500 millions de comptes utilisateurs piratés chez Yahoo!

Des hackers ont piraté les données provenant de centaines de millions de comptes utilisateurs de la messagerie Yahoo!. Le site Motherboard avait déjà indiqué un piratage de masse touchant 200 millions de comptes Yahoo! le mois dernier, mais ce sont 300 millions de comptes utilisateurs supplémentaires qui auraient été attaqués par des pirates. Selon diverses sources, cette attaque daterait de plus de deux ans.

yahoo

Le groupe américain a confirmé avoir subi une attaque de masse et précisé dans un communiqué : « Nous pouvons confirmer que des informations de nos utilisateurs ont été dérobées fin 2014. Nous pensons qu’il s’agit d’une attaque provenant d’une entité liée à un Etat. » Les données provenant de plus de 500 millions de comptes auraient été volées et comporteraient des emails, des noms d’utilisateurs, des dates de naissance, des numéros de téléphone, mais également des questions de sécurité permettant de retrouver les mots de passe et les accès aux comptes ainsi que les réponses données par les titulaires des comptes, ainsi que les mots de passe cryptés.

Le groupe Yahoo! tient toutefois à préciser que les mots de passe conventionnels et les coordonnées bancaires n’ont pas été impactées. Le groupe de Marissa Mayer a précisé dans son communiqué qu’il allait prévenir les utilisateurs concernés par cette attaque de masse et conseille de changer de mot de passe aux personnes qui détiennent un compte Yahoo! depuis 2014. Rappelons également que l’opérateur Verizon est en passe de racheter les outils internet comme Yahoo Mail et Yahoo News , les outils publicitaires, de recherche ainsi que la messagerie du groupe Yahoo! pour un montant de 4,83 milliards de dollars et cette attaque de masse pourrait inquiéter l’opérateur téléphonique américain. Le prix pourrait ainsi être revu à la baisse indique Recode, une transaction qui doit encore être approuvée par les autorités de régulation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here