel s’offre Orange Suisse pour la somme de 2,8 milliards de francs suisses

Via sa holding NJJ Capital, Xavier Niel rachète Orange Suisse au fonds d’investissement Apax pour un montant de 2,8 milliards de francs suisses.

Publié le 18 décembre 2014 - 15:05 par François Giraud

Xavier Niel, PDG de Free rachète l’opérateur Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros

Par le biais de sa holding NJJ Capital, l’homme d’affaires Xavier Niel, patron de Free, fait l’acquisition de l’opérateur Orange Suisse pour un montant de 2,3 milliards d’euros soit 2,8 milliards de francs suisses au fonds d’investissement Apax. France Telecom avait cédé sa filiale suisse à Apax Partners en février 2012 pour un montant d’environ 1,5 milliard d’euros. Lors de cette transaction, Xavier Niel s’était déjà porté candidat pour le rachat. Les autorités devront donner leur aval à cette transaction comme à l’accoutumée. Une transaction qui devrait être finalisée vers la fin du premier trimestre 2015.

Orange Suisse, numéro trois du marché mobile en Suisse

Le milliardaire Français précise que sa priorité va être de gérer Orange Suisse en accord avec l’environnement et les spécificités du marché helvète. Xavier Niel a précisé dans un communiqué que depuis deux ans, au moment où l’opérateur Orange Suisse avait été acquis par les fonds d’investissement Apax, il a suivi de près les développements réalisés par la société.

Orange Suisse Renens

Publicité

Orange Suisse est le numéro 3 du marché mobile Suisse juste derrière Swisscom et Sunrise. Orange Suisse employait 871 personnes à la fin du mois de septembre 2014 et revendiquait 2,1 millions d’abonnés. Orange Suisse a également déployé son réseau 4G et couvre actuellement 85% de la population du pays. Il vient de commencer le déploiement de la 4G+. Xavier Niel s’était déjà emparé au premier semestre de 55% de l’opérateur de télécommunications monégasque Monaco Telecom après avoir injecté 322 millions d’euros via sa holding NJJ Capital. Il voulait également racheter T-Mobile US via son groupe Free, mais l’opération n’avait pas fonctionné.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *