Yahoo! Méthodes de management des ressources humaines controversées

Yahoo! Méthodes de management des ressources humaines controversées

Le groupe Microsoft supprime son système de classement, le « stack ranking » qui était utilisé pour classer suivant un système de verticalité l’ensemble des cadres et employés du groupe par comparaison avec leurs collaborateurs. Un système de gestion des ressources humaines décrié par de nombreux médias comme étant nuisible à l’intégrité, à la morale ou à l’innovation.

Publié le 13 novembre 2013 - 15:20 par La rédaction

Microsoft supprime son système de classement des employés appelé « stack ranking » qui était utilisé comme outil de gestion des ressources humaines dans le groupe depuis de nombreuses années. Un système qui consistait à classer le personnel du groupe du meilleur au plus médiocre en le répartissant par piles ou par paquets de fiches individuelles,  suivant des critères, avec des notes établies de 2.5 à 5.0. L’ensemble des cadres et leurs subalternes avaient droit à cette classification. Suivant le nombre de points obtenus, une prime pouvait être accordée, ou, si la note était mauvaise, c’était la prime de licenciement. Chaque fiche, de chaque employé était comparée aux autres. Le système employé par Microsoft permettait donc de classer par verticalité mais également par transversalité.

Stack Ranking et Forced Ranking, deux systèmes condamnés en France

Le « stack ranking » est décrié par les médias comme un système de ressources humaines nuisible à l’entreprise, à l’intégrité, à la morale et à l’innovation. D’autres entreprises, ont, par le passé utilisé des procédés similaires, comme le « forced ranking » qui était utilisé par Airbus. Un système dévaluation des salariés reconnu comme une erreur de management et de gestion selon les experts en Ressources Humaines et considéré comme un système destructeur de valeur. Ce dernier consistait à classer les employés en trois groupes, selon la fameuse courbe de Gauss. Un premier groupe représentait 70% des cadres qui travaillaient bien et étaient importants pour la société, un second groupe de 20% des effectifs était le « Top 20 » et le troisième groupe, les 10% restants étaient le « bottom 10 », ceux qu’ils faut remplacer au plus vite. Ces pratiques venues d’outre-Atlantique sont condamnées par la justice Française depuis le 27 mars 2013.

Microsoft n’est pas un cas isolé

Au sein de Microsoft, des réunions étaient organisées tous les semestres et les responsables de chaque division pouvaient établir leur classement en fonction des compétences et des résultats de chacun. D’autres groupes sont également critiqués depuis cette annonce, comme Yahoo! Marissa Mayer aurait ainsi mis en place, selon AllThingsD des méthodes d’évaluation trimestrielle, avec un système de notation afin de classer les employés du groupe et de se séparer de certains collaborateurs.

Advertisements

Ailleurs sur le web